Coup d'oeil en biais

Des élèves en colère vandalisent les abords du boulevard général Alfred Raoul à Brazzaville

Note utilisateur:  / 1

La répétition, jeudi 25 octobre dernier, des scènes d’hystérie et d’évanouissements collectifs du CEG et lycée Nganga Edouard au lycée technique commercial, a mis en colère les élèves de cet établissement scolaire. Une foule d’apprenants s’est déversée sur le boulevard Alfred Raoul où les pots de fleurs qui lui donnent du charme ont été endommagés le long du trottoir. De même, sur l’avenue des Trois Martyrs, les poubelles de la société Averda ont été renversées. Des propriétaires de boutique ont dû momentanément fermé. La circulation automobile a même été perturbée dans ces voies.


Fausse alerte à l’école de la Poste à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Certainement pris de peur en voyant un véhicule noir approchant leur établissement scolaire vendredi 26 octobre 2018, les élèves de l’Ecole de la Poste, en centre-ville de Brazzaville, dans une panique générale, ont vidé les classes et cesser les cours, tout comme le personnel administratif et enseignant. Les enfants ont cru qu’une autorité du Gouvernement s’y trouvait et venait à leur école

Vingt malfrats arrêtés à Pointe-Noire

Note utilisateur:  / 1

Neuf jours pour le voleur et le dixième pour le propriétaire, dit l’adage. Vendredi 26 octobre dernier, les services de police judiciaire de Pointe-Noire et du Kouilou ont mis la main sur vingt bandits qui semaient la terreur dans les quartiers de la capitale économique congolaise. Leur travail a été facilité par les habitants et les responsables de certains quartiers, auteurs d’une pétition. Les malfrats interpellés sont accusés de vols à mains armées, de viols en série et de voies de fait sur enfant. La Justice veut savoir  comment ils opéraient, et qui sont leurs complices tapis dans l’ombre.


Sit-in, ça continue pour les ex-travailleurs de l’ex-ONPT

Note utilisateur:  / 0

Les ex-travailleurs du défunt Office national des postes et télécommunications (ONPT) poursuivent sans désemparer leur sit-in bruyant lancé le 1er octobre 2018, dans l’enceinte de leur ancienne entreprise. Ils réclament le paiement de leurs pensions de retraite et la créance de 585 millions de francs CFA de leur mutuelle détenue par l’Etat. Cela fait 9 ans depuis qu’ils les revendiquent. Pendant ce sit-in, ceux qui y participent tapent sur les casseroles et autres instruments en fer, pour se faire entendre, dans l’espoir que, tôt ou tard, la recette donnera ses fruits.

Brazzaville, capitale des pénuries

Note utilisateur:  / 0

Brazzaville est une ville adossée sur le deuxième fleuve le plus puissant du monde, et pourtant il y a toujours pénurie d’eau dans les robinets de l’ex-SNDE dans plusieurs quartiers. Le pays est l’un des plus gros producteurs de pétrole du Golfe de Guinée,  et pourtant, dans les stations-services à Brazzaville, il y a souvent des queues, à cause des pénuries de carburant. Enfin, les délestages électriques qui plongent des quartiers entiers dans le noir, à tour de rôle, malgré l’existence des grandes rivières au Congo et plusieurs barrage ou centrale hydroélectriques.  Eau, carburant, électricité: en tout cas à Brazzaville, la situation va de mal en pis. Des quartiers entiers en sont dépourvus pendant des jours, souvent sans qu’aucune explication ne soit fournie.


Informations supplémentaires