Coup d'oeil en biais

Des tombes détruites par des eaux de pluie en furie à Massengo

Note utilisateur:  / 0

La météo n’est pas toujours clémente pour Brazzaville. Et malheureusement, la pluie du mardi 28 novembre a occasionné encore des dégâts importants dans certains quartiers. Le cimetière situé au quartier Don Bosco, à Massengo, sur la route nationale n°1 n’a pas été épargné. Il a particulièrement souffert du passage des eaux en furie de la pluie tombée sur Brazzaville le mardi 28 novembre: plusieurs tombes ont été détruites, des planches de cercueil et des ossements humains à découvert,  éboulement de terrain. Triste spectacle! Ne se contentant pas que de détruire, les eaux de pluie ont drainé du sable qui a enseveli certaines tombes. Il faut dire que le système de canalisation et d’évacuation faisant défaut dans plusieurs quartiers, la pluie y cause de sérieux dégâts.


Un 28 novembre dramatique à Mfilou-Ngamaba

Note utilisateur:  / 0

La fête de la Proclamation de la République a tourné au drame pour un adolescent résidant à Mfilou-Ngamaba, le septième arrondissement de Brazzaville. Alors qu’il attendait au bord de la chaussée avant de traverser, un minibus a fait une sortie de route spectaculaire et l’a subitement fauché. Le pauvre est mort sur-le-champ. Deux autres enfants percutés par le même véhicule se trouveraient dans un état grave. L’accident s’est produit sur l’avenue Ngamaba. Le chauffeur a pris la poudre d’escampette pour échapper à la justice populaire. Le minibus est garé au commissariat de police de l’arrondissement. La défectuosité du système de freinage serait à l’origine de cet accident meurtrier.


Coup du vendredi 31 novembre 2017 CHU ancien, CHU nouveau

Note utilisateur:  / 0

Les services ont rouvert timidement au CHU. Infirmiers et médecins reviennent peu à peu dans les différents départements. Qu’a-t-on retenu de la plus longue grève du plus grand établissement sanitaire du Congo? L’Histoire nous le dira. Mais il semble déjà visible que les anciens maux sont toujours là: il faut graisser la patte, parlementer pour utiliser l’ascenseur sinon faire porter son malade au dos d’un porteur qui facture 1000 francs par étage monté. Mais à tous les étages sont affichés deux avis sérieux: le bon accueil des malades est une exigence éthique, et puis: interdit de payer des services hors guichet et sans reçu. On dirait que le CHU manque cruellement de talons-souches ces derniers jours.


L’assassin du capitaine Kimbouala Nkaya est bien connu

Note utilisateur:  / 1

Dans notre dernière livraison, nous signale un lecteur avisé, nous avons écrit que le capitaine Kimbouala Nkaya fut froidement abattu devant sa famille en mars 1977 et «personne ne connait les assassins». Erreur, nous dit notre lecteur indigné : «Kim fut assassiné le 18 mars 1977 devant sa famille par le lieutenant Garcia. Tous les Congolais le savent, sauf celui qui a rédigé cet article. Lorsqu’on ne sait pas, on s’informe». De fait, il nous revient que la Conférence nationale souveraine de 1991 confirma cela, et mit cet épisode regrettable sous le coup d’une bavure assumée. Mille excuses à la famille pour la distraction, et merci à notre lecteur pour la vigilance.


Le domicile d’un député saccagé à Dolisie!

Note utilisateur:  / 0

Le domicile de l’ancien président du Conseil départemental du Niari et actuel député de la circonscription unique du district de Kimongo, dans le département du Niari, Jean Jacques Mouanda, a été saccagé la nuit du jeudi 23 au vendredi 24 novembre par des élèves-gendarmes. Et pour cause, ces derniers l’accusent d’avoir «sacrifié», pour les paraphraser, son fils gendarme, leur frère d’arme qui a trouvé la mort dans un hôpital de Pointe-Noire. Curieuse façon de se faire justice!

Informations supplémentaires