Coup d'oeil en biais

Un spectacle apocalyptique, une partie du tronçon de route PK-Mairie Mfilou!

Note utilisateur:  / 0

On la savait foutue, la route PK-Mairie Mfilou dont les travaux entre PK et la bretelle menant à l’hôpital de l’Amitié Congo-Chine ont été abandonnés. Les pluies de ces derniers jours l’ont transformée en circuit de rallye. Les automobilistes s’y embourbent et depuis, les chauffeurs des minibus de transport public réfléchissent avant de l’emprunter. Le problème du transport se pose désormais avec beaucoup d’acuité dans cette zone. Elèves, commerçants et autres usagers en sont les victimes silencieuses. En attendant sans doute des jours meilleurs. FMI, arrive vite!

Le RDD tape fort sur le pouvoir!

Note utilisateur:  / 1

Le vice-président du Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD), Jean-Jacques Serge Yhombi-Opango, fils aîné de l’ancien chef de l’Etat et fondateur de ce parti, Jacques Joachim Yhombi Opango, n’a pas ménagé ses critiques à l’égard du pouvoir lors de la célébration mardi 5 décembre des 27 ans de création dudit parti.  Il a réclamé la tenue d’un dialogue national inclusif pour sortir le pays de l’impasse politique et socio-économique. Sur les libertés fondamentales, il a condamné les diverses formes de privation de liberté qui, selon lui, se traduisent actuellement par «des arrestations et incarcérations arbitraires de certains acteurs politiques». Il a décrié aussi «l’empêchement et la répression de toutes les activités ou manifestations» des partis desdits acteurs. Pour ce qui est de la situation sociale, il a  stigmatisé «le retard de paiement de salaire des travailleurs, la rupture de diverses soldes, pensions, indemnités et bourses qui affectent le quotidien des Congolais.» Il estime que «le gouvernement devrait expliquer aux Congolais comment le pays est arrivé à cette situation». Quant au volet économique, le responsable du RDD a déploré «l’absence et le manque de transparence dans la gouvernance et épinglé la recrudescence de l’impunité face à la mauvaise gestion de la chose publique, obligeant le pays à recourir au Fonds monétaire international.»       

Plus de ‘’Libre expression’’ sur Télé-Congo!

Note utilisateur:  / 0

L’émission ‘’Libre expression’’ que proposait Asie Dominique de Marseille aux téléspectateurs a disparu de l’écran. Elle a été tout simplement «suspendue et retirée des programmes de la télévision nationale» sur instruction du ministre de la Communication et des médias, Thierry Lézin Moungala, si l’on en croit notre source. On reprocherait au producteur sa tendance à lancer des flèches qui faisaient très mal en direction du Gouvernement. Son franc-parler n’est sans doute plus le bienvenu dans ce média d’Etat.

Impôt municipal : le dernier coup de gong du maire de Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Mardi 4 décembre 2017, le maire de Brazzaville, Christian Roger Okemba, a rappelé aux transporteurs en commun (propriétaires de taxi, de minibus, de véhicule de transport de marchandises), par le truchement de leur syndicat, leur devoir de payer la patente de l’année 2017. La campagne de paiement fut lancée en mars dernier, mais ils ne sont pas nombreux à s’être acquittés de cette obligation. Le délai de paiement étant dépassé, il a ordonné à la police le recouvrement forcé de cette patente. Les concernés devront aussi payer une pénalité estimée à 30%. Les véhicules des contrevenants seront placés sans autre forme de procès en fourrière. Les taxes varient selon la catégorie de véhicules: 300.000 francs CFA pour les minibus de type ‘’Coaster’’ de 36 places, 280.000 francs CFA pour les ‘’Coaster’’ de 30 places, 200.000 francs CFA pour les minibus de type ‘’Hiace’’,  36.000 francs CFA pour les taxis. De quoi renflouer les caisses de l’Etat!


Congo-Télécom: les travailleurs disent non au projet de restructuration de l’entreprise

Note utilisateur:  / 0

Quand un groupe d’agents de Congo Télécom est allé voir le ministre des Postes et télécommunication parce qu’inquiets de leur situation sociale en cas de restructuration de l’entreprise comme l’a prévu le Gouvernement, Léon Juste Ibombo les a rassurés qu’ils n’ont rien à craindre pour leurs emplois. Mais, réunis en assemblée générale, les travailleurs estiment que «les discours sur le licenciement zéro sont une vue de l’esprit». «Nous refusons toute idée de saucissonnage de notre entreprise,  exigeons le retrait du projet de réforme juridique de Congo Télécom et refusons toute création de nouvelle entreprise parallèle tendant à amoindrir la fiabilité opérationnelle de Congo Télécom», ont-ils martelé dans la déclaration publiée au terme de leur réunion.


Informations supplémentaires