Mouvement de la Sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes) : Ahmed Yala adoubé par les sapeurs congolais

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Les adeptes de la Sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes) congolais ont, désormais, un président. Il s’agit d’Ahmed Yala, de son vrai nom Isidore Cyriaque Yala. Celui-ci a été adoubé, au cours d’une cérémonie, vendredi 27 mai 2016, à la Mairie centrale de Brazzaville. Sous le patronage du ministre de la culture et des arts, Léonidas Carel Motom Mamoni.

 

C’est dans une ambiance bon enfant, et en présence de plusieurs centaines de sapeurs, venus de tous les départements du Congo, mais aussi de Kinshasa, et tous tirés à quatre épingles, qu’Ahmed Yala a été désigné président de l’U.a.s.c (Union des associations de la Sape du Congo). Une structure portée sur les fonts baptismaux, ce jour même, et dont quelques grandes lignes des activités ont été dévoilées par le néo élu: la consolidation du Festival international de la sapologie féminine, le 8 mars de chaque année; la création d’une kermesse vacances Sape et musique, du 1er au 15 août de chaque année; et la proposition de l’instauration d’une journée de la Sape, chaque 28 décembre.
Pour Ahmed Yala, la Sape est un patrimoine culturel congolais. La jeunesse congolaise a épousé ce phénomène par la création des clubs et des associations. La prolifération de ces derniers a engendré le phénomène de rivalité, de lutte, d’adversité, d’impertinence, et tant d’antivaleurs qui ont terni son image. «Cet état de fait nous a donc interpellés à mettre en place un directoire de la Sape, réunissant les présidents des associations de la Sape, du nord au sud, de l’est à l’ouest du Congo, autrement dit tout le Congo. Afin d’éradiquer ces antivaleurs, d’encadrer et d’éduquer la jeunesse sur l’exercice de ce phénomène, de promouvoir la Sape et les liens d’amitié entre les fils et les filles du Congo, promouvoir la création artistique de la Sape au Congo-Brazzaville et à l’extérieur, de susciter et de contribuer au développement socio-culturel et économique du Congo», a-t-il expliqué. Avant de solliciter la collaboration de l’U.a.s.c avec les Ministères de la culture et des arts; des petites, et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel; de la jeunesse et de l’éducation civique.
Pour sa part, Léonidas Carel Motom Mamoni a félicité Ahmed Yala et les sapeurs d’avoir pu réaliser ce que n’ont pu les politiques congolais: regrouper tous les sapeurs congolais au sein d’une plateforme. «La Sape est une originalité congolaise(…) Brazzaville est la capitale mondiale de la Sape. A travers la Sape, le Congo, notre beau pays, emprunte une nouvelle voie, la voie de la diplomatie douce, la voie de la diplomatie vestimentaire, que je place dans l’ordre de la diplomatie culturelle. Il s’agit, pour notre pays, de promouvoir et de véhiculer, au travers de la Sape, des valeurs de paix, des valeurs d’unité, des valeurs de rassemblement, des valeurs d’universalité et de tolérance (…) Mes chers amis, vous êtes des hommes de valeur, vous n’êtes pas des bandits, vous n’êtes pas des voyous; c’est vous qui faites l’honneur de la République. Et je veux vous dire mon engagement, ma détermination à vous encourager, à vous soutenir, à vous propulser, je le dis au nom du président de la République…Je vous promets que, désormais, plus rien dans le monde de culture ne se fera sans les sapeurs. Ici et maintenant, je m’engage, en qualité de ministre de la culture et des arts, que désormais, à partir du Fespam prochain, le Fespam ne se limitera plus à la musique. Mais les sapeurs auront une place, pendant le Fespam…», a dit le ministre. Qui a proposé que la journée nationale de la Sape soit célébrée, le 10 mai, en mémoire du célèbre chanteur Rapha Boundzeki.
Cerise sur le gateau, l’U.a.s.c a décerné des diplômes à l’ambassadeur de la RDC au Congo, M. Christophe Muzungu (ambassadeur culturel); au député José Cyr Ebina (ambassadeur du tissu raphia); Francos Uomo; Sodios-Sengola (sapeur, qui, avec Strervos Niarcos, ont formé King Kester Emeneya et Papa Wemba dans la Sape); Souris Cacharel, un des pionniers de la Sape au Congo. Les sapeurs Sylla Grégoire, alias Kiki la manne ou Parisien kiboba (81 ans); Yves Ngatsongo; Blandine Nkouka; Natacha Ossibi, Ahmed Yala, etc. ont également été honorés. Le dernier cité s’est vu décerner le diplôme d’excellence du «plus grand sapeur du monde en crocodile et python».     

Véran Carrhol YANGA

Informations supplémentaires