Coup d'oeil en biais

Un grave accident sur le boulevard Denis Sassou Nguesso vers l’aéroport Maya-Maya

Note utilisateur:  / 0

Mardi 21 février, sur le boulevard Denis Sassou Nguesso, notamment le nouveau tronçon qui part de l’avenue Loutassi, à Moungali, jusqu’à l’aéroport international Maya-Maya, dans la capitale congolaise, il s’est produit un accident qui a fait un blessé grave. Un camion de transport de marchandises est entré en collision avec une voiture Toyota Rav 4 dont le chauffeur est resté coincé dans la cabine, avec la tête baissée. Il a fallu l’intervention des passants, pour l’extraire de là, après mille et une difficultés. Et un autre véhicule a fait le reste, en l’évacuant au C.h.u-B (Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville). On ne sait s’il est mort ou s’il a survécu à cet accident.

Un minibus termine sa course dans un caniveau au pont du Djoué

Note utilisateur:  / 0

Mardi 21 février, un minibus de transport public, en provenance de Bifouiti, un quartier de Makélékélé, à Brazzaville, s’est immobilisé dans un caniveau, après le pont du Djoué, sur la route nationale n°1. Le chauffeur était surpris d’aborder le ralentisseur, couramment appelé dos d’âne, qui s’y trouve, en toute vitesse. Il a alors perdu le contrôle du véhicule. Le minibus s’est retrouvé sur le côté de la route, deux roues enfoncées dans le caniveau. Les passagers sont vite sortis et ont poussé un ouf de soulagement. On ne le dira jamais assez, l’excès de vitesse comporte d’énormes risques d’accident.

Un conducteur de taxi-moto assassiné par son client dans les Plateaux!

Note utilisateur:  / 0

Un jeune faisant le taxi-moto, à l’aide de sa moto Djakarta, a été assassiné, mardi 21 février 2012,  à Elo, une localité situé entre Inkouo et Ongogni, dans le département des Plateaux. Le présumé auteur de cet assassinat crapuleux serait le client qu’il transportait. Ce dernier avait sollicité une course jusqu’à Mbandza, un autre village du district d’Ongogni. Mais, en  demandant au conducteur d’emprunter une déviation, le client a trouvé le moyen de l’assassiner. Et le client a eu le culot de s’accaparer de la moto, mais il a été obligé de l’abandonner en cours de route et de s’enfuir à pied. La police est à la recherche du criminel. Le corps de la victime a été déposé à la morgue d’Oyo par la force publique et une enquête est ouverte.

Des propriétaires des débits de boissons occupent l’esplanade du C.n.r.tv

Note utilisateur:  / 0

Maintenir une loi, de façon permanente, semble impossible au Congo. Le fameux mot d’ordre municipal «déguerpissement du domaine public» a, simplement, vécu. Chassés du domaine public, des débits de boissons ont réoccupé la rue. L’exemple le plus frappant est celui de l’esplanade du C.n.r.t.v (Centre national de radio et de télévision). Des propriétaires de débits de boissons s’y sont réinstallés, avec chaises et tables, aux dépens des piétons soumis à un certain exercice pour les contourner. On y trouve, aussi, des barbecues proposant grillades de poulets et de viande de bœuf. Il faut, pourtant, craindre que leur obstination à occuper cet espace ne génère de fruits amers, notamment d’éventuels accidents. Des Brazzavillois en quête d’endroits de repos, de détente, surtout la nuit, ont revendiqué cet esplanade sur les antennes d’une radio périphérique, le week-end dernier.

La C.r. p.e revient à la charge, en brandissant de nouveau la menace de grève

Note utilisateur:  / 0

Encore sept semaines, c’est le délai accordé par la C.r.p.e (Concertation pour la revalorisation de la profession d’enseignant) au gouvernement congolais, pour  satisfaire, intégralement, ses revendications. A la fin de ce délai, si aucune évolution n’est constatée, le syndicat se réserve le droit de relancer la grève, au cours de sa prochaine réunion, le 7 avril. C’est que, un mois après de la suspension de sa grève, la C.r.p.e  a fait, samedi dernier, au cours d’une session extraordinaire, un constat amer sur le niveau d’exécution des promesses faites par le gouvernement. Aucun texte d’intégration des enseignants, pour la campagne 2010-2011, n’a été publié par le guichet unique. Le bulletin de solde des deux tiers des enseignants actifs et de certains travaillant dans les administrations est vierge d’indemnités liées à leur statut. D’autres ne bénéficient pas encore de la levée de la mesure suspendant les avancements sans effets financiers, etc. Sept semaines, pour mettre les bouchées doubles et satisfaire les revendications, c’est comme un ultimatum qui ne dit pas son nom au gouvernement.

Informations supplémentaires