Université Marien Ngouabi : L’histoire des archives publiques et paroissiales du Congo, objet d’une thèse de doctorat

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Sous le titre: «L’histoire des archives publiques et paroissiales du Congo, 1880-2010», Martin Yaba Mambou a défendu, publiquement, vendredi 31 mars 2017, à l’auditorium de la Grande bibliothèque universitaire de Brazzaville, ses travaux de doctorat unique, en vue de l’obtention du grade de docteur en histoire.

C’était devant un jury composé de: Scholastique Dianzinga, Professeur titulaire en histoire contemporaine de l’Afrique, présidente du jury; Pr Dominique Ngoïe Ngalla, rapporteur et directeur de recherche de l’impétrant; Pr Abraham Constant Ndinga Mbo, de l’Université Marien Ngouabi, Jérôme Emilien Mumbanza Mwa Bawele, Professeur ordinaire d’histoire à l’Université de Kinshasa, Joseph Itoua, Maître de conférences en histoire à l’Université Marien Ngouabi (Membres). A l’issue de la soutenance, les membres du jury ont déclaré le candidat docteur, avec la mention très honorable. Et, vu l’originalité et la richesse informationnelle de la thèse, ceux-ci ont tous formulé le vœu de voir cette thèse être publiée sous forme de livre.
De l’avis de l’ensemble des membres du jury, au cours du débat, le sujet de la thèse défendue par M. Martin Yaba Mambou est très original, du fait qu’il se situe aux confins de l’histoire, des sciences documentaires, de l’archivistique, de la démographie historique, de l’anthropologie, de la psychologie des mentalités et du patrimoine. Cette thèse révèle la richesse des archives publiques et paroissiales du Congo et des divers dangers qui les guettent. A cela, il faut ajouter que cette thèse porte sur l’état actuel des archives publiques et paroissiales au Congo, et leur apport potentiel dans la restitution de l’histoire du pays.
Justifiant l’intérêt scientifique de ses travaux, Martin Yaba Mambou a expliqué : «Jusqu’à ce jour, le souci des archives dans la restitution de l’histoire du Congo n’a suscité qu’un faible intérêt chez les chercheurs. Un tel travail ne nous semble pas, jusqu’à ce jour, avoir été fait de façon systématique et rigoureuse. C’est pour réveiller cet intérêt chez les chercheurs que nous avons abordé ce travail. Sans ces sources d’archives, il serait peu probable d’écrire une histoire complète de notre pays. Je suis ému, très ému».
Il sied de signaler que, grâce à ces travaux, il a été initié un projet de numérisation et de valorisation des registres paroissiaux de l’archidiocèse de Brazzaville.
Il convient aussi de rappeler que Martin Yaba a fait des études de psychologie et a obtenu une maîtrise de psychologie clinique et psychopathologie à l’Université Marien Ngouabi ; un D.e.a. (Diplôme d’études approfondies) d’anthropologie médicale au Cameroun, un D.e.a. de littérature francophone et un D.e.a. en histoire et civilisations africaines à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Marien Ngouabi.
Depuis le 31 mars dernier, il est devenu docteur en histoire et civilisations africaines, spécialités: histoire de la population, archives et patrimoine, avec la mention très honorable et autorisation de  publication de la thèse sous forme d’ouvrage.

Marcellin MOUZITA
MOUKOUAMOU

Informations supplémentaires