Coup d'oeil en biais

Braquage, on en parle toujours et encore

Note utilisateur:  / 0

A Matour, un quartier de Makélékélé, le premier arrondissement de Brazzaville, un braquage a été, également, perpétré, mercredi 21 décembre 2011, vers 19h environ, dans une boutique d’alimentation tenue par un commerçant étranger. Les voleurs ont terrorisé ce dernier, en lui pointant l’arme sur la tempe, avant de s’emparer de la recette  de la journée. Ils ont, ensuite, disparu dans la nature, sans être inquiétés. Il faut dire qu’ils n’avaient pas tiré des coups de feu, pour ne pas attirer l’attention des passants. Quant au gérant, il serait tombé dans le coma. Transporté à l’hôpital, il a retrouvé ses esprits. Dieu merci! Mais, à cette allure et si la police n’ouvre pas les yeux, d’autres personnes risquent de passer les fêtes dans la désolation.

Les ex-travailleurs de l’ex-O.n.p.t encore en colère

Note utilisateur:  / 0

Les ex-agents de l’ex-O.n.p.t (Office national des postes et télécommunications) ont encore fait éclater leur colère contre le gouvernement qu’ils accusent d’avoir ponctionné leurs droits de licenciement et arriérés de salaires. Selon eux, 33% représentant les décotes ont été prélevés sur leurs droits de licenciement, de même que 0,5% a été opéré, de manière anarchique, lors du paiement de la première tranche de leurs droits et arriérés de salaires. Dans une déclaration qu’ils ont publiée, à la suite d’une assemblée générale tenue, vendredi 23 décembre 2011, au siège de leurs syndicats, ils demandent le remboursement des sommes ponctionnées, avant le 31 décembre. Autrement…

Sur la descente de Mongo-Kamba, à Pointe-Noire, un camion perd aussi ses freins

Note utilisateur:  / 0

Le vendredi 23 décembre, vers 21h, un camion de marque Saviem, lourdement chargé de charbon de chauffe et divers vivres, a connu une défaillance de son système de freinage, au moment où il abordait la descente de Mongo-Kamba. Dans sa folle course, il a percuté deux taxis et a fini par se renverser, au niveau de l’école primaire 15 Août, à Nkouikou. En moins de dix minutes, sa cargaison a été pillée par des badauds. On ne déplore pas de perte en vie humaine. Seulement, quelques blessés moins graves.

Un minibus termine sa course dans un entrepôt, sur la route nationale n°2!

Note utilisateur:  / 0

Un minibus de transport en commun, de marque Toyota, a terminé sa course dans une maison servant d’entrepôt de ciment et de planches, située au n°1 de la rue Ebonga, vers l’arrêt Casis. La porte métallique de la maison a été endommagée. Mais, on n’a pas enregistré de perte humaine, encore moins de blessés. Cela s’est passé le matin du dimanche 25 décembre, au niveau de l’arrêt Casis, sur la route nationale n°2. Le système de frein, défectueux, serait à l’origine de l’accident. Le minibus en question revenait du quartier Massengo, en banlieue Nord de Brazzaville, et avait à bord plusieurs passagers, qui ont poussé un ouf de soulagement, le pire ne s’étant pas produit.

L’hippopotame du Djoué a tué. Un avis de recherche est lancé contre lui!

Note utilisateur:  / 0

L’hippopotame qui sème la terreur le long de la rivière Djoué, à Brazzaville, a fait un  malheur dans une famille, dimanche 25 décembre 2011, le jour de Noël donc, vers 7h. Il a, en effet, tué un jeune de 20 ans qui se baignait, vers le quartier Mbimi. Cela a relancé le débat sur la présence dangereuse de ce pachyderme. Et les populations se perdent en conjecture, attribuant même à la bête des origines mystiques. Sourdes, au départ, à tous les appels lancés par les populations, les autorités ont réagi. Informée de la situation, la police a décidé d’éliminer cet hippopotame-tueur, pour faire l’économie d’autres morts. A bord de deux véhicules, des policiers ont fait mouvement au Djoué, où ils ont tenté de l’abattre. Mais, l’animal ne se faisait pas voir. Il ne restait plus qu’au porte-parole de la police, le colonel Jean Aive Allakoua, de lancer un avis de recherche contre lui. Il a demandé à la population de donner toutes les indications de présence de ce pachyderme, tout en restant calme. La chasse à l’hippopotame-tueur est donc ouverte.

Informations supplémentaires