Coup d'oeil en biais

Congo-B/Congo-K: après la réchauffe officielle, le froid!

Note utilisateur:  / 0

Bien malin qui saura qualifier l’état des relations diplomatiques actuelles entre les deux Congo, dont les capitales se regardent par-dessus le majestueux fleuve Congo. Il y a quelques jours, la commission mixte défense et sécurité des deux pays se réunissait à Kinshasa, la capitale de la RDC. Le communiqué final magnifiait les bonnes relations entre les deux Etats et leur volonté de régler les points de divergence dans le dialogue. Mais, quelques jours seulement après cette rencontre ministérielle, le gouvernement du Congo-K rappelait, vendredi 25 mars, son ambassadrice à Brazzaville, Mme Esther Kirongonzi, en poste depuis huit ans. Aucune autre explication à cela. Le gouvernement du Congo-B. dit qu’il n’y a aucun problème avec son voisin. Il faut aller dans la rumeur, pour s’entendre dire que le gouvernement du Congo-K reproche à Brazzaville son refus d’extrader le général Faustin Munene, qui serait le cerveau penseur de l’agression armée contre la résidence secondaire du président Joseph Kabila dont les assaillants seraient venus du Congo-B, soupçonne-t-on, à Kinshasa. Bref, le ciel des relations entre les deux pays est plutôt chargé de soupçons, alors que sur le plan officiel, tout est nickel.

La justice encore intraitable pour un trafiquant de peaux de panthère

Note utilisateur:  / 0

En finir avec l’impunité dans le braconnage et le trafic des espèces protégées! Ce sont les maîtres-mots qui animent la justice congolaise. Les procès contre les trafiquants d’espèces protégées se poursuivent à la troisième chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Brazzaville. Le dernier en date a impliqué deux citoyens congolais, dont un agent de la force publique, pris en flagrant délit de détention et de commercialisation de peaux de panthère. Le verdict, pour l’un des deux, est tombé, le 10 mars dernier. Il écope de 15 mois d’emprisonnement et d’une amende de 300.000 francs Cfa. Chapeau, aussi, à la direction départementale de l’économie forestière de Brazzaville, à la force de l’ordre, et au Palf, qui abattent un travail louable, contre les fossoyeurs de la faune.

 

Le curé de Saint-Pierre Claver de Ouesso met le holà au désordre dans sa paroisse

Note utilisateur:  / 0

Dissensions internes, absences injustifiées aux répétitions et aux réunions, mauvaises prestations lors des messes dominicales, voilà les maux qui minaient les chorales «La Semence» et «Saint Pierre Claver» de la cathédrale Saint-Pierre Claver de Ouesso, dans le département de la Sangha. Afin de mettre le holà à ce désordre, le curé de la paroisse n’a pas jugé mieux que de suspendre ces  deux chorales, du 27 février au 27 mars. Entre-temps, les messes, à la paroisse, sont animées par d’autres mouvements, comme Saint-Michel, Le Renouveau et les Légionnaires. Et comme si cela ne suffisait pas, lundi 21 mars 2011, en matinée, ce sont les membres de la confrérie Notre-Dame sans frontière qui ont, à leur tour, écopé d’une sanction d’un mois (du 21 mars au 21 avril), infligée par le curé de la paroisse, pour n’avoir pas assuré le désherbage de la partie qui leur est réservée, à côté de l’église. Que ces mesures disciplinaires soient éducatives, pour que l’ordre revienne à la paroisse Saint-Pierre Claver de Ouesso.

Ils auraient perdu le sommeil, les postiers!

Note utilisateur:  / 0

Il paraît que les travailleurs de la Sopeco (Société des postes et d’épargne du Congo) n’ont plus le sommeil, à cause de la création, prochainement, de la banque postale, un projet datant de 1999. C’est que la banque postale en gestation serait retirée des services financiers de la Sopeco dont elle ne dépendra donc plus. Cela donne des soucis aux travailleurs. Alors, réunis la semaine dernière, à Brazzaville, les syndicalistes de la Sopeco ont manifesté leur crainte, surtout qu’ils ont appris que le dossier avance, sûrement. «S’il faut la créer, il faut que notre société (NDLR: Sopeco) ait une grande part», a précisé leur secrétaire général. En tout cas, avec la création de la banque postale, les travailleurs de la Sopeco craignent des fins de mois difficiles. On comprend pourquoi ils veulent s’impliquer dans ce dossier.

Une bourrasque a endommagé une trentaine de maisons à Kiossi

Note utilisateur:  / 0

Kiossi, une localité du département de la Bouenza, a, récemment, été secouée par une bourrasque, suivie d’une pluie torrentielle. Les dégâts matériels sont importants. Vingt-huit maisons, trois écoles et une église, ayant perdu leurs toitures; des arbres ont été déracinés, etc. L’ampleur des dégâts est telle que les autorités de la localité, ainsi que celles de la sous-préfecture ont lancé un appel au gouvernement et aux O.n.gs pour venir en aide aux populations sinistrées qui, dans leur désarroi, ont le regard tourné vers eux.

Informations supplémentaires