Coup d'oeil en biais

Les accidents de la route deviennent monnaie courante

Note utilisateur:  / 0

L’assemblée nationale pleure un de ses membres, tué dans un accident de la circulation. Il s’agit du député suppléant de Loumo, Jean-Pierre Denga, mort le 13 juin dernier, dans un accident qui serait dû à un  excès de vitesse, sur la route nationale n°1. Avec lui, trois autres occupants du véhicule accidenté sont morts, tandis que trois étaient blessés. Le nombre d’accident sur la voie publique est en nette augmentation, depuis que les routes sont de plus en plus belles. Dans certains départements comme la Cuvette, on signale un nombre croissant d’accidents de motos Djakarta. Cette hausse d’accidentés ne semble pas émouvoir le gouvernement à prendre des mesures draconiennes, pour que la route goudronnée au Congo ne soit pas si meurtrière. On devrait pénaliser les excès de vitesse, les surchargements et être rigoureux avec l’état technique des véhicules, particulièrement ceux du transport en commun. Par ailleurs, on devrait envisager la construction des ralentisseurs, les fameux dos d’âne, à certains endroits, sur les routes goudronnées, pour obliger les automobilistes à ralentir. Et pourquoi ne pas obliger les gros véhicules B.t.p à ne traverser la ville que pendant certaines heures et ouvrir des voies à sens unique? En tout cas, si rien n’est fait, la route goudronnée risque de devenir une grande tueuse dans le pays. Les conducteurs de minibus roulent à tombeau ouvert, sans se soucier de quoi que ce soit, sinon que de leurs recettes journalières. Un phénomène qui met, chaque jour, en péril, la vie d’innocentes personnes.

Les prix galopent, le gouvernement assiste…

Note utilisateur:  / 0

La ville de Brazzaville connaît, une fois de plus, depuis quelques mois, une hausse inquiétante des prix des produits de première nécessité. Quelques exemples suffisent à mettre en lumière cela. Le litre de pétrole lampant est, maintenant, vendu à 1000 francs Cfa par les revendeurs, dans les quartiers et les marchés. Le prix du kilo de sucre est passé de 600 francs Cfa à 1000 francs. Les prix ont pareillement galopé, concernant les poissons, l’huile, etc. Le succès n’a pas non plus couronné, totalement, l’entreprise de lutte contre la hausse du prix du ciment. Les consommateurs constatent que leur pouvoir d’achat ne fait que s’amenuiser, en dépit de la légère amélioration du niveau de salaires dans la fonction publique, pendant que le gouvernement donne l’impression d’assister, sans réagir, à cette inflation des prix des produits sur le marché. Le Ministère du commerce a, vraiment, du pain sur la planche.

Deux footballeurs congolais ont pris la poudre d’escampette en France

Note utilisateur:  / 0

On désirait une préparation sérieuse des Diables-Rouges cadets, en Europe, avant leur participation à la Coupe du monde des moins de 17 ans, qui se déroulera, à partir du 18 juin, au Mexique. Vœu exhaussé, car ils ont été envoyés en stage en France, notamment à Auxerre. Mais, quelques jours seulement après leur arrivée, on a appris qu’un défenseur et un des trois gardiens de but retenus pour la campagne mexicaine ont foutu le camp, en catimini. Objectif atteint? L’un des fugitifs se serait vu octroyer la nationalité congolaise pour être sélectionné. On comprend, également, pourquoi des chancelleries tergiversent, pour attribuer aux sportifs, pour le cas du Congo, des visas d’entrée dans leurs territoires.

Pour les réfugiés congolais au Gabon: retour volontaire ou régularisation

Note utilisateur:  / 0

Environ 900 réfugiés congolais au Gabon, qui avaient fui la guerre civile de 1997 et celle de 1999, ont été, instamment, priés de choisir entre retour volontaire au Congo et statut de migrant, avec toutes les contraintes qui y sont liées. Ils ont été avertis de la prolongation de trois mois du délai qui leur était donné. Ce délai expire le 31 juillet prochain. Ceux n’ayant pas fait leur choix seraient considérés «en situation irrégulière». Eh bien, quand il faut mettre de l’ordre, contrôler le flux migratoire dans leurs pays, certains Etats ne badinent pas. Le Congo pourrait, peut-être, s’inspirer de l’expérience gabonaise, pour les étrangers et réfugiés qui pullulent sur son territoire.

Le mur d’enceinte du C.e.g Nganga Edouard, espace de pub pour un dancing club!

Note utilisateur:  / 0

Un coin du mur d’enceinte du C.e.g Nganga Edouard, à Brazzaville, a, simplement, été transformé en panneau publicitaire. Le propriétaire d’une «boîte de nuit», située  dans le voisinage, n’a pas trouvé mieux que ce mur pour faire la pub de son cabaret, en indiquant, par ailleurs, son emplacement exact. Le fond badigeonné en blanc, tandis que les écrits sont en rouge. C’est étonnant de voir que c’est sur le mur d’un établissement scolaire, fréquenté par des adolescents, qu’une telle publicité est faite. A l’association des parents d’élèves d’en juger!

Informations supplémentaires