Coup d'oeil en biais

Trois boutiques réduites en cendres à Impfondo

Note utilisateur:  / 0

Le stockage du carburant par certains grossistes dans des conditions d’insécurité pose problème. C’est dans ces circonstances que s’est produit un incendie, l’après-midi du mercredi 19 avril 2017, au marché central d’Impfondo, communément appelé marché Bakandi. Trois boutiques ont été réduites en cendres, dont un dépôt de motos géré par un ressortissant camerounais. Deux motos ont été pillées par des malfrats, dans la confusion. N’eut été l’élan de solidarité de la population, tout le quartier du marché aurait brûlé, les sapeurs-pompiers ayant montré leurs limites. Les dégâts matériels seraient importants.

Sauvagement agressé par un agent de la force publique, il porte plainte

Note utilisateur:  / 0

Un jeune automobiliste a été sauvagement tabassé par un agent de la Force publique «affecté à la garde d’une autorité du pays», d’après lui. La scène s’est passée, mardi 18 avril 2017, vers 19h, au niveau de  la station-service X-Oil située en face de l’ex-Campus Impérial, au centre-ville de Brazzaville. L’infortuné avait garé sa voiture, comme tous ses collègues attendant d’être servi à la pompe, à tour de rôle, en cette période de pénurie de carburant. L’agent de la force publique estimant que la voiture du jeune chauffeur obstruait la voie, il lui a intimé l’ordre de la déplacer. Mais, comme ce dernier tardait à s’exécuter, tout en faisant la moue, il l’a roué de plusieurs coups de poing au visage et à d’autres parties du corps. En tout cas, il l’a sauvagement tabassé et l’assistance, impuissante, a craint le pire. Le pauvre, sans défense, n’avait plus qu’à prendre la clé des champs. Revenu un peu plus tard, pour récupérer sa voiture, il a été consulté par un médecin. Il ressent notamment des douleurs au niveau de la région lombaire. Le lendemain, il a porté plainte contre X au parquet du Tribunal de grande instance de Brazzaville.


Albert Etoto-Ebakassa veut améliorer les conditions de détention du général Mokoko

Note utilisateur:  / 0

Dans un courrier daté du 7 avril 2017, le premier avocat général de la Cour suprême, Albert Etoto Ebakassa, a saisi le directeur général de l’administration pénitentiaire, lui demandant «autant que faire se peut, d’améliorer un tant soit peu les conditions de sa détention (N.d.l.r: celle du général Mokoko) et de garantir ses droits de détenu tel que fixés dans le règlement intérieur de la Maison d’arrêt». Il faut dire que cette lettre est une réaction du premier avocat général à la demande qui lui était adressée par le Collectif des avocats en charge de la défense du général Jean-Marie Michel Mokoko, ancien candidat à l’élection présidentielle anticipée du 20 mars 2016, toujours en attente de procès, comme beaucoup d’autres dirigeants de l’opposition détenus à la Maison d’arrêt. Ses avocats se plaignent des conditions désastreuses de sa détention à la Maison d’arrêt de Brazzaville.


Pour l’opposition, il y a une dimension politique dans la crise du Pool

Note utilisateur:  / 0

Christophe Moukoueké, porte-parole du Collectif des partis de l’opposition congolaise, la plateforme de l’opposition que dirige Mathias Dzon, a affirmé sur R.f.i, le 17 avril dernier, que la résolution de la crise du Pool, département où l’insécurité prévaut depuis une année, est politique: «Pensez-vous que ce qui se passe au Pool n’a pas une dimension politique? Ce n’est pas normal, il faut arrêter cela. Il faut immédiatement trouver une solution. Et c’est une solution à laquelle nous pouvons tous concourir. C’est une question politique et il faut trouver une solution politique». L’opposition n’est pas d’accord avec la proposition du secrétaire général du P.c.t, de reconduire les mêmes élus, au cas où il n’est pas possible d’organiser les élections dans le Pool.


Des blessés graves dans un accident à Ngoyo

Note utilisateur:  / 0

Un stupide accident de circulation s’est produit dans l’après-midi du mardi 11 avril 2017, au quartier Mayinga, à Ngoyo, le cinquième arrondissement de Pointe-Noire. Un taxi a terminé sa course sous un bus de la S.t.p.u (Société de transport public urbain). Le bilan est incertain. Si certains parlent de plusieurs blessés se trouvant dans le taxi, d’autres affirment qu’on déplore un mort, en plus du chauffeur de taxi qui serait dans un état critique.

Informations supplémentaires