27 mars: Journée mondiale du théâtre : Sylvain Bemba au cœur de l’événement à Pointe-Noire

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’Institut international du théâtre, que dirige Frédéric Pambou, a célébré, le 1er avril 2017, au Lycée Victor Augagneur, à Pointe-Noire, la Journée mondiale du théâtre. Cette année, cet événement a été dédié à Sylvain Bemba, écrivain, dramaturge et essayiste congolais de renommée internationale, qui a laissé un souvenir inoubliable.

 

Journée-hommage particulièrement réussie. L’institut international du théâtre a, une fois de plus, réussi son pari. Organisation impeccable, public venu nombreux. On y a noté la présence des comédiens, des hommes de théâtre, des écrivains, des étudiants, élèves et autres mordus de la culture. Et l’ambiance était bon enfant. En tout cas, des retrouvailles émouvantes.
Au menu de l’événement, il y a eu la lecture, par Chadrey Kita, un poème sur la paix, d’Yvon Wilfrid Lewa-Let Mandah, et une scène intitulée: ‘’Zéro complexe’’, jouée par le comédien Lyman Yello, qui a amusé tout le monde. Les participants ont suivi, ensuite, la lecture du message international écrit par l’actrice française du théâtre et du cinéma, Isabelle Huppert, née le 16 mars 1953, à Paris. Dans ce texte, celle-ci met un accent particulier sur la culture de la paix. «La journée mondiale du théâtre existe depuis 55 ans. Une journée mondiale du théâtre ce n’est, évidemment, pas une journée au sens banal de nos vies quotidiennes. Elle fait revivre un immense espace-temps. Le théâtre pour moi, c’est l’autre, c’est le dialogue, c’est l’absence de haine. L’amitié entre les peuples, je ne sais pas trop ce que ça veut dire mais je crois dans la communauté, dans l’amitié des spectateurs et des acteurs, dans l’union de tous ceux que le théâtre réunit, ceux qui l’écrivent, ceux qui le traduisent, ceux qui l’éclairent, l’habillent, le décorent, ceux qui l’interprètent, ceux qui y vont. Le théâtre nous protège, nous abrite. Je crois bien qu’il nous aime, autant que nous l’aimons», a-t-elle écrit
La manifestation s’est poursuivie par une évocation sur l’œuvre intarissable de Sylvain Bemba, par Frédéric Pambou: «Sylvain Bemba était un tout, culturellement parlant: écrivain, cinéaste, musicien, romancier, journaliste, musicien, metteur en scène, etc. Il a écrit des pièces de théâtre qui se jouent et se joueront toujours comme: ‘’Un foutu monde pour un blanchisseur trop honnête’’; ‘’L’enfer! C’est Orféo’’; ‘’Qui a tué Ignouba le chasseur?’’. Des pièces jouées en France, par Marius Yélélo et Pascal Ndounzi, deux grands comédiens qui ont pris le relais pour valoriser les textes de Sylvain Bemba. Textes lui ayant valu d’être parmi les premiers hôtes du festival international des Francophonies en Limousin. Au plan national, Sylvain Bemba savait rassembler tout le monde, briser les barrières des générations, des dirigeants parce qu’il avait créé des cafés littéraires presqu’informels tel: Le café littéraire du couple Arlette et Roger Chemain».
De son côté, Léopold Ngoulou (Ngoujel 1er) a informé l’assistance de la tenue, du 17 au 23 juillet 2017, à Segova (Espagne), du 35e Congrès de l’institut international du théâtre. Les artistes qui désirent y participer doivent se rapprocher du centre Congo-Brazzaville de l’Institut international du théâtre. Enfin, une exposition-vente des ouvrages de l’écrivain Yvon Wilfrid Lewa-Let Mandah a clôturé la cérémonie.
Créé en 1948, à l’initiative de l’Unesco et des personnalités renommées dans le domaine du théâtre, l’Institut international du théâtre est la plus importante O.n.g (Organisation non gouvernementale) dans le domaine des arts de la scène ayant des relations formelles auprès de l’Unesco.

Equateur Denis
NGUIMBI

Informations supplémentaires