Coup d'oeil en biais

Une voiture RAV 4 crame sur la route de Nkombo

Note utilisateur:  / 0

La semaine dernière, une belle voiture de marque Toyota RAV 4 garée sur la chaussée a pris subitement feu sur la route Moukondo-Nkombo Matari, à hauteur du quartier Le Bled, à Brazzaville. Les témoins rapportent avoir vu sortir précipitamment de la cabine une femme qui a vite arrêté un taxi. Elle s’y est engouffrée, abandonnant le véhicule dont l’incendie est parti du capot qui fumait. Les passants n’ont pas réussi à éteindre le feu, de même que les soldats du feu appelés à la rescousse. Le feu a été trop rapide. Il ne leur restait plus qu’à regarder, impuissant, la voiture partir littéralement en fumée. L’origine de cet incendie est restée un mystère.

Congo-B : Le FMI demande les patrimoines pétroliers des dirigeants

Note utilisateur:  / 0

C’est le titre d’un article publié par le journal confidentiel Africa Intelligence. Selon ce journal, «la délégation du Fonds monétaire international (FMI) qui a séjourné fin décembre à Brazzaville a imposé une condition drastique en échange d’un éventuel soutien budgétaire au pays, exsangue». «L’institution a exigé que les dirigeants congolais lui soumettent une déclaration de patrimoine», précise-t-il. La mesure vise particulièrement les responsables «qui ont un intérêt dans le secteur pétrolier, notamment Denis Gokana, conseiller présidentiel et ancien directeur de la société nationale SNPC.» «L’interlocuteur du FMI au sein du Gouvernement, Lucien Ebata, qui occupe depuis août le poste de conseiller spécial de la présidence congolaise pour les financements extérieurs risque également d’être impacté: président et fondateur de la société de négoce pétrolier Orlon Oil, il dispose de nombreux contrats d’enlèvement et de fournitures pétroliers avec de produits pétroliers avec la SNPC qui lui doit des sommes importantes au vu des contrats passés», poursuit le journal qui estime que «le seul responsable pétrolier qui devrait réussir à tirer son épingle du jeu est Denis Christel Sassou Nguesso: depuis le mois de septembre, cet ancien responsable du secteur aval au sein de la SNPC n’a plus aucun poste officiel même si son influence reste prégnante au sein de la société nationale». Toujours selon Africa Intelligence, «le FMI a exigé que soient mises en place des autorités de régulation du secteur pétrolier. Actuellement, la SNPC cumule les rôles de société nationale et d’instance de régulation»  


Dabira aux arrêts

Note utilisateur:  / 0

Le Général Norbert Dabira, qui est également propriétaire de DRTV, la première chaîne de télévision privée du Congo, serait aux arrêts. Il aurait été «arrêté mercredi 10 janvier 2018, à Brazzaville, et placé en détention à la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST)», selon les réseaux sociaux. On affirme aussi que «des rafles ont été opérées dans l’entourage» de l’officier général. En fin d’année dernière, des journaux proches du pouvoir ont publié des articles soupçonnant l’ex-haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants d’être au cœur «d’un complot visant à renverser le président Denis Sassou Nguesso», et révélé qu’il était sous le coup d’une enquête judiciaire.


SNPC: Koko a-t-il démissionné ou pas?

Note utilisateur:  / 0

Selon l’enquête menée par Jeune Afrique Business +, le PGD de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), Jérôme Koko n’a point renoncé à ses fonctions contrairement à ce que laisse entendre un courrier où figure sa signature et qui circule actuellement sur les réseaux. Opacité et liberté avec les lois sont les deux maux souvent reprochés à la SNPC.

Les agents de la Force publique sont-ils mal payés?

Note utilisateur:  / 0

On ne peut que se poser une telle question, au regard des actes que posent parfois certains policiers ou militaires en tenue et armés. Le matin du samedi 23 décembre dernier, deux agents de la Force publique ne faisant pas partie de la Compagnie de la circulation routière étaient assis sur un banc au croisement de du tronçon de route goudronnée traversant le quartier Diata avec la route de la Base. En apercevant au loin un conducteur de tricycle motorisé, ils se sont levés. Quand il est arrivé à leur niveau, ils lui ont intimé l’ordre de s’arrêter et de garer son triporteur au bord de la chaussée. Mais ce dernier, rusé et ayant imaginé qu’on allait lui demander de tâter le porte-monnaie,  a feint de s’exécuter et, finalement, il a réussi à les dribbler en accélérant. Les deux agents, pantois, n’ont pas pu le rattraper.

Informations supplémentaires