Coup d'oeil en biais

Les agents de la Force publique sont-ils mal payés?

Note utilisateur:  / 0

On ne peut pas ne pas se poser une telle question au regard des actes que posent  les agents de la Force publique en patrouille ou ceux assurant la garde. Ils donnent l’impression d’être abandonnés à eux-mêmes. Dans certains quartiers de Brazzaville, ils font la manche dans les boutiques ou les boulangeries de leur voisinage. S’ils ne demandent pas de l’argent, ils obligent les gérants à leur donner de la marchandise, des boîtes de conserve ou du pain, par exemple. Ce phénomène tend de plus en plus à s’amplifier. Il est curieux de constater qu’un agent de la Force publique, portant uniforme et arme, se mette à demander de l’argent aux passants!  


Uni-Congo pessimiste sur l’avenir du pays?

Note utilisateur:  / 0

Dans un communiqué rendu public à Brazzaville, l’Union patronale et interprofessionnelle du Congo (UNI-CONGO), pense que la solution au problème du Congo ne va pas se produire avec les innovations et les réformes visant l’accroissement des recettes de l’Etat. Pour elle, ces mesures «ne prennent pas en compte l’impact potentiellement négatif sur les contribuables» et vont «inévitablement continuer à engendrer une augmentation des prix à la consommation et du coût de la vie, avec un impact immédiat sur le pouvoir d’achat de la majorité des Congolais». Il apparaît, pense l’association patronale, «que ces réformes sont en totale contradiction avec la politique de diversification de l’économie, telle que définie et promue par le président de la République. Elles sont fortement dissuasives et ne laissent entrevoir aucune perspective d’investissements dans les secteurs visés: agriculture, mines, transformation du bois, tourisme, etc.». Enfin, «de nature contreproductive, les innovations contenues dans la loi de finances 2019 vont ralentir l’activité économique, mettre en difficulté un secteur privé formel déjà grandement impacté par la contraction de la demande intérieure, augmenter le chômage, et paradoxalement entraîner une baisse des recettes fiscales et de l’emploi. Par ailleurs, la promulgation du nouveau code forestier, fortement anti-économique, ne devrait qu’accentuer les difficultés rencontrées par les exploitants forestiers et annihiler définitivement les investissements dans ce secteur», pronostique l’Uni-Congo.


De Cuba, il écrit à La Semaine Africaine

Note utilisateur:  / 0

Notre rédaction a reçu la correspondance ci-après d’un étudiant congolais à Cuba: «Salut! Etudiant congolais en médecine à Cuba, 5 ans après que le président de la République ait pris l’engagement d’envoyer plus de 2 mille étudiants à Cuba pour acquérir des connaissances en sciences de santé dans le cadre du projet «Santé pour tous». Les ministres en charge du projet ont profité de la crise économique que traverse le pays pour abandonner ces étudiants à leur propre sort!  A ce jour, on en est à plus de 20 mois d’arriérés de bourse et d’assurance impayés. Le Gouvernement avait fait savoir que le montant de la bourse mensuelle est de 100.000 francs CFA, mais curieusement, la dernière fois, on n’a perçu que 90.000 francs CFA sans aucune explication. Quel avenir nous réserve-t-on?  A Cuba, nous payons le transport et bien d’autres  nécessités d’ordre académique et social. Il faut qu’on s’occupe sérieusement de nous, car nombreux parmi nous, n’ont pas de parents capables de leur envoyer de l’argent.» Allô, Brazzaville: quelle réponse à nos futurs cadres en danger à Cuba?

Faire partir les occupants des emprises des rivières à Ngoyo (Pointe-Noire)

Note utilisateur:  / 0

La lutte contre l’occupation anarchique du domaine de l’Etat va atteindre une phase irréversible à Ngoyo, le sixième arrondissement de la capitale économique congolaise. En effet, la mairie d’arrondissement a décidé de récupérer les emprises des lits majeurs des cours d’eau que des gens occupent anarchiquement et illégalement. Les services habilités vont les déloger au plus tard le 28 février prochain. Comme quoi, l’Etat finit toujours par faire prévaloir ses droits.  


Concert de casseroles au ministère de l’Economie forestière!

Note utilisateur:  / 0

Encore un concert de casseroles devant le ministère de l’Economie forestière, à Brazzaville ! Lundi 18 et mardi 19 février 2019, les agents contractuels de ce ministère ayant fait l’objet d’un licenciement collectif le 30 janvier 2018 sont venus, eux-aussi, avec leur tonitruant concert qui a perturbé la quiétude des malades et agents de la maternité Blanche Gomes, en face du ministère. La recette ayant fait ses preuves dans certains cas, ils ont créé aussi leur orchestre, pour réclamer leurs droits de licenciement et la prime de bonne séparation. Certains ayant 10, 12, 14, 16, voire 20 ans d’ancienneté. A la date de leur licenciement, ils cumulaient 20 mois d’arriéré de salaire, affirment-ils. L’orchestre a cessé ses concerts parce que le dossier se trouverait maintenant sur la table du vice-premier ministre.


Informations supplémentaires