Ministère de la culture et des arts : Le ministre Mottom Mamoni déterminé à soutenir les comédiens et humoristes

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les problèmes auxquels les artistes comédiens et humoristes sont confrontés dans l’exercice de leur fonction étaient au cœur de l’entretien qu’ils ont eu avec le ministre de la culture et des arts, Léonidas Carel Mottom Mamoni. C’était le mardi 31 mai 2016, dans la salle de conférences dudit ministère, à Brazzaville.

 

Une grande première, cette rencontre s’est déroulée dans une atmosphère conviviale et détendue. Elle a permis aux comédiens et humoristes de déballer tout ce qu’ils rencontrent comme difficultés, notamment, le manque de soutien, de suivi, de locaux, de matériels, et de sponsors. Le constat qui s’est dégagé est amer, car les comédiens et humoristes ne vivent pas de leurs œuvres et meurent, souvent, pauvres, malgré le succès qu’ils engrangent auprès du public.
Selon Natacha Michelle Mokili, du groupe Molendé, de la Télévision nationale congolaise, les artistes comédiens sont abandonnés à eux-mêmes, comparativement aux musiciens qui sont toujours accompagnés et soutenus. «Même pour être primé pour le travail abattu, c’est difficile. Les chaînes de télévision ne diffusent pas nos œuvres, comme il se doit. Nous ne bénéficions pas des avantages qu’on offre aux autres comédiens, au niveau international», a-t-elle lâché. De son côté, Fortuné Batéza, qui avait à ses côtés Zedem, a fait savoir que c’est une exception qu’un ministre de la culture reçoive les artistes comédiens. C’est une grâce et un privilège d’être reçu par le ministre et d’échanger, de façon libre et conviviale avec lui. C’est un signe qui montre qu’il tient à cœur les problèmes des artistes comédiens que nous sommes, et qui, nous en sommes sûrs, trouveront, bientôt, des solutions.
Sidobé Mépépé «Cœur-à-Cœur» a, quant à lui, déploré le fait que le processus de municipalisation accélérée s’achève sans aucune infrastructure culturelle.
Après avoir pris acte des doléances des comédiens et humoristes, qui se sont exprimés en français et en langues nationales, le ministre Mottom Mamoni les a invité à faire leur travail avec beaucoup d’amour et de conviction, à redoubler d’efforts, à être organisés, à travailler en synergie et à s’ouvrir à tous les horizons, pour que leurs œuvres soient valorisées au niveau continental et international. Cependant, il a reconnu que les comédiens contribuent à l’éducation des populations et apportent leur pierre au développement culturel du pays.
Se voulant rassurant, le ministre de la culture et des arts s’est engagé à les aider, en organisant des séances de formation devant permettre aux comédiens d’avoir un statut social; de faire qu’ils puissent bénéficier d’une assurance santé, en cas de maladie, dans la mesure où chacun apportera son apport, en vue de la création d’une garantie maladie, etc. «Ainsi, les groupes doivent, désormais, se faire enregistrer, en tant qu’entreprises, pour avoir plus de crédibilité et accéder à l’indépendance», a souhaité le ministre Mottom Mamoni. Il a aussi émis le vœu que les comédiens soient organisés en une seule entité, et choisissent des thèmes en rapport avec le département de la Bouenza, qui abritera les festivités marquant le 56e anniversaire de l’indépendance du Congo, afin qu’ils prennent part à ce rendez-vous qui approche, pour lequel le ministre s’est engagé à contacter les personnes susceptibles de les prendre en charge.

Alain-Patrick
MASSAMBA

Informations supplémentaires