Coup d'oeil en biais

Il fait tomber son conteneur qui tue un motocycliste vers le village Mengo

Note utilisateur:  / 0

La vitesse, encore la vitesse qui tue! C’est un camion qui transportait une semi-remorque sur laquelle était placé un conteneur. Il avait quitté Pointe-Noire pour Brazzaville, dimanche 15 mai dernier. Vers le village Mengo, dans le département du Kouilou, il aborde un virage à vive allure. Le conteneur se détache et, en tombant, écrase un cyclomotoriste qui roulait sur une moto Jakarta, le tuant sur le champ. Bien évidemment, le chauffeur s’est enfui, comme dans la plupart des accidents mortels. En colère, les habitants des villages Mengo et Bondi ont alors pillé la cargaison. Il y avait mille sacs de riz dans le conteneur. Lorsque les militaires du camp de Makola sont arrivés, pour sécuriser les lieux, il n’y avait plus que 175 sacs de riz dans le conteneur. Le malheureux cyclomotoriste a été enterré, le samedi 21 mai. Plus on fait les routes, plus elles tuent, parce que les chauffards ne respectent pas les limitations de vitesse.

Décès à Pointe-Noire du colonel Louis Georges Loembé

Note utilisateur:  / 0

Dernier commandant de la zone militaire n°1 Pointe-Noire, sous le régime du professeur Pascal Lissouba, le colonel à la retraite Louis Georges Loembé est décédé à l’hôpital central des armées, à Pointe-Noire, le mardi 24 mai dernier. La veillée mortuaire se tient dans le quartier où il vivait, à Songolo.

Deux blessés graves dans un accident de route sur la montagne Kinguebé

Note utilisateur:  / 0

Mardi 24 mai 2011, un camion transportant une cargaison de bois de chauffe a fait un accident sur la montagne de Kinguebé, à quelques encablures de la gare routière de Dolisie, la troisième ville du pays, dans le département du Niari. L’un des blessés est le fils du chauffeur du camion. Il semble que le chauffeur avait attaqué la montagne en cinquième vitesse, mais arrivé non loin du sommet, le véhicule a fait marche arrière, dégringolant de la montagne, puis a terminé la course dans un ravin. Les deux blessés graves ont été évacués à l’hôpital général de la capitale de l’or vert.

Des expropriés non indemnisés menacent de réoccuper leurs parcelles de terrain

Note utilisateur:  / 0

Pour vaincre le ravin de Casis, à Kombo, du côté de Talangaï, le sixième arrondissement de la capitale congolaise, l’Etat a procédé à l’expropriation de ses riverains. Mais, des familles n’ont pas encore perçu leurs indemnités d’expropriation. Un collectif regroupant dix familles non indemnisées affirme que des personnes extérieures à la zone expropriée ont perçu de l’argent à leur place. Le collectif s’est adressé aux autorités susceptibles de dénouer la situation. En vain. Les membres de ce collectif disent qu’ils ne savent plus à quel saint se vouer et menacent, maintenant, de revenir dans leurs parcelles de terrain, pour y vivre,  en installant des hangars de fortune. Du côté de la délégation générale des grands travaux, on balaie d’un revers de main ces revendications, indiquant que ces personnes sont, tout simplement, impatientes.

Un malade mental agressif à l’école primaire Soprogi à Moukondo

Note utilisateur:  / 0

L’école primaire Soprogi de Moukondo, située dans le quatrième arrondissement de la capitale congolaise, est en relief, ces dernières semaines, à cause d’un malade mental qui en est devenu la vedette, pour y avoir élu domicile. Chaque jour, il s’empare des lieux, à partir de 17h, et ne les quittent que le lendemain, mais pas avant 8h, empêchant ainsi les élèves d’accéder à leurs salles de classe. En tout cas, ce malade mental serait un ex-militaire qui,  par sa présence, crée l’insécurité à l’école primaire Soprogi, surtout que l’intrus aurait donné, déjà, la mort à un habitant du quartier. Le directeur de cet établissement a informé la police, mais celle-ci considère que ce n’est pas de sa responsabilité de déloger le malade mental. Qui pourra bien être à même de le faire? Les élèves de l’école primaire de Soprogi souhaitent que leur école soit débarrassée de cette présence encombrante.

Informations supplémentaires