Coup d'oeil en biais

Mort pour avoir consommé un aphrodisiaque

Note utilisateur:  / 0

Un jeune de l’arrondissement 1 de Brazzaville a été la victime d’un aphrodisiaque la semaine passée. Selon des témoignages, il est mort dans un centre sanitaire où ses proches l’ont transporté après avoir fait usage d’un nombre important de plaquettes d’un produit dangereux. On n’en connaît malheureusement ni le nom ni la dose. Ne serait-il pas urgent que le ministère de la Santé s’intéresse, enfin, à cette explosion de la consommation d’aphrodisiaques?

Société de transport public urbain: la paralysie

Note utilisateur:  / 0

L’état de la société de transport public urbain (STPU) n’est guère reluisant. Alors que tout semblait rentrer dans l’ordre et que les bus avaient repris la desserte des quartiers de Brazzaville, c’est le retour à la case départ depuis la semaine passée avec l’arrêt du travail. En effet les bus ne circulent plus. Mais selon des sources syndicales il ne s’agit pas de grève mais de difficultés financières qui ne permettent pas à l’entreprise de s’approvisionner en carburant. Elle doit aux  fournisseurs habituels qui réclament le paiement des dettes antérieures. Aux dernières nouvelles, on envisagerait une réduction des salaires ou une compression des travailleurs.

Gare ou ferme?

Note utilisateur:  / 0

La gare ferroviaire de Brazzaville située à la lisière de Poto-Poto et du centre-ville affiche des allures non pas d’installations de débarquement et d’embarquement pour les voyageurs et les marchandises mais d’une ferme. L’herbe y dispute la place aux rails, aux bâtiments et autres entrepôts.  Il en pousse à vue d’œil. Des passants l’ont même transformée en toilettes publiques en plein air. C’est devenu aussi un refuge des fumeurs de chanvre et bandits de tout acabit. Finalement il devient une immense ferme dont les murs cachent cette réalité. Tout se passe comme si les agents du CFCO et de la Force publique qui y travaillent malgré l’interruption du trafic ferroviaire se plaisent dans cet environnement.

Un policier heurte une fille avec son véhicule et s’enfuit sans état d’âme

Note utilisateur:  / 0

Mardi 8 janvier 2018, à 7h58. Une Pick-up identifiée comme appartenant au Commissariat de police de Mayanga et conduit par un policier, roule en direction du centre-ville. Arrivé au Rond-point Bifouiti il est confronté à un embouteillage monstre. Le chauffeur décide de prendre la chaussée de gauche, donc il roule en sens inverse. Mais arrivé à hauteur de l’Ecole de la Gendarmerie, il percute une fillette de 12 ans qui tentait de traverser. La fille s’écroule. Elle est visiblement victime d’une fracture du pied droit. Le chauffeur, au lieu de voler à son secours, poursuit sa route à vive allure sans se retourner, abandonnant sa victime sur la chaussée. Des passants récupèrent cette dernière, arrêtent un taxi, l’y engouffrent et la conduisent au commissariat central de police situé en face du CEG Angola Libre où ils la déposent en expliquant aux policiers de service les circonstances de l’accident. Voilà comment se comportent certains agents de la Force publique alors qu’ils sont censés assurer la sécurité de la population.

Crime crapuleux à Madibou

Note utilisateur:  / 0

La scène s’est passée il y a deux semaines environ au quartier Kibina situé dans le huitième arrondissement Madibou, à Brazzaville. Après le viol d’une fillette de 11 ans qu’il a domptée par on ne sait quel appât, l’auteur, un ouvrier maçon de 45 ans environ, a cru  que tout s’était arrêté là. Mais la victime en proie à des douleurs se confie à ses parents. Le violeur est locataire dans leur parcelle. Il a avoué sa forfaiture et a été déféré sans autre forme de procès à la Maison d’arrêt.


Informations supplémentaires