Coup d'oeil en biais

Des ralentisseurs sur le tronçon pont du Djoué/Madibou

Note utilisateur:  / 0

Le tronçon pont du Djoué/Madibou de la route nationale n°1 était devenu dangereux, à cause du taux élevé d’accidents mortels qu’il enregistrait, depuis sa construction, l’année dernière. Dans ces mêmes colonnes, on a alerté, plusieurs fois, les pouvoirs publics sur cette situation. Maintenant, c’est fait. Au total, huit ralentisseurs (appelés aussi dos d’âne) viennent d’être construits sur ce  tronçon, cette semaine. Les automobilistes sont obligés de ralentir, pour les franchir et cela permet d’éviter des accidents surtout mortels dus à l’excès de vitesse. Bravo donc à la direction générale des transports terrestres. Pourvu que l’opération se poursuivre sur d’autres tronçons qui présentent les mêmes dangers et qu’on y installe des panneaux de signalisation.

Deux rangées de hangars se sont encore écroulées au marché Total de Bacongo

Note utilisateur:  / 0

Le marché Total de Bacongo a vraiment vieilli. Deux rangées de hangars se sont, encore, effondrées, jeudi 15 septembre dernier, vers 16h, provoquant la panique chez les vendeurs et les acheteurs, du côté de l’ex-Guimpex. Heureusement, il y a eu plus de peur que de mal. Ni blessé, ni perte humaine. A cause de cet incident, les usagers de ce marché s’interrogent sur ce qu’est devenu le projet de construction d’un marché moderne sur le même site, prévu dans le cadre de la municipalisation accélérée de Brazzaville. Attend-t-on que l’irréparable se produise, un jour, pour prendre conscience du danger que constitue, désormais, ce marché à certains endroits? Les vendeurs sont obligés de cotiser pour refaire leurs hangars.

La première dame donne son coup de pouce à la salubrité de la capitale Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Malgré les multiples opérations «ville propre», Brazzaville a toujours du mal à retrouver un état de ville salubre. Des décharges publiques sauvages jonchent le long du chemin de fer et des murs d’enceinte des établissements scolaires,  ou à côté des édifices publics. Les caniveaux et autres collecteurs sont obstrués par des immondices. Cela donne à la capitale congolaise une image de ville salle. Ce n’est pas l’épouse du chef de l’Etat, Antoinette Sassou Nguesso, qui dirait le contraire. En lançant, à son tour, les femmes d’Amas (Association Mama Antoinette Sassou) dans les artères et places publiques pour une opération de salubrité de longue durée, dimanche 18 septembre dernier, elle était scandalisée en découvrant la décharge publique qui prospère dans les environs du C.n.r.tv, la maison de la radio et télévision congolaises, à Nkombo, en banlieue de Brazzaville.

Le ministre Ouosso contre les «éléphants blancs» dans le département du Pool

Note utilisateur:  / 0

 

Au cours d’un entretien avec les autorités de la préfecture et du département du Pool, lundi 19 septembre 2011, à Kinkala, le ministre des travaux publics, Emile Ouosso, a été ferme, en déclarant qu’il ne veut pas voir des «éléphants blancs», dans le cadre des grands chantiers de la municipalisation accélérée dans le département du Pool. Une véritable mise en garde. Le ministre Ouosso a demandé, en outre, à la population d’être vigilante et de veiller sur le bon déroulement desdits travaux. Il y va, de toute façon, de la réussite de la municipalisation accélérée du département et des festivités nationales de l’indépendance qui s’y dérouleront en 2012.

 

Qui a vendu l’espace du marché du Djoué, à Brazzaville?

Note utilisateur:  / 0

 

Au début de cette semaine, les vendeurs du petit marché du Djoué, situé à l’entrée du pont du Djoué, en venant de Bifouiti, ont été priés de déguerpir, sans autre forme de procès, dans un délai de 72 heures. Puis, des tables ont volé en éclats, comme pour dire que c’est sérieux. Un huissier de justice, commissaire priseur, a ordonné cette opération de déguerpissement  et expliqué que cet espace a été, effectivement, vendu à une dame, sans préciser l’identité du vendeur. Informé de cette situation, qui touche son domaine d’activité, le ministre Pierre Mabiala a déclaré que si ce domaine appartient à l’Etat, même un administrateur-maire n’est pas habilité à le vendre. L’Etat va donc récupérer son domaine.

 

Informations supplémentaires