Festival international du film panafricain de Cannes : Deux films congolais ont été projetés

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La 14e édition du festival international du film panafricain de Cannes, s’est tenue, du 5 au 9 avril 2017. Au menu, cinquante films de plus de trente cinéastes du monde, dont ceux de la République du Congo, ont été projetés. L’industrie du cinéma africain est en plein essor à l’exemple de la plateforme, que dirige M. Eitel Basile Ngangue Ebelle, son fondateur, depuis 2004.

Ce dernier réside à Cannes, la capitale du cinéma où l’absence du cinéma panafricain était un souci, et la meilleure chose à faire était, pour lui, de créer ce festival. Une sorte de passerelle avec le prestigieux festival de Cannes.

Pour l’édition 2017, deux films congolais ont été nominés: Les Révolutionnaires, un film documentaire d’Hassan Tall Boukambou. Celui-ci retrace la chute du mur de Berlin, l’histoire de l’Afrique et du Congo, avec la chute du président Fulbert Youlou, jusqu’à l’ouverture de l’ère démocratique. La durée de ce documentaire est d’une heure trente.
Le second film Katamalanasie, présenté par le cinéaste Ori Huchi Kozia alias Kayser, est un moyen métrage de quarante-sept minutes tiré des ouvrages de l’écrivain et dramaturge congolais Sony Labou Tan’si. Katamalanasie est un village virtuel du dramaturge Sony. Pour des raisons financières, Kayser ne s’est pas rendu à Cannes où il s’est fait représenter par son impresario autrichien Georg Tiller.
Kayser sera en formation au Centre International de Formation à l’Audiovisuel et à la production, à Montreuil, en France, à partir de juin 2017. Interrogé sur son art, il affirme flirter avec le monde des arts, depuis son bas âge. Grâce à Yves Olivier, ancien directeur de l’Institut français et Bill Kouelany, directrice artistique du centre d’art contemporain Les Ateliers Sahm, il va se lancer dans le cinéma en 2009.

Aimé MAKIZA


Informations supplémentaires