Coup d'oeil en biais

Le gouvernement congolais épinglé par Amnesty International

Note utilisateur:  / 0

Amnesty International a dressé un constat alarmant dans son rapport annuel qui décrit les abus commis par les groupes armés, mais aussi par les gouvernements. Plusieurs pays africains sont épinglés pour la répression des mouvements d’opposition et de manifestations pacifiques. Commentant ce rapport, et parlant notamment du cas du Congo-Brazzaville, sur Rfi (Radio France internationale), mercredi 22 février 2017, Samira Daoud, directrice régionale Afrique de l’Ouest et du Centre à Amnesty International, a déclaré: «La situation au Congo- Brazzaville est extrêmement préoccupante, pour nous, et, malheureusement, les autorités congolaises nous refusent l’accès dans le pays. Donc, nous n’avons pas la possibilité d’aller enquêter sur place. Ce que nous avons constaté déjà depuis plusieurs mois, c’est que le droit d’exprimer les opinions politiques divergentes et le droit de manifester ne sont manifestement ni respectés ni protégés. Et il y a de nombreux prisonniers que nous considérons comme des prisonniers d’opinion, qui ont été arrêtés et pour lesquels nous demandons la libération, comme Paulin Makaya, par exemple, ou d’autres pour lesquels nous sommes particulièrement inquiets quant à leur état de santé. Donc, nous demandons aux autorités congolaises, d’une part, de libérer les prisonniers d’opinion,  et par ailleurs que la lumière soit faite sur les conditions de décès de monsieur Marcel Ntsourou.»

Arrêt de travail pour voler au secours de Maître Ludovic Désiré Essou

Note utilisateur:  / 0

Pour protester contre l’interpellation de leur collègue, Maître Ludovic Désiré Essou, en qualité de témoin, pour les besoins d’enquête suite à l’affaire du décès en détention de l’ex-colonel Marcel Ntsourou, les avocats du barreau de Brazzaville, réunis, lundi 20 février 2017, dans la salle d’audience de la Cour d’Appel, ont décidé de la «suspension des activités professionnelles des avocats devant les greffes et les juridictions pendant une durée de trois jours, à compter du mardi 21 février 2017». Dans leur déclaration, ils dénoncent «le non-respect de la procédure ayant abouti à l’interpellation de Maître Ludovic Désiré Essou» et exhortent «le Parquet de la République garant des droits et liberté, et la Gendarmerie nationale au respect de la loi». Leurs confrères du barreau de Pointe-Noire se sont joints, également, à ce mouvement d’arrêt de travail, mais ce jusqu’à l’élargissement de Ludovic Désiré Essou. Pour le barreau de Pointe-Noire, «la détention préventive» de Maître Essou est «illégale».  Signalons que la détention de l’infortuné a été prolongée, mardi 21 février, de 48 heures.


Le Congo ne figure pas dans le classement de développement des télécoms de l’U.i.t

Note utilisateur:  / 0

L’U.i.t (Union internationale des télécommunications) a publié son rapport «Mesurer la société de l’information 2016». Il y est dressé un classement du niveau de développement des T.i.c et télécoms dans 175 pays du monde. Onze indicateurs ont été retenus pour évaluer le niveau global de développement des T.i.c et télécoms dans ces pays, notamment le niveau d’accès aux T.i.c et télécoms, leur qualité et leur usage. Le continent africain vient loin derrière et 46 pays seulement ont été retenus dans ce classement. Le pays qui occupe le premier rang en Afrique, l’Ile Maurice, est au 73ème rang du classement mondial. Les deux derniers pays sont le Tchad et le Niger. Quant au Congo-Brazzaville, il ne figure pas dans ce classement. Le pays aurait accumulé des arriérés de droits à l’U.i.t. Autant dire que le développement des T.i.c ne peut se faire en dehors de l’U.i.t, un organisme des Nations unies régissant le domaine des télécommunications dans le monde.

Au sénat, les six affaires à l’ordre du jour ont toutes été adoptées

Note utilisateur:  / 0

Ouverte le 1er février dernier, la session dite administrative du sénat se tient normalement. Les six affaires inscrites à l’ordre du jour ont toutes été adoptées. Mais, la session se tenant pendant trois mois, les sénateurs attendent que le gouvernement leur envoie d’autres projets de loi pour examen et adoption. La séance de questions orales avec débat au sénat est aussi attendue. A l’assemblée nationale, la plénière prévue pour le jeudi 9 février n’a eu lieu que lundi 13 février, pour examiner et adopter les six affaires inscrites à son ordre du jour.

Inquiétude à Kibossi, où la population est menacée de famine, car bloquée

Note utilisateur:  / 0

Selon des témoignages, les populations de Kibossi, sur le C.f.c.o (Chemin de fer Congo-Océan), dans le département du Pool, sont bloquées dans leur localité, depuis déjà plusieurs jours, par l’armée. Personne n’y est autorisée à sortir, ni à y entrer. Conséquence : la famine s’y est installée. Les denrées alimentaires les plus courantes, comme le sel en viennent à manquer. Il faut acheter auprès des militaires, à prix d’or. Personne n’explique cette situation de fait. On ne sait pas si l’armée est à la recherche de fugitifs, pour justifier ce blocus dont personne n’explique les raisons. En tout cas, l’inquiétude est grande quant au sort de cette population abandonnée et isolée du reste du pays.


Informations supplémentaires