Coup d'oeil en biais

Encore un Sénégalais tué au Congo!

Note utilisateur:  / 0

D’après l’APS (Agence de presse du Sénégal), un ressortissant sénégalais de 36 ans «a été assassiné de la manière la plus atroce au Congo-Brazzaville» au début de ce mois. Porté disparu pendant deux jours, l’infortuné avait été retrouvé sans vie aux abords d’un stade dans un parc forestier. «Chaque mois on tue un Sénégalais au Congo. C’est inadmissible et intolérable. En tant que partie civile, nous allons porter plainte contre l’Etat congolais pour non-assistance à personne en danger. Nous n’accepterons pas que nos ressortissants soient traités de la sorte», s’est indigné un représentant de la société civile, tandis que le Gouvernement sénégalais a condamné énergiquement ce meurtre et demandé qu’une enquête soit ouverte pour déterminer les causes et les circonstances de la mort du Sénégalais.

SNE, branchez-nous au vrai courant!

Note utilisateur:  / 0

Le lundi 30 avril à Sibiti, à 21h 30mn, pour la énième fois le courant s’en est allé d’où il vient sans que l’on sache pourquoi, ni pour combien de temps. En l’espace d’une semaine, on a noté sept coupures intempestives de courant, soit la moyenne d’une coupure par jour, suffisante pour évaluer le désagrément causé aux consommateurs. A chaque fois, les nombreuses questions restent sans réponses au moment où la société vient de réaliser dans la ville de Sibiti une opération de pose des compteurs ancien modèle, alors que l’on s’attendait à passer de l’ancienneté à la modernité à Sibiti. Pendant que sous d’autres cieux on consomme le courant à la carte, dans la capitale de la Lékoumou on entretien ces instruments à polémique, prétextant d’obscures questions sociales trop sensibles pour être bousculées. SNE (Société nationale d’électricité), mettez-nous au courant!


Kabila avait boudé ses pairs au Sommet de Brazzaville

Note utilisateur:  / 1

L’absence du président Kabila le 29 avril à Brazzaville lors du dernier sommet de la Commission climat du bassin du Congo et du Fonds bleu continue à défrayer la chronique. Deux semaines après la réunion de Brazzaville, un coin du voile a été levé par l’hebdomadaire ‘’Jeune Afrique’’ qui affirme que l’homme fort de Kinshasa avait «boudé ses pairs», notamment ceux des pays de la SADC pour les critiques dont il avait fait l’objet de la part des Chefs d’Etat présents, mais en son absence, cinq jours plus tôt lors d’un sommet organisé à Luanda. Or ceux-ci étaient également présents à Brazzaville où une réunion informelle sur la situation en RDC était aussi à l’ordre du jour;  elle a eu lieu à huis clos le soir de la clôture du Sommet.  C’est pourquoi, révèle ‘’Jeune Afrique’’, Joseph Kabila n’a pas jugé utile de faire le déplacement de la capitale congolaise. Deuxième motif: les intérêts de Kinshasa n’y étaient pas suffisamment pris en compte. D’où la décision de Kabila de ne pas donner à son représentant personnel les pouvoirs nécessaires pour signer le fameux protocole instituant la Commission climat du bassin du Congo et le Fonds bleu.

L’hippopotame du fleuve Congo, à la corniche, a paniqué et amusé une foule de curieux

Note utilisateur:  / 1

Les bords de la corniche du centre-ville de Brazzaville ont désormais leur hippopotame.  Ce mastodonte a fait une apparition jeudi 3 mai 2018, dans le fleuve Congo vers le restaurant Mamiwata. Il a d’abord montré sa tête à la surface, a disparu ensuite dans les eaux pendant plusieurs minutes avant de réapparaître entièrement, provoquant la panique et amusant les curieux accourus de partout. C’est ainsi qu’il s’est offert en spectacle. Les pêcheurs, les touristes et les maraîchers sont avertis: il y a danger à cet endroit !


Ouragan et pluie endommagent des maisons à Owando

Note utilisateur:  / 1

Un vent violent a soufflé pendant environ trois heures, vendredi 4 mai 2018, sur la ville d’Owando. Il était accompagné d’une grande tornade. Selon le premier constat, plusieurs dégâts matériels ont été enregistrés et de nombreux blessés, admis en soins à l’hôpital 31 Juillet. De nombreux établissements scolaires ont perdu leurs toitures. A l’école des Trois présidents, le bâtiment central a été éventré et la toiture emportée. Trois bâtiments du  CEG Lheyet-Gaboka ont souffert de cette bourrasque. L’école catholique, les logements des gendarmes et plusieurs habitations des particuliers ont souffert également.


Informations supplémentaires