Coup d'oeil en biais

Les abonnés de la S.n.e à Mfilou se plaignent toujours...

Note utilisateur:  / 0

Depuis un certain temps, l’agence S.n.e  de Diata (Société nationale d’électricité), n’adresse plus régulièrement les factures à ses abonnés, notamment ceux de certains quartiers de Mfilou. Certains  abonnés de ces quartiers sont obligés d’aller chercher les factures  eux-mêmes, à l’agence. Mais, ceux qui n’y pensent pas, et qui attendent l’arrivée des factures à la maison, s’exposent aux coupures d’électricité. Pour se faire rétablir l’électricité, il leur faudrait non seulement régler la facture, à l’agence, mais encore s’acquitter des frais de coupure. Beaucoup d’abonnés se plaignent de cette façon de faire que nous avons déjà dénoncée dans ces mêmes colonnes. Les agents chargés de la distribution des factures ne  font pas correctement leur travail. Ils retiennent certaines factures par devers eux ou les retournent à l’agence, sous prétexte de n’avoir pas retrouvé les adresses. En outre, plusieurs personnes se plaignent de recevoir des notes salées, qui sont loin de correspondre, selon elles, à leur consommation d’électricité. Autant de situations qui mettent les abonnés de la S.n.e sur les nerfs.

Fini le lac situé entre le groupe D.r.t.v et l’hôtel du Boulevard à Brazzaville!

Note utilisateur:  / 0

Les riverains de la rue allant de l’avenue des A.e.t (Anciens enfants de troupe) à l’hôtel du Boulevard, au quartier O.c.h de Moungali III, à Brazzaville, vivaient dans l’angoisse des inondations en saison de pluie. Les véhicules s’embourbaient dans les grandes mares d’eau qui s’y formaient. Pour sortir de chez eux, les riverains étaient obligés d’effectuer des sauts de kangourou. Pour garantir une bonne circulation automobile et celle des piétons, sur cette rue, des travaux y ont été effectués. Mais, il reste à passer la couche de goudron pour stabiliser la chaussée. Depuis plusieurs années, cette route était en constante dégradation, à cause des mares d’eau. Ce qui rendait difficile la circulation automobile. La réparation, même inachevée, de ce tronçon soulage ainsi les automobilistes, de même que les piétons.

Un lycée d’enseignement général à Massengo

Note utilisateur:  / 0

Le gouvernement congolais entend construire un lycée d’enseignement général à Massengo, en banlieue Nord de Brazzaville. Cet établissement comprendra deux cycles, notamment le lycée et le collège. La présentation du plan de ce lycée a été au cœur d’une séance de travail, lundi 19 septembre dernier, dans la capitale congolaise, entre Rosalie Kama-Niamayoua, la ministre de l’enseignement primaire et secondaire, chargée de l’alphabétisation, et une délégation chinoise. C’est une bonne nouvelle, car les élèves de ce quartier sont obligés de parcourir une longue distance, à pied ou en bus, pour aller prendre les cours à Kombo ou à Mikalou. C’est aussi le cas, pour ceux de la banlieue Sud de Brazzaville, sur la rive droite du Djoué. Là-bas, également, il n’y pas de lycée d’enseignement général, pour des quartiers très populeux. Les populations de cette partie de Brazzaville réclament, depuis longtemps, un lycée.

Sous la pluie, des branches d’arbres s’abattent sur des véhicules, à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

La première grande pluie qui est tombée sur Brazzaville, l’après-midi du jeudi 22 septembre 2011, a apporté son petit lot de malheurs aux automobilistes surpris par cette pluie, au rond-point de La Coupole, au centre-ville. Des branches d’arbres arrachées par le vent, qui a soufflé fort avant la pluie, sont tombées sur des véhicules qui se trouvaient dans un embouteillage monstre, au niveau de ce rond-point. On déplore quelques blessés légers. Des véhicules devraient prendre, aussi, le chemin des tôleries, avant de retrouver les routes. Cela a provoqué le courroux des automobilistes et des victimes, qui ont indexé la mairie de Brazzaville, sur le sort qui leur est arrivé. La mairie a oublié qu’avant le retour de dame pluie, il faudrait élaguer les arbres, surtout sur les grandes artères. Faut-il attendre, là, également, l’interpellation du président de la République?

Un cadavre transporté sur l’épave d’une porte de maison à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Cela est arrivé, il y a quelques jours, à Makazou, un quartier populeux de Mfilou, le septième arrondissement de Brazzaville. Makazou est un quartier enclavé. Il n’y a pas de route d’entrée et de sortie, pour les véhicules. Il ne restait plus aux parents de «Vieux Balariba», un retraité très connu dans le quartier, qui a trouvé la mort dans sa chambre à coucher, d’arracher la porte de la maison pour transporter le corps jusqu’à Diata, un quartier mitoyen, où ils ont trouvé un taxi qui les a conduits à la morgue de Makélékélé. Ainsi vit-on dans certains quartiers de la capitale congolaise, en plein XXIème siècle.

Informations supplémentaires