Coup d'oeil en biais

Emilienne Raoul enfin au chevet des inondés de la Likouala

Note utilisateur:  / 0

«Les pluies diluviennes qui se sont abattues courant novembre 2011 ont provoqué la montée des eaux de la rivière Likouala aux herbes, causant d’importants dégâts humains et matériels dans plusieurs localités des districts d’Epena et de Bouanela», a fait savoir le conseil des ministres du 30 novembre 2011. Ainsi, Emilienne Raoul ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, a obtenu l’avis favorable du conseil des ministres de voir la situation humanitaire qui prévaut dans le département de la Likouala. Sur le champ, le président de la République, Denis Sassou Nguesso, «a donné instruction au ministre des finances et du portefeuille public, Gilbert Ondongo, d’affecter un fonds d’urgence, rapidement utilisable, au Ministère des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité. Ce qui permettra à Madame Raoul de se rendre, enfin, au chevet des inondés de la Likouala, au nom de la solidarité agissante de la République.

Braquage d’un commerçant ouest-africain au quartier Ngoko

Note utilisateur:  / 0

Trois bandits,  en civil et armés, ont fait irruption, jeudi 24 novembre dernier, dans une boutique tenue par un ressortissant ouest-africain, au quartier Ngoko, dans la banlieue Sud de Brazzaville. Il n’y avait pas d’électricité dans le quartier, au moment des faits. Ayant intimidé le gérant au comptoir, en lui pointant une arme sur la tempe, ils se sont emparés de la recette du jour, la somme de 160.000 francs Cfa. Et après avoir tiré des coups de feu en l’air, pour intimider passants et autres vendeurs du marché de nuit se trouvant à côté de la boutique, ils ont pris la fuite, en direction de Nganga-Lingolo, dans un véhicule de couleur blanche. Les témoins de ce braquage étaient comme tétanisés par le crépitement des armes de guerre. Une  enquête de police est en court, afin de débusquer ces braqueurs. A l’approche des fêtes de fin d’année, la police est à rude épreuve, pour mettre les bandits hors d’état de nuire.

Des vendeuses défient un officier de police au marché du C.h.u de Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Ces derniers temps, chaque matin, les passants assistent à un spectacle qu’offrent vendeuses et vendeurs du petit marché situé vers la façade Est du C.h.u de Brazzaville. Un officier de police y a fait irruption, à bord de son véhicule, une Suzuki, et leur a fait la chasse. Quand bien même les vendeuses perdent leurs marchandises, dans le sauve-qui-peut qui s’ensuit, elles ne s’avouent pas vaincues. Mieux, elles guettent un essoufflement de l’officier, qui débarque seul, donc sans sa troupe, pour reprendre du service. Mercredi 30 novembre, on a encore assisté au même scénario. Jusqu’à quand défieront-elles cet officier, qui veut appliquer les règlements de la République? C’est vraiment un casse-tête. Il faut, peut-être, trouver une autre place à ces vendeuses, dont nombreuses ne font vivre leurs familles que par le petit commerce.

Un ressortissant de la R.D.C meurt par noyade dans le fleuve Congo

Note utilisateur:  / 0

Le drame s’est produit dimanche 27 novembre 2011, vers le beach de Brazzaville. Un ressortissant de la République Démocratique du Congo tentait de traverser le fleuve Congo, actuellement en crue, pour se rendre à Kinshasa, en pirogue, aidé par deux convoyeurs. Mais, il est mort par noyade. En effet, la pirogue dans laquelle ils se trouvaient a vite pris de l’eau et s’est renversée. Les convoyeurs, sachant nager, ont pu gagner le rivage. Le corps de la victime n’a été recueilli que mercredi 30 novembre, derrière le Casino (ex-Score). Il était déjà en état avancé de putréfaction.

Marché de Fond Tié-Tié: cette fois, la police a brûlé leurs tables, pour les chasser

Note utilisateur:  / 0

Très tôt, dans la journée du mardi 29 novembre dernier, la police a brûlé les tables situées au bord du goudron, au marché de Fond Tié-Tié, à Pointe-Noire, sans qu’aucune information préalable ne soit donnée aux intéressés. Il y a un an, les vendeurs, dont les tables sont placées le long de la voie goudronnée, avaient été chassés. Mais, ils avaient fini par revenir. Le marché ne pouvant plus être agrandi, la demande est forte, en termes d’espace. Du rond-point de Fond Tié-Tié jusqu’à l’entrée du quartier Mvoungou et du même rond-point jusqu’au contre-rail, à l’entrée du quartier 120, Mpaka, pas moins d’un demi-millier de vendeurs ont été chassés. Des policiers ont été placés au marché, pour les empêcher de revenir sur la voie goudronnée.

Informations supplémentaires