Coup d'oeil en biais

Nominations à l’Administration du territoire : des mécontents

Note utilisateur:  / 0

Les nominations opérées récemment au ministère de l’Intérieur suscitent des mécontentements dans les milieux des syndicats. On reproche à l’autorité habilitée d’avoir fait la part belle aux cadres issus d’autres ministères et en tenant compte des affinités politiques, au détriment des ayants-droit. Dans sa déclaration du 21 juin dernier, à l’issue d’une assemblée générale, le Syndicat  des travailleurs de l’administration du territoire (STRAT) les qualifie d’arbitraires et a exprimé son indignation.


Des escrocs aux quatre coins de la ville

Note utilisateur:  / 0

L’escroquerie a pignon sur rue dans la ville de Brazzaville. De la forme aux procédés, les adeptes du gain facile ne cessent de voler d’ingéniosité en ingéniosité pour se faire de l’argent. Lorsque vous traversez les artères de la capitale congolaise, il est fréquent de retrouver collées aux murs ou aux poteaux de l’E2C, des affiches annonçant le recrutement de personnel pour une société de la place qui parfois n’existe même pas en réalité et ce, moyennant une somme d’argent pour le dépôt du dossiers. Ces affiches ne portent aucune signature ni cachet. Attention à ne pas mordre à l’hameçon, car cette forme d’escroquerie a déjà fait des victimes!

De nombreux quartiers dans les ténèbres à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Plus rien ne fonctionne le long de plusieurs routes goudronnées de Brazzaville où les lampadaires vieillissants ne s’allument plus. La nuit, les usagers ont l’impression de traverser des ténèbres. Les lampadaires n’éclairent plus; ils ne servent plus que de décor pratiquement. Ni la mairie, ni la société E2C, personne ne songe à les remplacer. S’attend-on à ce que toutes les avenues deviennent sombres avant de les réparer? Ou bien, attend-on la petite malette du FMI!


Confusion sur les taxes au marché de Poto-Poto

Note utilisateur:  / 0

Il a régné un climat déplorable au marché de Poto-Poto, à Brazzaville, où personne ne savait exactement qui faisait quoi, sur ordre de qui, parmi les personnes qui se passent pour des agents des différents services des Impôts, de la Mairie, des contrôleurs de prix, etc., se faufilent à longueur de journée dans les boutiques, carnets de reçus en main, taxant les commerçants comme bon leur semble, se plaignent ces derniers. De nombreux commerçants étaient obligés de baisser rideaux pour exprimer leur mécontentement face à ce qu’ils considèrent comme un abus.

Odeurs nauséabondes au Centre des conférences international de Kintélé

Note utilisateur:  / 0

Ceux qui vont au Centre des conférences international de Kintélé ou qui y reviennent sont frappés par le spectacle repoussant et révoltant qu’il offre. Les eaux usées provenant de ce centre sont évacuées à travers deux grands collecteurs ouverts. Polluées, elles dégagent une odeur nauséabonde telle qu’on est obligé de se boucher les narines. Ce qui est étonnant, c’est que les gestionnaires de ce bijou architectural assistent, impuissants, à la pollution de leur environnement et ne se soucient ni de leur santé, ni de celle des visiteurs.

Informations supplémentaires