Coup d'oeil en biais

Claudine Munari a décliné l’invitation du procureur de la République de Brazzaville et donne ses raisons

Note utilisateur:  / 0

Dans un communiqué de presse signé à Brazzaville, le 16 mai 2017, par Charles Zacharie Bowao, son porte-parole, la Fédération de l’opposition congolaise,  indique que «suite à son interview du 14 mai 2017 sur les ondes de Rfi (Radio France Internationale), Madame Claudine Munari, député élu à Mouyondzi (Département de la Bouenza), a reçu, à titre personnel, une invitation du procureur de la République pour un échange sur le concept de «prisonnier politique», à son parquet, mardi 16 mai à 10h. En sa qualité de présidente de la Fédération de l’opposition congolaise et de député, Madame Claudine Munari a décliné cette invitation. Elle a encouragé le procureur de la République à résister aux pressions politiques de convertir le Ministère public en un office commis à l’oppression des citoyens et à la décousure de la loi. Le Palais de justice n’a pas vocation à organiser des débats publics sur les affaires politiques qui peuvent avoir lieu en tout autre endroit de l’espace public». Le communiqué de presse réaffirme, par ailleurs, la position de la Fédération de l’opposition congolaise, sur le référendum constitutionnel et l’élection présidentielle du 20 mars 2016.


Les opérateurs économiques congolais en détresse

Note utilisateur:  / 1

C’est le moins que l’on puisse dire, après la déclaration du président du bureau exécutif du Copéco (Collectif des opérateurs économiques congolais), Paul Nestor Mouandzibi Ndinga, dans laquelle il réclame, entre autres, le paiement des créances par l’Etat: «Les opérateurs économiques croupissent dans la misère la plus totale. Et si l’on ne réagit pas très vite, toutes leurs entreprises seront fermées, d’ici peu. Devant ce tableau sombre, nous sollicitons, auprès du Premier ministre, chef du gouvernement, son implication personnelle, en vue de la mise en place d’une commission regroupant les représentants du gouvernement et ceux des syndicaux patronaux, dans le but d’élaborer un plan d’apurement de la dette commerciale, dans un délai raisonnable; d’assouplir certaines mesures fiscales; de réengager tous les dossiers qui n’ont pas pu être engagés en 2016. Du ministre des finances, de s’ouvrir avec le bureau exécutif du Copéco, dans le but de trouver des solutions appropriées, afin de créer un climat d’apaisement et de confiance. Du ministre de l’aménagement du territoire et aux Grands travaux, de recevoir le bureau exécutif de Copéco, le plus rapidement possible, en vue de trouver une solution négociée au paiement des projets liés aux différentes municipalisations accélérées. Eu égard à ce qui précède, le bureau exécutif du Copéco sollicite l’arbitrage du président de la République, garant de l’unité et du bien-être social.»

Les agents de la Force publique sont-ils exempts du code de la route?

Note utilisateur:  / 0

On a le sentiment que le Congo est ce pays où conduire un véhicule de la Force publique signifie qu’on est exempt du code de la route: on brûle souvent les feux de signalisation, on aborde les ronds-points à contre-sens, on n’a pas besoin de clignotants, on dépasse n’importe comment. Malheur au citoyen qui fait remarquer à un de ces hommes en uniforme qu’il viole le code de la route! C’est ce qui est arrivé, jeudi 11 mai 2017, à un chauffeur d’un minibus de transport public, heurté par un véhicule de la Force publique. Pour avoir fait observer cette mauvaise conduite au chauffeur de ce véhiccule, il en a eu pour son compte. Il a été molesté devant des passants et clients impuissants à réagir, par des hommes en uniforme descendus du véhicule qui l’a égratigné à l’avant, à cause, il faut l’avouer, d’un taximan qui faisait lui aussi marche-arrière pour éviter un bouchon. Les militaires ont poursuivi leur route, comme si de rien était. Ce spectacle s’est déroulé sur l’avenue Marien Ngouabi, vers le marché de Mikalou.

Stade Président Alphonse Massamba-Débat: toilettes bouchées

Note utilisateur:  / 0

Un stade est un lieu devant disposer de toutes les commodités pour les spectateurs qui s’y rendent régulièrement. Or, au Stade Massamba-Débat, à Brazzaville, rien ne semble tourner, concernant les toilettes. Elles posent problèmes. En effet, elles sont devenues repoussantes. Elles sont bouchées et les matières fécales ou les urines sont répandues partout. L’inconscience du public et le manque d’entretien des gestionnaires de cette enceinte sportive en sont la cause. Lorsqu’elles seront débouchées, on ne sait quand, faudra-t-il en assujettir l’accès au paiement d’un droit?

Quand Clément Mouamba rappelle à l’ordre les membres du gouvernement

Note utilisateur:  / 1

Le jeudi 11 mai 2017, le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba, a rappelé à l’ordre les membres du gouvernement, après ce qu’on pourrait appeler la cacophonie sur les nominations aux fonctions et emplois civils en violation des textes en vigueur. «Je rappelle notamment que les nominations, même à titre transitoire, aux fonctions  président de conseil d’administration ou de conseil de direction, de directeur général ou de directeur central des administrations et des entreprises et établissements publics sont de la compétence exclusive du Président de la République, Chef de l’Etat et du Premier ministre, chef du gouvernement», a-t-il écrit. avant de conclure: «Ainsi, toute nomination prononcée en violation des dispositions précitées est considérée comme nulle et de nul effet». Ce rappel à l’ordre coïncide avec la publication, le mercredi 10 mai, par le ministre des postes et télécommunications, Léon Juste Ibombo, de la note de service relevant Yves Castanou  à la tête de l’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et communications électroniques), son mandat de 7 ans ayant pris fin, et nommant son remplaçant, Henri Yandza Mouelé. C’est une pratique devenue courante, mais cette fois-ci, le Premier ministre, Clément Mouamba, se pose en chef qui n’entend pas voir les ministres marcher sur ses plates-bandes.

Informations supplémentaires