Coup d'oeil en biais

Arrêté et écroué, l’auteur d’un triple crime crapuleux à Boundji

Note utilisateur:  / 0

Ancien étudiant en première année de droit à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, Aymar O., 32 ans, est l’auteur présumé d’un triple crime crapuleux, forfait commis à Ekami, village situé à une vingtaine de kilomètres de Boundji, dans le département de la Cuvette. Le 5 janvier dernier, il a abrégé la vie d’une femme de 38 ans, Marie-Claire, qui était enceinte. Six jours plus tard, il a donné la mort à un sexagénaire nommé Dowé et, le lendemain, il a tué une autre femme, prénommée Colette et âgée de 41 ans. Ces crimes ont été perpétrés dans la forêt, à l’aide d’une arme blanche. Informée de ces assassinats crapuleux, la force publique a mis la main sur le présumé tueur en série, qui est incarcéré au poste de brigade de la gendarmerie de la localité. Interrogé, il a dit avoir agi sous l’effet de l’envoûtement, en accusant ses parents d’être à l’origine de son état. Il n’empêche, il devrait subir la rigueur de la loi. Selon l’Agence congolaise d’information, le préfet du département de la Cuvette a décidé d’apporter une assistance financière aux familles des victimes, pour l’érection des pierres tombales.

Le quartier Moukoundzi-Ngouaka, îlot de consommation de chanvre!

Note utilisateur:  / 0

Il se passe bien des choses insolites au parking de nettoyage de véhicules situé sur l’avenue Terinkyo, au quartier Moukoundzi-Ngouaka, dans l’arrondissement 1 Makélékélé, à Brazzaville. Ledit parking est une plaque tournante de la drogue, où la «botte» de chanvre est vendue au vu et au su de tout le monde. La circulation et la consommation du chanvre se porte bien dans ce périmètre. Conséquence: les habitants dudit quartier sont, souvent, réveillés par des bagarres entre drogués. Il ne se passe pas non plus beaucoup de jours sans qu’on ne signale une tentative de vol, la nuit. Les gens se plaignent, de plus en plus, de la présence de ces fumeurs de chanvre.

La poliomyélite continue de sévir dans le pays

Note utilisateur:  / 0

Quatre nouveaux cas de poliomyélite, dite sauvage, ont encore été enregistrés, en un mois, au Congo. La révélation a été faite par le ministre de la santé et de la population, Georges Moyen en  faisant le point, la semaine dernière, de la réunion du comité de crise institué au lendemain de la déclaration de l’épidémie de poliomyélite dans le pays. Devant la persistance du virus exposant les populations à une résurgence de la maladie, les autorités sanitaires nationales ont suggéré au gouvernement de ne pas baisser la mobilisation. En tout cas, comme le virus semble très redoutable, le gouvernement a décidé d’organiser un quatrième passage de vaccination, du 7 au 12 février prochain.

Une quantité importante de pointes d’ivoire interceptée à l’aéroport Maya-Maya

Note utilisateur:  / 0

Le samedi 22 janvier 2011, la police des frontières de l’aéroport international Maya-Maya (Brazzaville) a intercepté une quantité importante d’ivoire, constituée de cinq défenses d’éléphant, quatre-vingt baguettes en ivoire des hankos (sceaux traditionnels), trois statuettes, ainsi que de nombreux autres petits articles, prête à être embarquée dans un avion. L’auteur de ce trafic, un ressortissant chinois de 35 ans, a été aussi appréhendé. Il s’apprêtait à monter à bord du vol de Kenya Airways, quand la police a mis la main sur lui. Placé en garde à vue à la gendarmerie, le contrebandier attend de comparaître devant le procureur de la République. C’est un message de tolérance zéro, de plus, envoyé aux contrebandiers et aux braconniers de tout acabit, par les autorités congolaises.

La grève générale illimitée décrétée par la C.r.p.e suspendue et non levée

Note utilisateur:  / 0

Le 3 janvier dernier,  la C.r.p.e (Concertation pour la revalorisation de la profession d’enseignant), une plate-forme syndicale autonome des travailleurs de l’enseignement, demandait à ses adhérents d’observer une grève générale illimitée sur l’ensemble du territoire national. Le mot d’ordre de grève était bien suivi, semble-t-il, par les enseignants, puisque l’école était paralysée, en partie. Mais, ces derniers ont été priés de reprendre le chemin de l’école, par la direction du bureau exécutif. Interrogé sur cette volte-face, l’un des membres du bureau a expliqué qu’il ne s’agit pas d’une levée de grève, comme l’ont fait croire certaines personnes, mais, plutôt, d’une suspension, le gouvernement ayant accepté de régler un certain nombre de leurs problèmes. La preuve, a-t-il dit, «le mouvement de grève sera relancé à partir du 15 février, si le gouvernement ne tient pas sa promesse». Voilà qui laisse sous-entendre que c’est à coup de grèves ou de menaces de grèves que les problèmes qui minent le secteur de l’éduction au Congo, sont résolus.

Informations supplémentaires