Coup d'oeil en biais

Chantier de la route Pointe-Noire/Dolisie: les présumés casseurs interpellés et écroués

Note utilisateur:  / 0

Vendredi 8 avril dernier, les travailleurs grévistes de la société chinoise C.s.c.e.c ont été invités, par un communiqué de la préfecture du Niari, à se présenter à la base-vie de Moukondo, pour percevoir leurs salaires. Ces derniers s'y sont rendus, pour la plupart avec une peur bleue. Tant qu'ils pouvaient penser à un subterfuge visant à traquer les casseurs et meneurs du mouvement du 5 avril à Moukondo. Finalement, a-t-on appris de sources proches de l’entreprise chinoise, à Moukondo, les forces de l'ordre ont saisi cette occasion de paye des salaires pour interpeller les présumés casseurs et meneurs de la grève. Selon ces mêmes sources, les prévenus étaient placés en garde à vue au Comus, à Dolisie. Au total, ils seraient 18 à être incarcérés. A l'heure où nous mettons sous presse, ils seraient transférés dans les cachots de l'Etat-major de la zone militaire de défense n°2, pour être entendus.

Quand Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou fustige l’assemblée nationale

Note utilisateur:  / 0

L’enfant terrible de la politique congolaise a surpris son monde, en animant, samedi 9 avril 2011, à l’hôtel Olympic palace, à Brazzaville, une conférence de presse au cours de laquelle il n’a pas ménagé le gouvernement. Répondant à une question sur le fonctionnement de l’assemblée nationale dont il est, pourtant, membre du bureau et astreint au droit de réserve, Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou a décrié la manière du parlement de contrôler l’action du gouvernement. Pour lui, ce contrôle ne doit pas se limiter à l’interpellation des ministres qui «viennent dire leurs mensonges. On doit aller sur le terrain et que les commissions et le bureau de l’assemblée nationale doivent jouer, pleinement, leurs rôles. Nous sommes suffisamment outillés pour le faire. Si les députés de la majorité veulent aider le président de la République, ils doivent faire de sorte que les ministres exécutent les tâches pour lesquelles ils ont été nommés».

R.c (Rassemblement citoyen) : Claude Alphonse N’Silou a regagné Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Au moment où nous mettons sous presse, nous venons d’apprendre, de source proche de son cabinet, que Claude Alphonse N’Silou, président du R.c (Rassemblement citoyen), député de la deuxième circonscription de Bacongo,  actuellement ministre de la construction, de l’urbanisme et de l’habitat, a regagné Brazzaville, lundi 11 avril 2011, par le régulier d’Air France, après trois mois de séjour sanitaire en France. Il s’était rendu, en effet, à Paris, le samedi 15 janvier 2011, pour des soins médicaux. Nous reviendrons sur cette information dans nos prochaines éditions.

Gestion de l’eau à Pointe-Noire : Desservir la ville à partir de la rivière Louémé

Note utilisateur:  / 0

Le directeur interdépartemental de la S.n.d.e (Société nationale de distribution d’eau) de Pointe-Noire et du Kouilou, M. Ngalissé Ngalifourou, a souligné, récemment, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, que des projets à exécuter sont initiés sur la desserte de l’eau, dans la ville océane, à partir de la rivière Louémé.

Le deuxième projet, selon lui, concerne les potablocs, consistant à alimenter la capitale économique par des eaux de surface. «On ne doit pas continuer à être alimenté par des eaux souterraines, comme cela se fait maintenant par des forages», a-t-il dit.

A cet effet, le gouvernement entend recourir à l’eau de surface qui est disponible, tout en souhaitant aussi exploiter, à partir de ces potablocs, l’eau du lac Ngouamboussi.

Le calme est revenu à Dolisie, après la fronde des ex-combattants cocoyes

Note utilisateur:  / 0

Le début de la semaine était agité à Dolisie. Et pour cause, des ex-combattants cocoyes, de la classe 96, étaient sortis dans les rues, pour revendiquer, de manière tonitruante, leur recrutement dans la force publique. Ils ont tenté d’ériger des barricades sur certaines avenues, notamment celle conduisant vers la paroisse Saint-Paul et une autre vers le siège du conseil départemental. Parmi eux, il y aurait eu des ex-combattants cocoyes de la classe 94, recalés. La police a réussi à remettre de l’ordre et au terme de négociations avec les autorités militaires locales, le calme est revenu dans la capitale de l’or vert. Pas pour longtemps, puisqu’après, ce sont les travailleurs de la société chinoise «China state construction engineering corporation Itd», en charge des travaux de construction de la route Pointe-Noire/Dolisie, qui se sont mis en grève. Mardi 5 avril, ils ont tabassé deux Chinois et cassé les pare-brises et vitres des véhicules et endommagé des engins de travaux publics à la base-vie de Moukondo, localité située à quelques encablures de Dolisie. Le préfet du Niari a demandé à la société chinoise de renvoyer tous les travailleurs grévistes et de les poursuivre en justice. Ceux-ci ont répliqué, en promettant de durcir leur mouvement de grève.

Informations supplémentaires