Coup d'oeil en biais

Un établissement scolaire ravagé par un incendie à Moukondo

Note utilisateur:  / 0

Les habitants de Moukondo, dans le quatrième arrondissement de Brazzaville, ont été réveillés lundi 29 octobre 2018, vers 3 h du matin, par l’incendie qui a ravagé le CEG du 28 novembre 1958. Il ne leur restait plus qu’à alerter les sapeurs-pompiers qui ont pu faire l’essentiel, mais le bâtiment administratif et la salle des professeurs ont été consumés. La directrice du collège a affirmé n’avoir rien récupéré. Archives, matériels didactiques, etc., tout est parti en fumée. Incendie criminel ou court-circuit? On se perd en conjectures.


La voleuse au teint clair sévit à Massina

Note utilisateur:  / 0

On la décrit comme étant ‘’Sylvie’’ ou ‘’Bibi’’,  mais elle est unanimement reconnue comme dangeureuse. Sa technique, qui aurait fait une victime, est la même. A Kingouari, mais surtout à Massina (quartier de Mfilou-Ngamaba), elle repère les personnes du troisième âge restées seules dans les parcelles. Elle leur développe un bon baratin assurant être envoyée par le ministère des Affaires sociales pour répertorier les veuves et les pauvres. Puis elle administre un puissant somnifère aux vieilles mamans sans défense, et  entre tranquillement dans leur chambre où elle emporte casseroles et vêtements (surtout les super wax). De teint éclairci par les maquillages, apparemment, la «drogueuse’’ court toujours.


Où vont les recettes de Radio-Congo et Télé-Congo?

Note utilisateur:  / 0

C’est le journal «Le Patriote» qui s’interroge, dans sa dernière livraison du mardi 22 octobre 2018. «Bien malin est celui qui dira avec exactitude la proportion des montants collectés dans les deux principaux organes publics que sont Radio-Congo et Télé-Congo. Ce que l’on sait, c’est que les budgets des différentes entreprises de presse sont domiciliés en hauts lieux. Les uns parlent du cabinet du ministre de tutelle, les autres évoquent le nom  d’un agent de sexe féminin aux pouvoirs exorbitants. Expressément déléguée par le ministre, cette femme étend son spectre sur les deux organes. Sans pièces justificatives, elle s’accapare journellement de tout ce qui tombe dans les deux caisses et disparaît, avant de réapparaître le lendemain pour le même rituel», écrit l’auteur de l’article.

«Génocide», ce n’est pas nouveau au Congo!

Note utilisateur:  / 0

Ça discute devant les lieux de vente des journaux à Brazzaville, depuis que le Gouvernement congolais a réagi vigoureusement contre Dominique Kounkou, l’auteur de l’ouvrage ‘’Le Génocide des laris au Congo’’, et L’Harmattan, chez qui il l’a publié. L’autre jour à l’arrêt de bus IFC (ex-CCF), un lecteur a rappelé que les responsables du régime Lissouba avaient eu des sueurs froides en janvier 1998, lors du Forum national pour la réconciliation, l’unité, la démocratie et la reconstruction du Congo organisé à Brazzaville au sortir de la guerre fratricide de 1997. Le Forum avait, en effet, affirmé qu’au Congo, il y avait eu génocide. Les vainqueurs de la guerre avaient voulu passer à la vitesse supérieure en proposant d’arrêter les dirigeants déchus ayant participé à ce Forum qualifiés de «génocidaires». D’autres avaient proposé de dresser une liste de ceux-ci. Il a fallu la sagesse du président du Forum et la compétence de la Commission juridique pour éviter ce premier dérapage.


Des tractations pour la mise sur pied de la Haute autorité de lutte contre la corruption?

Note utilisateur:  / 0

Après la dissolution de la Commission nationale de lutte contre la fraude, la corruption et la concussion que dirigeait Lamyr Nguelé, l’intérêt stratégique qu’on accorde à la structure qui la remplacera, la Haute autorité de lutte contre la corruption (HAC), commence déjà à délier des langues. Qui en sera le futur président? Dans une interview qu’il a accordée au journal Le Troubadour, le ministre Alphonse Claude Nsilou estime, par exemple, que «les changements qui ont été rendus nécessaires pour une meilleure gouvernance dans le cadre des engagements pris avec les partenaires au développement ne doivent pas jeter du discrédit sur les animateurs de la structure dissoute». Il a pris  carrément position en ajoutant: «Je pense que le principal animateur de cette structure dissoute dirigera la nouvelle structure, ceci, aussi, pour éviter la disparition des dossiers». Du reste, conclut-il, «M. Nguélé n’a pas démérité. Faire autrement, c’est lancer un mauvais message».

Informations supplémentaires