Lu pour vous : Les dessous de la rivalité entre Cristiano Ronaldo et Lionel Messi décryptés dans un ouvrage

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Portant le titre:«Chrisstiano Ronaldo, orgueil, gloire et préjugés», comptant 210 pages et publié chez Solar Editions, en France, cet ouvrage, rédigé par Antoine Grynbaum et Marco Martins, tous deux journalistes sportifs, retrace le destin hors-norme du talentueux et célébrissime footballeur portugais, Cristiano Ronaldo, qui évolue aussi au Real Madrid, façonné par ses rencontres importantes avec son agent, Jorge Mendes, et son entraîneur à Manchester, Sir Alex Ferguson, par le soutien incontesté des Portugais et par sa relation aux médias et sa maîtrise du business.

 

Evoquant la rivalité existant entre Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, ce livre relate que «quoi qu’il en soit, les relations entre les deux hommes oscillent entre jalousie et défiance. La preuve : en 2011, le Portugais ne s’était pas rendu à la cérémonie de remise du troisième Ballon d’or de l’Argentin. Un an plus tard, lors de la remise du Ballon d’or 2012, à l’annonce du nom de Leo Messi, l’ancien joueur du Sporting avait été filmé en train de grimacer, étonné de s’incliner, une fois de plus. Pour Nuno Farinha, Ronaldo devrait modifier son approche concernant sa relation avec Messi: «Cette rivalité n’est pas fictive, elle existe. Ce qu’il faut, c’est savoir vivre avec elle».
Lionel Messi, apprend-t-on, gère mieux cette rivalité que Cristiano Ronaldo et cela pour une question de personnalité, tout simplement. Cristiano a dit, par exemple, qu’il méritait de gagner le Ballon d’or, tous les ans. Je me rappelle qu’en 2008, quand il a gagné son premier Ballon d’or, Messi n’en avait aucun à cette époque, il avait dit quelque chose d’un peu particulier en conférence de presse: «Mon trio: moi en premier, moi en deuxième place et moi en troisième position».
Messi gère mieux cette rivalité, «car il ne montre pas en public que la situation l’affecte. Cristiano Ronaldo ressent beaucoup plus les défaites personnelles. On le voit lors des différentes remises de Ballon d’or ou d’autres prix, quand Messi ou Iniesta sont récompensés. Le visage de Cristiano Ronaldo transmet l’idée de quelqu’un qui est profondément triste et blessé. Ce n’est pas quelque chose de mauvais, les personnes sont comme elles sont, c’est la personnalité de Cristiano, et il ne le cache pas, il montre qu’il n’est pas content. Il faut relier tout cela à sa grande soif de succès. Ce n’est pas de la méchanceté, mais il est comme ça, et surtout, le lendemain de la remise d’un prix, il retourne à l’entraînement et se remet à travailler, pour essayer d’être sacré, l’année suivante.
Et il en a déjà essuyé des défaites personnelles. Il a beaucoup perdu que gagné par rapport à Messi». Alors Ronaldo vivrait dans l’ombre de l’Argentin? Pas forcément sur tous les plans. Dans une étude publiée il y a un an par Repucom, sur la base de plusieurs critères dont la notoriété, la sympathie, le sponsoring ou encore l’influence, Cristiano Ronaldo serait le footballeur le plus célèbre, en 2013, mais aussi le plus «bankable» au monde, à 79,18%, contre 75,58% pour Lionel Messi. En revanche, l’Argentin est celui que les consommateurs apprécient le plus.

Alain-Patrick
MASSAMBA
(Source:atlantico.fr)