Festival populaire et international de musiques traditionnelles : Un nouveau concept: «Feux de Brazza-Production»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Tel est le nouveau label du festival dont le lancement officiel a eu lieu, samedi 15 avril 2017, au C.n.r.t.v (Centre national de radio et de télévision), à Kombo, le neuvième arrondissement Djiri, à Brazzaville. En effet, la sixième édition du festival populaire et international de musiques traditionnelles «Feux de Brazza», se tiendra dans la première quinzaine du mois d’août 2018, dans la commune de Kintelé, sur le thème: «La musique initiatique africaine et son rôle dans la gouvernance développante».

L’annonce officielle a été faite par Didier Ngalebaye, directeur général par intérim des «Feux de Brazza», en présence de Gervais Hugues Ondaye, commissaire général du Fespam (festival panafricain de musique), du député d’Ignié José Cyr Ebina, membre du directoire du festival, de l’ancien diplomate Pascal Ngayama, ainsi que d’autres personnalités.
La cérémonie de lancement officiel du label Feux de Brazza-Production a été ponctuée par la présentation de l’album «Ezaleli» du groupe traditionnel Bana Bateké.
Dans un rappel historique sur le contexte de la création de «Feux de Brazza», Didier Ngalebaye, a indiqué que ce concept a été créé en mai 2005, par un groupe de jeunes diplômés bénévoles de profils divers, à la tête desquels se trouvait Gervais Hugues Ondaye, actuel commissaire général du Fespam, pour assurer la promotion et le développement des musiques traditionnelles du Congo, d’Afrique et du monde.
Après cinq éditions qui se sont tenues dans certains arrondissements de la ville capitale, ce concept continue de faire du chemin et s’apprête pour l’organisation de la 6ème édition avec pour innovation apportée, la philosophie de la production artistique. «En attendant d’allumer les prochains feux, pour bruler les antivaleurs et promouvoir les vertus éthiques, telle est l’économie du nouveau concept de Feux de Brazza, dont le contenu comprend: les spectacles populaires, le colloque et la production phonographique. Cette innovation avait été lancée lors de la cinquième édition, tenue en 2014 et qui a permis la sélection de deux groupes traditionnels, en l’occurrence, TH Musica international et Bana Bateké pour des productions phonographiques à l’extérieur du pays. Le premier groupe nommé n’a pas accepté de se ranger sous notre concept de production. C’est Bana Bateké qui a accepté l’offre et qui vient de bénéficier d’une tournée au Japon, grâce à notre réseau de partenaires qui lui a permis de décrocher des contrats de production qui sont en cours de finalisation», a-t-il indiqué.
Porté sur les fonts baptismaux, le 12 septembre 2007, le groupe traditionnel Bana Bateké que dirige l’artiste musicien Alexis Mpini-Moba compte dans sa gibecière cinq albums. Son sixième intitulé «Ezaleli» qui compte six titres, est un chef-d’œuvre musical de très haute facture, d’une portée morale et éthique remarquable. Il prône la paix, l’unité nationale et fait la promotion des musiques traditionnelles du Congo.  
Signalons que la sixième édition n’a pas pu se tenir, en 2016, compte tenu du calendrier politique national extrêmement mouvementé.

Pascal BIOZI KIMINOU

Informations supplémentaires