Coup d'oeil en biais

La grève générale illimitée décrétée par la C.r.p.e suspendue et non levée

Note utilisateur:  / 0

Le 3 janvier dernier,  la C.r.p.e (Concertation pour la revalorisation de la profession d’enseignant), une plate-forme syndicale autonome des travailleurs de l’enseignement, demandait à ses adhérents d’observer une grève générale illimitée sur l’ensemble du territoire national. Le mot d’ordre de grève était bien suivi, semble-t-il, par les enseignants, puisque l’école était paralysée, en partie. Mais, ces derniers ont été priés de reprendre le chemin de l’école, par la direction du bureau exécutif. Interrogé sur cette volte-face, l’un des membres du bureau a expliqué qu’il ne s’agit pas d’une levée de grève, comme l’ont fait croire certaines personnes, mais, plutôt, d’une suspension, le gouvernement ayant accepté de régler un certain nombre de leurs problèmes. La preuve, a-t-il dit, «le mouvement de grève sera relancé à partir du 15 février, si le gouvernement ne tient pas sa promesse». Voilà qui laisse sous-entendre que c’est à coup de grèves ou de menaces de grèves que les problèmes qui minent le secteur de l’éduction au Congo, sont résolus.

Mugef: le collectif des mutualistes réclame la tenue d’une assemblée générale extraordinaire

Note utilisateur:  / 0

Plus rien ne va à la Mugef (Mutuelle générale des travailleurs de la  Fetrasseic). Des mutualistes, réunis au sein du «Collectif des mutualistes», demandent la tenue d’une assemblée générale extraordinaire, pour examiner le différend qui les oppose à la hiérarchie, différend relatif à la révision des prestations allouées aux mutualistes, suite à la prolongation de la retraite à 60 ans. Ils ont, déjà, adressé deux correspondances, respectivement au président de la Mugef (lettre n°280 du 2 juin 2010), doublée d’une pétition, et au secrétaire général de la Fetrasseic, dans lesquelles ils suggèrent la révision à la hausse des prestations allouées aux mutualistes. Mais, ces lettres restent encore sans réponse. Devant le silence des responsables de la mutuelle, le collectif des mutualistes de la Mugef n’a pas trouvé mieux que demander la tenue d’une assemblée générale extraordinaire, pour examiner cette question. Pour le collectif des mutualistes «la prolongation de l’âge de la retraite doit faire l’objet d’un débat entre les mutualistes et leur hiérarchie. Plus on cotise, plus on gagne», confient-ils.

Chaude alerte au quartier Château d’eau à Makélékélé (Brazzaville)

Note utilisateur:  / 0

S’étant échappée d’une bouteille, une épaisse fumée de gaz de chauffage a plongé, samedi 22 janvier 2011, vers 14h, le quartier Château d’eau, à Makélékélé, dans la panique. Tout est parti de la livraison de gaz au dépôt Faakir, situé à quelques mètres de l’arrêt de bus «Château d’eau», sur l’avenue de l’Abattoir, qui mène au quartier Kinsoundi. Comme on le fait, souvent, pendant le déchargement, les livreurs se mettent en chaîne et se balancent les bouteilles, du camion au dépôt. Mais, dans ce jeu, une bouteille est tombée par terre, laissant échapper le gaz. Une épaisse fumée a envahi les lieux, provoquant la débandade chez les passants. La fumée a pris la direction du feu d’un restaurant spécialisé dans les grillades, à environ une centaine de mètres. Dieu merci, un vent contraire a empêché la fumée de gaz de l’atteindre, autrement, on aurait assisté, sans doute, à un incendie.

Trois blessés graves dans un accident à Talangaï, sur la route nationale n°2

Note utilisateur:  / 0

Dimanche 23 janvier 2011, un minibus de marque Hiace roulait à tombeau ouvert sur la route nationale n°2. Arrivé à l’arrêt Emeraude, à hauteur du lycée Thomas Sankara, à Talangaï, le sixième arrondissement de Brazzaville, le système de freinage a, semble-t-il, lâché. Le véhicule a fini par percuter, de plein fouet, l’arrière d’un bus de marque Toyota Coaster qui, à son tour, a heurté un autre minibus. Dans ce carambolage, les trois véhicules sont plus ou moins cabossés. Heureusement, il n’y pas eu de mort. Mais, trois personnes ont été grièvement blessées et conduites, immédiatement, à l’hôpital de Talangaï. On a enregistré, aussi, quelques blessés légers. Il faut dire que les transporteurs en commun, courant toujours derrière le temps pour faire des recettes, constituent, souvent, un grand danger dans la circulation routière.

Tué par l’effondrement d’un mur, à Kinsoundi

Note utilisateur:  / 0

La bourrasque qui a soufflé sur Brazzaville, dimanche 23 janvier 2011, à l’aube, et la pluie qui a suivi ont causé un malheur à Kinsoundi, un quartier de Makélékélé, le premier arrondissement de la capitale. On y signale le décès d’un père de famille, suite à l’effondrement du mur de sa maison qui l’a littéralement surpris, en s’écroulant sur lui. Son épouse y a échappé, de justesse. Toujours à Kinsoundi, dans la rue Alphonse Nkouka, vers le marché Stella, le mur d’un domicile s’est également écroulé, mais sans faire de victime. Heureusement! De l’autre côté de Mfilou, le septième arrondissement de la capitale, des bancs de sable ont enseveli les rails du C.f.c.o (Chemin de fer Congo océan), au niveau de la gare de PK Mfilou, sur une distance de plus de  50 mètres, empêchant la circulation du train, notamment le train VO 81, communément appelé «Air Pool», en provenance de Nkayi. Heureusement, à 2h du matin, des tâcherons mobilisés par la direction générale du C.f.c.o, pelles et râteaux à la main et bottes aux pieds, ont donné l’assaut aux bancs de sable couvrant les rails. Et la circulation sur le chemin de fer a pu reprendre normalement.

Informations supplémentaires