Coup d'oeil en biais

Ils sont contre l’autoritarisme de l’homme à la blouse orange

Note utilisateur:  / 0

Il est déjà en vedette, le ministre Pierre Mabiala, après avoir retrouvé au sein du Gouvernement le ministère des Affaires foncières et du domaine public. Ayant refilé avec bonheur sa désormais célèbre blouse orange, il a donné la semaine dernière un délai d’un mois à la Fédération des terriens du Congo pour qu’elle lui transmette le fichier du recensement de ses membres. Il les accuse d’être à l’origine de l’occupation anarchique des terrains montagneux, marécageux et autres terrains non constructibles. Cela n’a pas été du goût du bureau coordonnateur de ladite fédération qui n’approuve pas cette manière de faire qui frise, selon ses membres, l’autoritarisme. En tout cas, la Fédération des terriens du Congo s’indigne du comportement du ministre, dans une déclaration rendue publique samedi 16 septembre.

Immobiles, les camions-remorques garés en face de la Direction générale de la douane

Note utilisateur:  / 0

On ne sait combien de temps encore les camions-remarques appartenant à une société chinoise occuperont le trottoir tout en débordant sur une partie de la chaussée goudronnée, en face de la Direction générale de la douane, sur le tronçon de route Place de la République (ex-CCF)-Immeuble ‘’Dix Etages’’, à Brazzaville. Ils posent problème, parce qu’obligeant les piétons à prendre le bord de la chaussée goudronnée au risque d’être renversés par des automobilistes inattentifs, à un endroit où même deux véhicules roulant en sens inverse sont obligés  de ralentir. Cela fait plus de six mois que ces camions-remorques bondés de futs de carburant sont garés là, sur 50 mètres environ. Les propriétaires de ces camions ne se soucient pas de libérer le trottoir. Normalement, c’est une occupation anarchique du domaine public que doit réprimer la Mairie, à moins de prouver le contraire.

Rentrée scolaire: un système à deux vitesses

Note utilisateur:  / 0

La rentrée scolaire 2017-2018 dans certains établissements privés d’enseignement général a eu lieu cette semaine. Dans le public, la date de la rentrée est fixée au 2 octobre prochain. Tout compte fait, c’est un système scolaire à deux vitesses qui s’installe au Congo. Et pourtant, à la rentrée du troisième trimestre de l’année scolaire 2016-2017, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire, chargé de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, avait pris une circulaire interdisant à tous les établissements privés de reprendre les cours avant ceux de l’enseignement public. Mais, cette fois-ci, il semble avoir laissé faire.  


A cause des tracasseries, ils rétablissent le tarif de 15000 francs entre Pointe-Noire et Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Les commerçants transporteurs opérant sur la route lourde Brazzaville-Pointe-Noire ont décidé de rétablir le coût du titre de voyage à 15.000 francs CFA, au lieu de 10.000 francs entre-temps, pour protester contre le comportement déviant des agents de la Force publique qui continuent à les rançonner. Malgré l’érection des péages le long de cette route, des militaires leur exigent de verser de l’argent à chaque piquet. C’est une taxe informelle dont ils n’auront jamais de justificatif. D’où vient-il que les militaires se mettent joyeusement à extorquer les pauvres commerçants transporteurs? Ce sont finalement les voyageurs qui paient les pots cassés, et cela n’est pas du goût de l’Association nationale des consommateurs qui a demandé aux commerçants transporteurs de s’adresser à la hiérarchie militaire pour qu’elle ordonne la fin des tracasseries que leur font subir les militaires au lieu d’augmenter le tarif entre Pointe-Noire et Brazzaville. Le droit de circuler librement n’est-il plus garanti au Congo?

De la bière au prix «mangondo» (défiant toute concurrence) dans les rues et marchés à Brazzaville

Note utilisateur:  / 1

La bière importée 1664 de marque Kronenbourg en boîte est sortie des supermarchés et autres boutiques pour se retrouver le long des rues, avenues et sur les étalages des marchés traditionnels de la ville-capitale. Elle est devenue de consommation facile, la boîte ne valant que 250, 200 voire 150 francs CFA, au lieu de 1000 francs CFA en temps normal. Chaque jour qui passe, le prix ne fait que décroître. Les amateurs ne ratent pas cette aubaine! Cette bière est même en train de se disputer la place aux traditionnels produits de consommation courante: eau glacée ensachée, arachide, gâteaux, mangues, beignets, sandwich, etc. La raison est simplement que la société qui l’importe est en train de liquider d’importants stocks dont la date de consommation arrive à expiration fin septembre 2017. Le carton de 24 boîtes qui coûtait 19000 francs CFA est aujourd’hui écoulé à 5000, 4000 ou 3000 francs CFA. Il faut maintenant craindre que des commerçants véreux profitent de la baisse vertigineuse du coût de cette bière pour faire, à leur tour, d’importants stocks à vendre les mois suivants en espérant échapper à la vigilance des consommateurs et des services habilités de contrôle. Les consommateurs ont donc intérêt à faire attention s’ils tiennent à préserver leur santé.

Informations supplémentaires