Coup d'oeil en biais

L’impact du gisement Moho-Nord est nul sur l’économie nationale

Note utilisateur:  / 0

Après le lancement officiel de l’exploitation du gisement Moho-Nord, situé au large de Pointe-Noire, les Congolais s’attendent à une légère embellie de l’économie nationale, très dépendante des cours du baril de pétrole. Dans la pratique, rien de cela ne s’est produit, pour le moment. Pour s’en défendre, les décideurs publics ont servi aux Congolais la thèse du baril de pétrole dont le prix ne s’améliore pas. Des investigations menées auprès des cadres nationaux patriotes experts en la matière et les dirigeants des sociétés pétrolières, il ressort que la société Total aurait fait une proposition aux autorités nationales de vendre les cargaisons de pétrole revenant à l’Etat congolais à 47 dollars américains. Pour ce service, Total retiendrait une décote de 3 dollars sur un prix de 50 dollars le baril. Malheureusement, la partie congolaise a décliné l’offre, en exigeant de récupérer les cargaisons qui reviennent à l’Etat congolais, afin de les confier à des traders qui, comme les fonds vautours, sont à l’affut de telles occasions, pour se faire des super profits. En recourant au trader, la décote varie de 7 à 10 dollars américains. Ainsi, pour un baril vendu à 50 dollars américains, le trader remet à l’Etat congolais entre 40 et 43 dollars américains. Pourquoi refuse-t-on la proposition de Total? That is the question.

 

Un candidat a saisi la Colel pour contester les résultats de Gamboma 2

Note utilisateur:  / 0

Les élections législatives couplées aux locales du dimanche 16 juillet 2017 ont risqué de mettre le feu aux poudres, surtout à l’intérieur du pays. Candidat indépendant dans la deuxième circonscription de Gamboma, dans le Département des Plateaux, Emmanuel Obami ne décolère pas. Il annonce avoir saisi la Colel (Commission locales des élections), pour contester les tendances des résultats sortis des urnes dans huit bureaux de vote. Pour lui, il y a eu des cas «très flagrants de fraude ou de tentative de fraude». Il affirme, en outre, que des urnes ont été bourrées dans plusieurs bureaux de vote, raison pour laquelle, ses délégués se sont abstenus de signer plusieurs procès-verbaux. Il stigmatise aussi la Force publique, qui aurait chassé ses délégués dans certains bureaux.

 

Dialogue au Congo: les observateurs de l’U.a en demandent à leur tour

Note utilisateur:  / 0

Selon l’équipe des observateurs de l’U.a, dirigée par l’ancien Premier ministre malien, Diango Cissoko, qui a livré ses observations, les élections législatives et locales se sont déroulées dans la tranquillité. Il n’empêche. Ils n’ont pas voulu faire table rase de la non-participation à ces joutes d’une frange de l’opposition qui a appelé au boycott desdites élections. De fait, la délégation a demandé au gouvernement de «prendre des mesures politiques fortes de décrispation favorables à la reprise du dialogue entre le pouvoir et l’opposition». Pour la mission de l’U.a, la préservation de la paix passe, inéluctablement, par «la voie du dialogue dans la résolution des différends et autres contradictions politiques», a ajouté le chef de la délégation.

Un accident a fait un mort sur la route de Louingui-Loumo, après les législatives

Note utilisateur:  / 0

Après la campagne électorale endeuillée par l’accident sanglant des militants U.d.h-Yuki, les élections législatives et locales, scrutin du dimanche 16 juillet 2017, n’ont pas manqué d’avoir aussi une page dramatique. Un accident de circulation s’est produit, en effet, sur la route Louingui-Loumo, lundi 17 juillet dernier. Il a fait un mort, une femme, en l’occurrence Clémentine Maoungou, et trois blessés graves. Le véhicule, qui serait tombé dans un ravin, faisait partie d’un convoi transportant l’équipe de campagne de la ministre Rosalie Matondo, tête de liste P.c.t aux élections locales, dans la circonscription de Loumo, dans le Département du Pool. On ne sait pas si l’excès de vitesse est la cause de cet accident.

Des braqueurs d’un expatrié chinois arrêtés grâce à la vidéo-surveillance

Note utilisateur:  / 0

Travaillant dans une société d’exploitation minière basée à Souanké, un district du Département de la Sangha, un expatrié chinois a été braqué par un groupe de trois malfrats, de nationalité congolaise, dont le chef de file est un certain Magloire. Ceux-ci lui ont extorqué 4 grammes d’or. La scène s’est déroulée dans la nuit du 5 au 6 juillet 2017. La police a réussi à mettre la main sur eux, grâce au film de la vidéo-surveillance installée au domicile de l’infortuné. Visionnée par les services de la direction départementale de la police de la Sangha, la vidéo a fourni les premiers éléments de l’enquête. Les voleurs auraient marchandé leur butin à hauteur de 100.000 francs Cfa. Ils seront remis à la justice, pour répondre de leur forfaiture.

Informations supplémentaires