Coup d'oeil en biais

Deux Tanzaniens, rats d’hôtels, dans les mailles du filet de la police

Note utilisateur:  / 0

Spécialistes de vols dans les hôtels, Deyus Enoch (39 ans) et Tsiales Chao Pascal Nestor (49 ans) ont été appréhendés et interpelés, vendredi 18 mars 2011, à Brazzaville, par la police. Ces deux malfrats opéraient, depuis près de six mois, à l’hôtel Saphir, dans la capitale congolaise, où ils ont causé un préjudice de 30 millions de francs Cfa, provoquant ainsi le renvoi de plusieurs agents de cet établissement hôtelier. Ils ont, également, commis les mêmes actes à l’hôtel Mbou Mvou-Mvou, à Pointe-Noire. Leur modus operandi? Occupant, régulièrement, des chambres d’hôtels, comme tout client, ils s’introduisaient dans d’autres chambres, visant surtout celles où logeaient des personnalités de délégations étrangères dont ils surveillaient les mouvements. Ils profitaient de leurs absences, pour opérer, tranquillement, grâce à des clés sophistiquées et en soutiraient de l’argent et autres objets de valeur. Mais, comme on dit, neuf jours pour le voleur, le dixième pour le propriétaire: ils sont tombés dans les mailles du filet de la police. Selon le porte-parole de la police nationale, le colonel Jean Aive Allakoua, ces voleurs font partie d’un réseau de quatre malfrats. Ils seront déférés devant le procureur de la République, pour répondre de leurs délits.

Crime passionnel à Enyelé: un autochtone tue sa femme

Note utilisateur:  / 0

Le jeudi 17 mars dernier, à Enyelé, une localité du département de la Likouala,  un citoyen autochtone a, froidement, tué sa femme, par simple jalousie, semble-t-il. Le couple revenait des champs, quand l’homme a, brusquement, assené un coup violent à sa jeune femme, à l’aide d’une arme blanche, la tuant sur le coup. Le corps de la victime présentait des plaies profondes, au niveau de la tête et des membres inférieurs. Après son forfait, l’homme qui s’était enfui, a été rattrapé. Avouant son crime, il a trouvé une excuse, disant qu’il ne comprend  pas ce qui lui est arrivé et qui l’a poussé à commettre ce crime.  Il n’empêche, il devrait répondre de son meurtre.

Les diplômés de l’E.n.e.f seraient-ils d’éternels oubliés?

Note utilisateur:  / 0

Lorsqu’on parle de recrutement dans la fonction publique, on fait, souvent, allusion aux enseignants qu’aux diplômés de l’E.n.e.f (Ecole nationale des eaux et forêts). Et pourtant, se plaignent ces derniers, c’est par voie de concours, comme les enseignants, qu’ils accèdent à cette école de formation supérieure. Mais, leur intégration n’est pas automatique, contrairement à leurs collègues. Les diplômés de l’E.n.e.f ne seraient pas plus de 400, attendant de leur ministère de tutelle, une intégration dans la fonction publique. Ils revendiquent toujours leur droit. Mais, il paraît qu’au Ministère de l’économie forestière et de l’environnement, on a décidé de les astreindre à un test, avant d’être recrutés. Alors, ces étudiants sont sortis, une fois de plus, de leur silence, samedi 26 mars 2011, au cours d’une assemblée générale. Pas question de deux poids deux mesures et de les oublier, chaque fois, quand il s’agit d’intégration dans la fonction publique, sinon ils sont prêts à tout…, ont-ils dit dans leur déclaration.

Après le match Congo-Ghana: la foule a manifesté sa colère par le vandalisme

Note utilisateur:  / 0

Le stade Alphonse Massamba-Débat, à Brazzaville, était plein comme un œuf. Le public sportif était au rendez-vous du grand derby Congo-Ghana. Malheureusement, les Congolais ont été ridiculisés, dimanche 27 mars 2011, à domicile. Une de ces défaites qui fait péter les nerfs. Battue par 3 buts à 0, la défaite humiliante  a mis en colère certains fanatiques du sport roi. Pour manifester leur ras-le-bol, ils se sont répandus sur le boulevard général Alfred Raoul et l’avenue des Trois martyrs, menant vers les quartiers Nord de la capitale congolaise, où ils ont fait parler pierres et autres projectiles. Pare-brise de véhicules, devantures de magasins, de boutiques et d’immeubles ont été endommagés, notamment le restaurant Al Nafoura, à la paroisse Saint-Esprit de Moungali, le siège de la L.c.b, situé dans l’immeuble Bouka, à l’arrêt Jane Viale, à Ouenzé, et vers le rond-point Ebina. La circulation automobile était perturbée, le long de la voie empruntée par les hors-la-loi. La police, présente, par exemple, au rond-point de Moungali, n’a pu rien faire contre ces supporters en furie. Tout cela parce que, aussi, on n’avait pas pris des dispositions pour parer à d’éventuels débordements, comme cela devrait se faire lors de grands derby à risque.

Congo-B/Congo-K: après la réchauffe officielle, le froid!

Note utilisateur:  / 0

Bien malin qui saura qualifier l’état des relations diplomatiques actuelles entre les deux Congo, dont les capitales se regardent par-dessus le majestueux fleuve Congo. Il y a quelques jours, la commission mixte défense et sécurité des deux pays se réunissait à Kinshasa, la capitale de la RDC. Le communiqué final magnifiait les bonnes relations entre les deux Etats et leur volonté de régler les points de divergence dans le dialogue. Mais, quelques jours seulement après cette rencontre ministérielle, le gouvernement du Congo-K rappelait, vendredi 25 mars, son ambassadrice à Brazzaville, Mme Esther Kirongonzi, en poste depuis huit ans. Aucune autre explication à cela. Le gouvernement du Congo-B. dit qu’il n’y a aucun problème avec son voisin. Il faut aller dans la rumeur, pour s’entendre dire que le gouvernement du Congo-K reproche à Brazzaville son refus d’extrader le général Faustin Munene, qui serait le cerveau penseur de l’agression armée contre la résidence secondaire du président Joseph Kabila dont les assaillants seraient venus du Congo-B, soupçonne-t-on, à Kinshasa. Bref, le ciel des relations entre les deux pays est plutôt chargé de soupçons, alors que sur le plan officiel, tout est nickel.

Informations supplémentaires