Coup d'oeil en biais

Evasion spectaculaire d’un prévenu dans un commissariat de police à Dolisie

Note utilisateur:  / 0

Les habitants de Bacongo, un quartier de l’arrondissement 1 à Dolisie, dans le Niari, ont été réveillés, mardi 25 octobre 2011,  par la nouvelle faisant état, vers 4h du matin, de l’évasion de sa cellule, où il était placé en garde à vue, d’un bandit de grand chemin, surnommé Kosovo, un ex-combattant (de l’ex-milice Mamba de guerre). Et comment? Il a escaladé un mur de sa cellule. Parvenu, enfin, à la toiture, il a défoncé une partie du toit, au travers de cette ouverture de fortune, il s’est glissé dans un autre compartiment du commissariat où il s’est emparé de deux armes de guerre -des P.m.a.k, avec quatre chargeurs et semble-t-il, un pistolet- avant de s’enfuir. Après avoir traversé les quartiers populeux, il a, rapidement, gagné la rive gauche de la rivière Loubomo, qui borde la ville de Dolisie, du côté méridional. Direction: route Dolisie-Kimongo. Vraisemblablement! Dans sa fuite, il a lâché des tirs de rafale en l’air,  pour se frayer un passage, et menacé de mort quiconque tenterait de l’intercepter. Il faut dire que l’évadé a profité de l’absence du policier de service à son poste. Tout le monde redoute, maintenant, les braquages des domiciles, des transporteurs et pourquoi pas des cas de crime crapuleux, tant que la police ou la gendarmerie ne mettra pas la main sur le fugitif. Affaire à suivre...

Un père «ressuscite» sa fille de dix ans, à coups de gifles, à Pointe-Noire

Note utilisateur:  / 0

Mercredi 26 octobre dernier, dans l’après-midi, une élève de dix ans a piqué une crise de palu, dans une école à Tié-Tié, le troisième arrondissement de Pointe-Noire. Tout de suite, l’enseignante l’a emmenée à l’hôpital de base de Congo-Malembé. Le médecin et les infirmiers se sont affairés autour de l’enfant. Mais, selon eux, elle était déjà décédée. Le corps a été enveloppé et déposé dans une salle, en attendant l’arrivée du corbillard pour le transporter à la morgue. Informé, le papa est arrivé en toute hâte. Quoique dans l’émotion, il a refusé de croire au fait accompli que sa fille était décédée. Il a dépouillé le corps et, à la surprise générale, il a donné trois coups de gifle sur les tempes de sa fille. Celle-ci a commencé à bouger, à la stupéfaction de tous. Il ne restait plus qu’au papa de la prendre et de courir à l’hôpital Adolphe Cissé, où la petite malade est en traitement. Comme quoi, les erreurs de constat de mort peuvent provoquer la mort. Si la fillette était déjà déposée à la morgue, sans doute, elle ne serait, peut-être, plus en vie.

Affaire De Brazza: le Congo a été blanchi par un tribunal parisien

Note utilisateur:  / 0

Le tribunal de grande instance de Paris a rendu, le mercredi 19 octobre dernier, son jugement dans l’affaire qui opposait le gouvernement congolais aux descendants de la famille de l’explorateur Pierre Savorgnan De Brazza. Cette famille estime que le Congo n’avait pas respecté les engagements pris lors de l’inhumation de leur ancêtre, à Brazzaville, en 2006, comme l’édification d’une statue du roi téké près de celle de De Brazza, le bitumage d’une piste menant à Mbé ou l’entretien  du Lycée Pierre Savorgnan De Brazza, à Brazzaville. Le tribunal a, finalement, débouté les héritiers de l’explorateur, faute d’avoir apporté «de preuves suffisamment solides pour établir, avec certitude, la réalité de ces défaillances». Mais, il n’a pas condamné les descendants de De Brazza pour procédure abusive, comme le demandait le Congo, parce que les juges ont considéré que l’Etat congolais avait, peut-être, violé certaines obligations.

Le long calvaire social des ex-agents congolais d’Air Afrique continue

Note utilisateur:  / 0

Les ex-agents congolais de l’ex-Air Afrique, en attente du reste de leurs droits de licenciement, après la liquidation de la compagnie aérienne panafricaine, il y  a dix ans, ne savent toujours pas à quel saint se vouer. Si les autres Etats membres de l’ex-Air Afrique ont, déjà, payé la totalité des droits à leurs ressortissants, au Congo, par contre, rien ne s’y fait plus, depuis l’indemnisation partielle de ces agents, grâce à la vente du patrimoine immobilier de l’entreprise. Des pères de famille, confrontés à des pires difficultés, sont toujours bloqués dans les pays où ils ont travaillé et où leurs conditions  de vie sont précaires. Certains ont vu leurs passeports confisqués par leurs logeurs. Et pour nombreux, incapables de payer les frais d’écolage, leurs progénitures errent dans les rues d’Abidjan, pour ceux qui résident en Côte d’Ivoire. Vingt-deux d’entre eux, ont, déjà perdu leur vie, selon le comité mis en place pour le suivi de leur situation sociale. Des décès dont le rapatriement des dépouilles dans leur pays d’origine s’est révélé très difficile. Il y deux ans, le ministre des transports et de l’aviation civile aurait demandé au directeur de son cabinet de faciliter l’application du mécanisme de liquidation des droits des ex-travailleurs nationaux de l’ex-Air Afrique. Mais, la situation est encore dans l’impasse. Jusqu’à quand durera leur calvaire? Une situation qui devrait interpeller le gouvernement, au plus haut point.

Ex-A.t.c: des agents mécontents menacent d’occuper la rue à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Ils se plaignent de leur situation d’éternels agents dits  «journaliers», et de ce que les responsables ne tiendraient pas compte de leur ancienneté. Certains ont  atteint cinq ans d’ancienneté,  d’autres, dix ans. Cela devrait leur garantir le statut d’agents permanents, déclarent-ils, certains d’entre eux tenant des tâches non négligeables. Au  cours  de leur assemblée générale, le 17 octobre dernier, ces agents, travaillant, pour la  plupart, au port autonome de Brazzaville et ports secondaires, ont interpellé, pour la dernière fois selon eux, les autorités du pays sur leur situation sociale et dénoncé l’attitude  de leur direction, ainsi que leur ministère de tutelle qui, à leurs yeux, sont insensibles à leur revendication. Aussi ont-ils  décidé  d’occuper la rue, si rien ne se fait en leur faveur.

Informations supplémentaires