Biecale (Biennale congolaise des arts et des lettres) : A Pointe-Noire, le coup d’essai a été un coup de maître

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Du 24 au 28 novembre 2016, Brazzaville a vibré au rythme de la troisième édition de la Biecale (Biennale congolaise des arts et des lettres), sur le thème: «La création artistique et littéraire face au développement du numérique». Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, n’a pas été en marge de cette grand-messe des arts et des lettres. Qu’elle a abritée, du 26 au 28 novembre, au centre culturel Jean-Baptiste Tati-Loutard.

A l’initiative de Fabien Obongo, directeur départemental des arts et des lettres à Pointe-Noire, président du comité interdépartemental de la biennale Pointe-Noire, Kouilou. Ceci, dans le but de faire découvrir et valoriser les produits artistiques et littéraires locaux. Et le moins que l’on puisse dire est que pour un coup d’essai, la première célébration de la Biecale à Pointe-Noire a été un coup de maître.

Pendant trois jours, le monde de la culture et des arts de la ville océane congolaise a pris part à plusieurs activités. Entre autres: les conférences-débats sur les thèmes tels «La création artistique et littéraire face au développement du numérique», développé par Fabien Obongo; «L’écrivain congolais face à la nouvelle République», par l’écrivain Georges Sokate Mavouba.
Le public a suivi, avec une attention soutenue, la déclamation des extraits des œuvres littéraires des écrivains et poètes Ninele Nsiloulou, Chardin Kala, Robert Tinou, Nzenze Kinouani Kazis et bien d’autres. Il a également pris part au concert organisé, à titre anthume, en l’honneur du célèbre musicien Youlou Mabiala, aujourd’hui en France. Ce concert était animé par les orchestres «Les Makandas» et «Les Tchatchamen», avec la participation du doyen Michel Boyibanda, fondateur de l’orchestre Kamikaze. Lequel a permis au public de se remémorer les anciens succès de l’ensemble musical précité.
Hormis la musique dite moderne, les groupes folkloriques se sont aussi exprimés.
Au menu, il y avait également le théâtre et l’exposition des œuvres d’art des sculpteurs en bois.
Clôturant les festivités de la biennale ayant coïncidé avec la célébration de la fête de la proclamation de la République, Fabien Obongo a déclaré:  «La Biecale dont nous fermons les portes le jour où fut proclamée la République du Congo, ici même à Pointe-Noire, dans l’enceinte de l’actuelle école paramédicale Jean Joseph Loukabou, les cinquante-huit ans de la République, a été bercée par la douceur de la musique, la danse, la poésie et le théâtre de ces dignes fils qui lui ont fait une place de choix dans le domaine culturel africain et international».

Equateur Denis NGUIMBI

Informations supplémentaires