Coup d'oeil en biais

Un ressortissant rwandais blesse sa concubine à Oyo, à l’aide d’une arme blanche

Note utilisateur:  / 0

Des voyageurs en provenance d’Oyo, dans le département de la Cuvette, ont signalé un acte atroce perpétré par un ressortissant rwandais, dans cette localité. Pour un motif non révélé, celui-ci a blessé, samedi 14 mai dernier, à coups de couteau, sa concubine, originaire de la République Démocratique du Congo, avec qui il a eu, pourtant, un enfant. Après son forfait, l’agresseur a pris la poudre d’escampette avec un autre compatriote. La gendarmerie devrait ouvrir une enquête et mettre la main sur lui.

Ils ont détruit l’école de leur village pour assouvir leur colère

Note utilisateur:  / 0

Ainsi se sont comportés, le lundi 9 mai dernier, des habitants du village Inga, situé à 108 km au Nord de Brazzaville, la capitale congolaise, sur la route nationale n°2. En effet, des inciviques ont démoli un bâtiment abritant trois salles de classe et arraché les tableaux. Ce serait, tout simplement, pour manifester leur colère contre l’élection du nouveau président du comité du village, que ces habitants inciviques auraient agi ainsi. Ils ont donc procédé au pillage en règle de l’école du village. A cause de cela, les 396 élèves de leur école et les 4 enseignants, dont 3 femmes, étaient en vacances forcées. Pour terminer l’année scolaire, les autorités nationales ont décidé de squatter les locaux des églises de réveil, où les cours ont repris, lundi 23 mai. Les enseignants y seront relogés, également. Mais, quel sort pour les vandales?

Un contrebandier chinois bientôt devant le juge à Brazzaville!

Note utilisateur:  / 0

Dans cette même rubrique, on a fait l’écho, il y a quelques semaines, de l’arrestation, le 22 janvier dernier, d’un contrebandier chinois, âgé de 35 ans, à l’aéroport international Maya-Maya, à Brazzaville, trouvé en possession de défenses d’éléphants et divers objets en ivoire. Aussitôt, il fut remis, par la brigade des eaux et forêts, à la gendarmerie. Eh bien, il doit comparaître, mercredi 25 mai 2011, devant le juge de la deuxième chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Brazzaville. Que risque-t-il, s’il est jugé coupable? Jusqu’à 5 ans d’emprisonnement ferme et une amende pouvant atteindre 5 millions de francs Cfa. En tout cas, même en silence, le projet d’appui à l’application de la loi sur la faune sauvage travaille.

La vigilance des pilotes a permis d’éviter un crash à l’aéroport international Maya-Maya

Note utilisateur:  / 0

Vendredi 20 mai 2011, aux environs de 10h, à l’aéroport international Maya-Maya, à Brazzaville, un avion de T.a.c (Trans Air Congo), immatriculé Q 8202, s’apprêtait à prendre l’envol, en partance pour Douala (Cameroun), via Pointe-Noire. Mais, avant le décollage, le commandant de bord a détecté une panne de moteur. Il a demandé, aussitôt, aux passagers de débarquer, immédiatement. Il y avait à bord plusieurs passagers, parmi lesquels des personnalités comme Pascal Tsati-Mabiala, secrétaire général de l’U.pa.d.s (Union panafricaine pour la démocratie sociale), Victor Foudy, député de la première circonscription de Mvoumvou, à Pointe-Noire, et le ministre Martin Parfait  Aimé Coussoud Mavoungou. Ils ont été embarqués dans un autre avion, quelques heures après.

Quand une rencontre de nzango tourne en affrontement sanglant, à Dolisie

Note utilisateur:  / 0

Dimanche 22 mai 2011, au stade Norbert Okoumou, en face du quai de la gare du C.f.c.o (Chemin de fer Congo Océan), à Dolisie. Un tournoi de nzango a regroupé plusieurs équipes de la capitale de l’or vert. Mais, entre l’équipe de la mairie et celle du C.a.d.d.m.j, une association de jeunesse fondée par le ministre André Okombi Salissa,  la rencontre a, tristement, tourné en affrontement, à cause de la découverte, par les dirigeants de l’un des protagonistes, du féticheur adverse, semble-t-il. Le sac de ce dernier était devenu leur convoitise. Mais, le prétendu féticheur tenant à son bien, il y a eu une bagarre généralisée. Bouteilles et pierres ont volé, faisant au moins trois blessés. L’intervention du maire de Dolisie et de la police a, heureusement, mis fin à la triste exhibition, qui dénote un manque de fair-play de la part des joueuses de nzango des deux équipes.

Informations supplémentaires