Coup d'oeil en biais

Des saucissons à l’ail en phase de péremption ou expirés écoulés à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Une série de saucissons ayant une date de péremption fixée à la fin du mois de mai 2018 continue d’être vendus dans les marchés de Brazzaville.  Le carton qui était commercialisé à 16500 francs CFA est aujourd’hui vendu à 6500 francs. Ce qui expliquerait que des tranches de saucisson de 100 francs ont presque triplé de volume. Puisque les services de répression semblent avoir baissé la garde, les consommateurs doivent faire attention aux produits périmés en vente sur le marché. Il en va de leur santé.

Malgré la crise, ils affichent leur bourgeoisie

Note utilisateur:  / 0

Malgré la crise économique et ses  effets néfastes sur le train de vie de la plupart des Congolais,  un lecteur a constaté qu’il y a de plus en plus de limousines rutilantes et orgueilleuses arpentant les routes goudronnées de Brazzaville. Il arrive que leurs chauffeurs  narguent les piétons, surtout la nuit. En voyant ces Prado, ces Peugeot, ces Safranes, etc., pimpantes et neuves, le touriste qui débarque à Brazzaville, poursuit-il, se convaincrait qu’il est bien dans la capitale d’un pays pétrolier. C’est peut-être cela qui consterne le leader de l’UMP (Union pour un mouvement populaire), Digne Elvis Tsalissa Okombi (un proche de la Majorité présidentielle), qui l’a dernièrement dénoncé à la fin du deuxième Conseil national ordinaire de son parti, le 11 juin dernier: «Alors que notre pays connait une crise qui nous rappelle celle vécue la fin des années 1990, certains compatriotes exhibent une richesse sortie de nulle part. Notre pays dérive vers un monde d’hommes forts, au détriment d’une nation protectrice de tous.»

Les drôleries de Koffi Olomidé

Note utilisateur:  / 1

Artiste-musicien très fantasque, Koffi Olomidé, le chef de l’orchestre Quartier latin, ne va pas arrêter de surprendre ses fans qui sont très nombreux à Brazzaville comme à Kinshasa. Actualité oblige, il affirme qu’il s’appelle désormais «Mamoudou Gassama», après s’être surnommé par le passé «Vieux Mopao», «Sarkozy », «Benoît XVI», «Vieux Ebola», etc. A cet effet, la star de la musique congolaise annonce pour bientôt la sortie d’un single. Cette œuvre s’intitulera «Sauver un bébé», ceci en hommage à la bravoure du jeune immigré malien qui a sauvé il y a quelques jours à Paris, en France,  un enfant en escaladant quatre étages d’un immeuble.

Avenue de l’auberge de Gascogne : une descente dangereuse vers l’ex-ORSTOM

Note utilisateur:  / 1

Les automobilistes feignent d’ignorer qu’il est exigé d’eux de rouler avec prudence sur une descente comme celle de  l’avenue de l’auberge de Gascogne, à la hauteur de l’ex-ORSTOM, à Makélékélé, l’arrondissement 1 de Brazzaville. Ni les chauffeurs de minibus de transport public, ni les taximen, encore moins les chauffeurs de voitures à usage personnel n’observent ce principe du code de la route. Récemment, un minibus d’une boulangerie revenait du Château d’eau. Arrivé à cet endroit dangereux, il a provoqué un carambolage en percutant deux taxis roulant en sens inverse, parce que son  système de freinage était défectueux. Bilan: trois blessés et des dégâts matériels. Quelques jours auparavant, au même endroit, un minibus de transport en commun avait percuté de plein fouet et tué un cyclomotoriste garé sur le trottoir. La direction générale des transports terrestre serait bien inspirée d’y installer des ralentisseurs et des panneaux de signalisation.


Enseveli sous des sacs de charbon

Note utilisateur:  / 1

Dans une rue en terre d’Indzouli, un quartier de Mfilou, le septième arrondissement de Brazzaville, un homme a été enseveli sous des sacs de charbon quand le véhicule qu’il convoyait, tombé dans un trou, s’est partiellement renversé. Plus de peur que de mal, il en est sorti sain et sauf. Ce véhicule était obligé d’emprunter cette rue en terre à cause du nid de poule qui se forme sur la route goudronnée située entre le rond-point Mouhoumi et le rond-point GPC (Groupement para-commando) et des embouteillages aux heures de pointe. Ce nid de poule s’est spectaculairement agrandi ces derniers mois et perturbe considérablement la circulation. Les routes goudronnées se dégradent à Brazzaville et les pouvoirs publics agissent à pas de caméléon (voir notre article en Page développement).


Informations supplémentaires