Coup d'oeil en biais

Salubrité et hygiène publiques : le maire de Brazzaville va-t-il réussir ?

Note utilisateur:  / 0

La municipalité de Brazzaville veut tordre le cou à la saleté et aux nuisances sonores. Le Premier vice-président, premier adjoint au maire, Guy-Marius Okana, en a donné le ton la semaine passée. Il a promis débarrasser la ville-capitale de la saleté présente dans les rues et avenues. Bennes et poubelles seront mises à contribution pour donner l’assaut à cette saleté. Mais, l’expérience prouve que ces opérations lancées souvent tambours battant finissent dans les oubliettes sans que la ville ne s’en trouve nettoyée. Cette fois-ci, Guy-Marius Okana et le conseil municipal vont-ils réussir à relever le défi? L’avenir le dira.

STPU: grève suspendue et non levée!

Note utilisateur:  / 0

En grève depuis le 9 août 2017, les travailleurs de la STPU (Société des transports publics urbains) ont finalement décidé, mardi 19 septembre, de suspendre leur mouvement. Ils se satisfont de la promesse faite par le Gouvernement de payer une partie des cinq mois de salaire qui constituent leur principale revendication. Le travail reprendra le 25 septembre, mais les travailleurs rappellent à qui veut les entendre que la grève n’est pas levée et, donc, elle peut reprendre à tout moment si le Gouvernement ne réalise pas sa promesse. Par contre, ils n’ont pas évoqué dans leurs déclarations le point du maintien ou non de l’actuel directeur de la société, car ils exigeaient son départ sans autre forme de procès. Sur cette question, ils ont peut-être mis un peu d’eau dans le vin, comme on dit.


Réunion des travailleurs dans les couloirs du CHU

Note utilisateur:  / 0

Toujours concernant le CHU, les travailleurs ont été surpris, mardi 19 septembre 2017, par l’interdiction qui leur a été faite par le directeur général par intérim, Jérémie Mouyokani, de ne pas tenir la réunion qu’ils avaient convoquée dans la salle où ils la tiennent d’habitude. Pour montrer leur détermination à ne pas céder à l’intimidation, ils l’ont tenue dans un couloir de l’établissement. Selon un témoignage, les travailleurs ont demandé à l’intersyndical qu’ils boudent pourtant de convoquer au plus tard le vendredi 22 septembre 2017 la réunion avortée entre-temps. Si rien n’est fait, ils décideront, lundi  25 septembre, de la suite à donner à leurs revendications. En tout cas, il règne un climat délétère au CHU.

Les syndicats du CHU n’ont plus la confiance des travailleurs

Note utilisateur:  / 0

Les travailleurs du CHU (Centre hospitalier et universitaire) de Brazzaville ont décidé de se passer de leur intersyndical et ont décidé de mener eux-mêmes la lutte pour leurs droits sociaux. Ils l’ont fait savoir au cours d’une assemblée générale tenue le 11 septembre 2017 après  avoir dénoncé à l’unanimité «l’attitude démissionnaire de l’intersyndical caractérisée», selon eux, par «la non prise en compte des recommandations de l’assemblée générale du 10 août dernier et le refus des responsables de l’intersyndical de communiquer». Ils ont mis en place un comité provisoire de crise. Pour eux, l’intersyndical est noyauté par l’administration. D’où leur décision de le mettre sur le banc de touche et de défendre leurs droits eux-mêmes, mais dans l’ordre et la légalité.

Sassou-Nguesso à New York, les opposants retrouvent du service

Note utilisateur:  / 0

Le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, se trouve à New York où il a prononcé, mercredi 20 septembre 2017, un discours à l’occasion de la 72e assemblée générale de l’ONU (Organisation des Nations Unies) qui s’y tient jusqu’au 25 septembre. La veille, il a eu un tête-à-tête avec la directrice générale du FMI (Fonds monétaire international), Christine Lagarde, et la procureure générale de la CPI (Cours pénale internationale), Fatou Bensouda. Mais, les opposants congolais ont voulu eux-aussi faire entendre leur voix à New-York. Ils se sont déplacés en masse mardi 19 septembre devant le siège des Nations-Unies pour alerter la communauté internationale afin qu’elle fasse pression sur le pouvoir de Brazzaville, pour obtenir «la libération des prisonniers politiques; l’arrêt immédiat des  bombardements dans le Pool et un dialogue sous l’égide de la communauté internationale.»  D’autres Africains francophones ont également manifesté devant le siège de l’ONU contre les chefs d’Etat de leurs pays respectifs.

Informations supplémentaires