Youlou Ngoma, artiste-musicien, auteur compositeur : Il a besoin d’un coup de pouce, pour larguer et promouvoir son coup d’essai

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Mieux veut tard que jamais, dit-on. Cinquantenaire, ayant roulé sa bosse dans plusieurs ensembles musicaux brazzavillois et participé à moult collaborations, Youlou Ngoma (Bruno Mampouya Youlou, à l’état civil), artiste-musicien, auteur compositeur, caresse le dessein d’ouvrir son compteur discographique. «No comment» est le titre de l’album qu’il envisage de larguer sur le marché, officiellement, à la fin de ce mois. Mais, ayant des soucis pécuniaires, il sollicite que des personnes de bonne volonté lui volent au secours.

 

«J’ai financé, de ma poche, l’enregistrement de l’album. Je suis allé jusqu’à l’étranger, pour le dupliquer. Donc, depuis janvier 2016, j’ai le produit entre mes mains. Quelques affiches de l’album sont même déjà disponibles, mais elles sont insuffisantes. J’envisage de mettre sur le marché mon album, à la fin de ce mois. Mais pour réaliser tout ça, il me faut de l’aide, car je suis à bout de souffle, sur le plan pécuniaire. Aussi, je lance un appel aux personnes de bonne volonté de me venir en aide», nous a confié le chanteur.

Qui, le jour de notre entretien, avait en main le CD et quelques rares affiches de son coup d’essai dont il nous a fait écouter quelques bribes, lequel, a-t-il confié, a été déjà déclaré au B.c.d.a (Bureau congolais du droit d’auteur) et au Ministère de la culture et des arts.
Une autoproduction, «No comment» comprend dix titres: Prophète, Saoudatou, Bakento, Alpha, Mpassi, Débrouillard, Everia, Meno Mputu, Sois véridique, et Dialogue. Des chansons à textes avec des thèmes éducatifs, sentimentaux, émotionnels et nostalgiques, dont l’artiste est l’auteur-compositeur, chantées en plusieurs langues: lari, français, lingala, haoussa, etc.
Cet opus est un melting-pot de styles musicaux: makossa, soukouss, mbalax, folk, jazz, rumba, funk, reggae, et zouk.
Pour le concocter, le chanteur a battu le rappel d’un groupe d’artistes semi-professionnels, avec lesquels ils s’est claquemuré, pendant plusieurs jours, dans un studio d’enregistrement de la place.
«No comment, ça veut dire, en français, sans commentaire. Je n’ai pas, en effet, de commentaire à faire sur cet album, pour la simple et bonne raison que je ne veux pas être juge et partie. C’est, plutôt, aux personnes qui l’écouteront de donner leur appréciation», a-t-il expliqué, sur la symbolique de la dénomination de son album.  
Pour la petite histoire, Youlou Ngoma est issue d’une famille d’artistes. Son grand-père fut le premier chantre grégorien de l’église Saint Joseph de Linzolo. Son frère, Petit Jean Dédé, évolue en Côte d’Ivoire, et avait chanté la célèbre chanson «Amidou». Sa tante, Mouklagath, fut la productrice de Rapha Boundzeki. Sa petite sœur, Mati Beya, était la dauphine d’Abeti Masikini. Elle a aussi chanté aux côtés de Youlou Mabiala. Suzette Yombo, son  autre sœur, a officié dans les Bantous monuments.
Quant à lui-même, il a fait ses premières armes dans les groupes vocaux et les chorales. Avant d’accompagner des chanteurs comme Pamelo Mounk’a, Lucien Kimpouni, et Kaly Diatou.
Ayant pour parrain le chanteur Cosmos Mountouari, il a joué dans Viva Mandolina, Véritable Mandolina, aux côtés de Julien Cladia Salabandzi, Rapha Boundzeki, Roger Lutin, pour ne citer que ceux-là.
Il avait même créé son propre ensemble musical, en 1984: Tropic musique. Un ensemble musical qui rivalisait avec d’autres groupes de l’arrondissement 7 Mfilou, comme: Viva Mandolina, Véritable Mandolina, Loyengué décibel, Yébondé, etc.
En larguant sa première œuvre, Youlou Ngoma vise, entre autres objectifs: «rehausser le niveau de la musique congolaise qui, par certaines œuvres, a perdu sa valeur et sa renommée sur le plan national et international; adoucir les moeurs et contribuer, par ses œuvres, au changement de mentalités des citoyens; ramener les musiciens congolais à faire des chansons à textes écrits avec des thèmes éducatifs, réconfortant et construisant la société; et non racontant des bêtises et des dédicaces illimités; inciter les jeunes à créer les orchestres amateurs dans les quartiers, pour découvrir des futurs talents cachés».
Mettre sur pied un ensemble musical professionnel, et une association dénommée: Ligue francophone des artistes musiciens, tels sont les projets de Youlou Ngoma.

Véran Carrhol YANGA

Contact de l’artiste : Tél.: 06 610 24 10//04 440 38 21