Coup d'oeil en biais

La rougeole tue toujours au Congo: 32 décès enregistrés à Pointe-Noire!

Note utilisateur:  / 0

Près de 32 personnes ont été tuées, déjà, sur 800 cas déclarés d’épidémie de rougeole, dont 77% d’enfants atteints, à Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, et dans le département du Kouilou, au Sud-Ouest du pays. Le bilan des victimes, au 14 juin 2011, a été confirmé par le professeur Alexis Elira Dokekias, directeur général de la santé. C’est autant dire que la situation est alarmante. S’il faut ajouter les épidémies de poliomyélite sauvage (200 personnes tuées), en octobre et février dernier, et de Chikungunya (près de 4000 cas enregistrés), récemment, on a l’impression que tous les diables des épidémies du monde sont aux trousses des Congolais. En réalité, la baisse de la couverture vaccinale, due à des faiblesses importantes, à Pointe-Noire et dans le Kouilou, y serait pour beaucoup. Les autorités sanitaires ont, semble-t-il, reconnu leur responsabilité dans le manque d’effricacité à prévenir des épidémies. Pour le directeur général de la santé,  il est «inconcevable qu’en plein XXIème siècle, les maladies qui sont évitables, avec la vaccination, puissent encore émerger dans le pays, en frappant la couche la plus vulnérable de la population, les enfants». Et pourtant, le mal est là. Il faut donc une grande mobilisation pour le combattre.

Deux buffles-agresseurs ont été abattus par des villageois, à Allembé

Note utilisateur:  / 0

La scène s’est passée, la semaine dernière, à Allembé, localité du département des Plateaux. Deux jeunes filles étaient allées en forêt, pour cueillir les feuilles de «coco» ou mfumbua. Elles se sont retrouvées dans une zone où règnent des buffles. Justement, deux buffles les ont vite repérées et les ont, aussitôt, prises en chasse. La course-poursuite s’est terminée au seuil du village, où l’une des filles, agressée, a été blessée, au niveau  du sein gauche. Craignant le pire, les villageois n’ont pas attendu l’autorisation des autorités locales et ont abattu, sans autre forme de procès, les deux bêtes. Ils ne pouvaient admettre que ces buffles, qui sèment la terreur au sein de la population, viennent faire la loi jusqu’au village. Les deux filles ont été, ainsi, sauvées.

Les accidents de la route deviennent monnaie courante

Note utilisateur:  / 0

L’assemblée nationale pleure un de ses membres, tué dans un accident de la circulation. Il s’agit du député suppléant de Loumo, Jean-Pierre Denga, mort le 13 juin dernier, dans un accident qui serait dû à un  excès de vitesse, sur la route nationale n°1. Avec lui, trois autres occupants du véhicule accidenté sont morts, tandis que trois étaient blessés. Le nombre d’accident sur la voie publique est en nette augmentation, depuis que les routes sont de plus en plus belles. Dans certains départements comme la Cuvette, on signale un nombre croissant d’accidents de motos Djakarta. Cette hausse d’accidentés ne semble pas émouvoir le gouvernement à prendre des mesures draconiennes, pour que la route goudronnée au Congo ne soit pas si meurtrière. On devrait pénaliser les excès de vitesse, les surchargements et être rigoureux avec l’état technique des véhicules, particulièrement ceux du transport en commun. Par ailleurs, on devrait envisager la construction des ralentisseurs, les fameux dos d’âne, à certains endroits, sur les routes goudronnées, pour obliger les automobilistes à ralentir. Et pourquoi ne pas obliger les gros véhicules B.t.p à ne traverser la ville que pendant certaines heures et ouvrir des voies à sens unique? En tout cas, si rien n’est fait, la route goudronnée risque de devenir une grande tueuse dans le pays. Les conducteurs de minibus roulent à tombeau ouvert, sans se soucier de quoi que ce soit, sinon que de leurs recettes journalières. Un phénomène qui met, chaque jour, en péril, la vie d’innocentes personnes.

Les prix galopent, le gouvernement assiste…

Note utilisateur:  / 0

La ville de Brazzaville connaît, une fois de plus, depuis quelques mois, une hausse inquiétante des prix des produits de première nécessité. Quelques exemples suffisent à mettre en lumière cela. Le litre de pétrole lampant est, maintenant, vendu à 1000 francs Cfa par les revendeurs, dans les quartiers et les marchés. Le prix du kilo de sucre est passé de 600 francs Cfa à 1000 francs. Les prix ont pareillement galopé, concernant les poissons, l’huile, etc. Le succès n’a pas non plus couronné, totalement, l’entreprise de lutte contre la hausse du prix du ciment. Les consommateurs constatent que leur pouvoir d’achat ne fait que s’amenuiser, en dépit de la légère amélioration du niveau de salaires dans la fonction publique, pendant que le gouvernement donne l’impression d’assister, sans réagir, à cette inflation des prix des produits sur le marché. Le Ministère du commerce a, vraiment, du pain sur la planche.

Deux footballeurs congolais ont pris la poudre d’escampette en France

Note utilisateur:  / 0

On désirait une préparation sérieuse des Diables-Rouges cadets, en Europe, avant leur participation à la Coupe du monde des moins de 17 ans, qui se déroulera, à partir du 18 juin, au Mexique. Vœu exhaussé, car ils ont été envoyés en stage en France, notamment à Auxerre. Mais, quelques jours seulement après leur arrivée, on a appris qu’un défenseur et un des trois gardiens de but retenus pour la campagne mexicaine ont foutu le camp, en catimini. Objectif atteint? L’un des fugitifs se serait vu octroyer la nationalité congolaise pour être sélectionné. On comprend, également, pourquoi des chancelleries tergiversent, pour attribuer aux sportifs, pour le cas du Congo, des visas d’entrée dans leurs territoires.

Informations supplémentaires