Coup d'oeil en biais

Même après le contrôle, des fonctionnaires vivent le calvaire pour percevoir leurs salaires

Note utilisateur:  / 0

Beaucoup de fonctionnaires ne sont toujours pas au bout de leurs peines, au sortir de l’hôtel Eucalyptus au centre-ville de Brazzaville, où se déroule, depuis le mois de février 2011, l’opération de contrôle des salaires des fonctionnaires, lancée par le Ministère des finances. Certains fonctionnaires pensaient retrouver leurs banques d’origine, pour percevoir leurs salaires, le mois suivant. Il n’en est pas encore le cas pour nombreux d’entre eux.  Leurs comptes bancaires ne sont toujours pas approvisionnés et ils sont obligés de pointer, chaque mois, à l’hôtel Eucalyptus, pour toucher leurs salaires. Or, il y a foule, là-bas, et il faut attendre plusieurs jours, parfois, pour être enfin servi. Des gens habitués à toucher leurs salaires dans les délais ne supportent pas ce calvaire qu’on leur fait subir et parlent de désordre. On attend toujours la réaction de la commission, pour y mettre de l’ordre et soulager les fonctionnaires en règle.

A l’hôpital de Talangai, les malades obligés de tâter le porte-monnaie pour entrer aux toilettes

Note utilisateur:  / 0

Certaines pratiques ayant cours dans nos hôpitaux irritent les usagers. A l’hôpital de Talangaï, les malades et ceux qui les gardent ne sont pas au bout de leurs peines. Ils appelaient de tous leurs vœux la réhabilitation des toilettes de cet hôpital. Ce qui a été fait, à leur grande joie. Mais, les conditions pour y accéder sont compliquées pour certains. Ils sont obligés de tâter le porte-monnaie et de débourser 100 francs Cfa, pour se soulager. Imaginez quelle petite fortune il faut avoir, en cas d’écoulement de ventre! Des gardiens placés, nuit et jour, à l’entrée des toilettes veillent sur le filon. Malades et garde-malades se plaignent. Certains, faute d’argent, font leurs besoins dans la cour. Et les mouches font la fête. Il y a, sans doute, des pratiques qui posent problème pour les populations.

A propos de la bagarre de Dolisie: c’étaient les femmes du Club 2002 P.u.r!

Note utilisateur:  / 0

Dolisie, la capitale de l’or vert, était en relief, le dimanche 22 mai dernier. Une rencontre de nzango avait curieusement dégénéré en bataille rangée. En rapportant les faits, dans notre coup d’œil en biais de l’édition n° 3094, du mardi 24 mai 2011, nous avions écrit que l’une des équipes protagonistes était «celle du C.a.d.d.m.j, une association fondée par le ministre André Okombi Salissa». Non, il s’agit, plutôt, de «Pesa Posa», l’équipe du Club 2002 P.u.r (Parti pour l’unité et la République), le parti de César Willy Nguesso. Il y a de l’ordre à remettre de ce côté-là.

Un recul dans l’organisation de l’épreuve d’E.p.s du bac technique

Note utilisateur:  / 0

L’épreuve d’E.p.s (Education physique et sportive) du baccalauréat technique, session de juin 2011, qui s’est déroulée à la fin de la semaine dernière, a provoqué des grincements de dents chez les élèves, sur toute l’étendue du pays. Avec 19.799 candidats inscrits,  plusieurs imperfections ont été constatées, dans le déroulement de cette épreuve. Certains candidats n’étaient pas encore en possession du code à barre quand l’épreuve a démarré; d’autres n’avaient pas encore leurs cartes scolaires ou de badges. Les candidats concernés et leurs parents ont accusé la direction des examens et concours de l’enseignement technique, d’être à l’origine de ces dysfonctionnements.

L’ancien site de la faculté des sciences est devenu un refuge de fournisseurs de drogue

Note utilisateur:  / 0

L’ancien site de la faculté des sciences, situé à Bacongo, le deuxième arrondissement de Brazzaville, est devenu une plaque tournante de la drogue. Cela s’est vérifié, pour ceux qui en doutaient encore, mardi 24 mai dernier. Après s’y être approvisionné, un consommateur de chanvre a intercepté un jeune vendeur d’eau, pour vouloir lui ravir sa maigre recette. Parce que le garçon résistait, le délinquant l’a agressé en lui tailladant le bras, à l’aide d’une arme tranchante. Surgissant, les policiers du commissariat de quartier du marché Total, qui n’est pas loin du lieu où l’agression s’est passée, ont arrêté le délinquant. Signalons que ce site a été cédé par l’Etat congolais à la Guinée Equatoriale, qui va y construire le siège de son ambassade au Congo. Pour l’instant, les travaux n’ayant pas encore démarré, les drogués en ont fait leur refuge. La police a sans doute du pain sur la planche, pour nettoyer cette zone, afin d’y rétablir la sécurité.

Informations supplémentaires