Coup d'oeil en biais

Quand une rencontre de nzango tourne en affrontement sanglant, à Dolisie

Note utilisateur:  / 0

Dimanche 22 mai 2011, au stade Norbert Okoumou, en face du quai de la gare du C.f.c.o (Chemin de fer Congo Océan), à Dolisie. Un tournoi de nzango a regroupé plusieurs équipes de la capitale de l’or vert. Mais, entre l’équipe de la mairie et celle du C.a.d.d.m.j, une association de jeunesse fondée par le ministre André Okombi Salissa,  la rencontre a, tristement, tourné en affrontement, à cause de la découverte, par les dirigeants de l’un des protagonistes, du féticheur adverse, semble-t-il. Le sac de ce dernier était devenu leur convoitise. Mais, le prétendu féticheur tenant à son bien, il y a eu une bagarre généralisée. Bouteilles et pierres ont volé, faisant au moins trois blessés. L’intervention du maire de Dolisie et de la police a, heureusement, mis fin à la triste exhibition, qui dénote un manque de fair-play de la part des joueuses de nzango des deux équipes.

A Pointe-Noire, un neveu a tué son oncle par un coup de pilon sur la tête

Note utilisateur:  / 0

Samedi 7 mai 2011, une dispute éclate entre l’oncle Tchibaya R. (24 ans) et son neveu Tchicaya P. (16 ans), comme une scène courante, le soir, à la maison. Mais, la tension monte entre les deux hommes en colère et une bagarre s’en est suivie. Pendant la rixe, le neveu se saisit d’un pilon et assène un coup bien appliqué sur la tête de son oncle. Ce dernier s’écroule. Il est conduit, urgemment, à l’hôpital de Loandjili où, malheureusement, il est décédé, la nuit. Le jeune meurtrier a été arrêté par la gendarmerie et placé en garde à vue. Sans doute, la justice prendra le relais. Signalons que la cour d’appel de Pointe-Noire a démarré sa session criminelle, mercredi 11 mai dernier. Quatre affaires y sont jugées, parmi lesquelles l’affaire Houssan Odjej, le ressortissant libanais qui avait porté des coups et blessures sur Mlle Flore Baros, ayant entraîné une paralysie permanente.

Un policier victime d’un accident stupide au Plateau des 15 ans

Note utilisateur:  / 0

Un accident de la circulation s’est produit, lundi 16 mai 2011, sur l’avenue des Trois Martyrs, au Plateau des 15 ans, un quartier de Moungali, le quatrième arrondissement de la capitale congolaise. La victime est un agent de la compagnie de la circulation routière en plein travail. Il s’était positionné au milieu de la chaussée, pour arrêter un taximan. Mais, ce dernier, guettait un client qui lui avait fait signe, au bord de la route. Distrait pendant un court temps, il a, subitement, fauché le policier, le projetant sur le macadam. Ses collègues de service l’ont vite conduit à l’hôpital militaire Pierre Mobengo, où sa vie ne serait pas en danger. Le taximan a été arrêté. Mais, les policiers prennent d’énormes risques, en se mettant au milieu de la chaussée, pour arrêter un automobiliste. Les freins peuvent lâcher et l’irréparable peut se produire.

A Sangolo, un jeune homme tué par la foule, pour vol de volaille!

Note utilisateur:  / 0

Il faut se demander si la condition de sans-emploi est une fatalité pour la jeunesse congolaise. A Brazzaville, un jeune homme a été tué, dans la nuit de samedi 14 au dimanche 15 mai, à Mbemba Landu, un quartier de Sangolo, dans l’arrondissement 1 Makélékélé, par une foule en colère, car il a été pris en flagrant délit de vol de poules, dans un domicile de ce quartier. Le malfrat avait profité de la pluie, pour opérer. Alertée, la foule, barbare, l’a rattrapé, avant de le tuer à coups de bâtons, de pierres et de barres de fer, sans autre forme de procès. Le corps a été abandonné dans la rue. En tout cas, on ne caresse pas les voleurs dans le sens du poil, à Sangolo. Mais, ce penchant barbare cloue au pilori l’Etat de droit au Congo. Nul ne peut se faire justice. Les jeunes de Sangolo sont allés trop loin.

Un nouveau-né abandonné dans une église catholique à Bacongo

Note utilisateur:  / 0

La semaine dernière, un beau bébé, de sexe et poids non précisés, a été abandonné dans l’église Notre-Dame du Rosaire, à Bacongo, le deuxième arrondissement de Brazzaville. C’est un paroissien bien connu, entré le premier dans l’église, avant le début de la messe de 6h, qui a été surpris de trouver le bébé dans un coin, enveloppé dans un pagne. Il a récupéré le nouveau-né, l’a conduit à la télévision D.r.t.v, d’abord, à l’hôpital de Makélékélé, ensuite, où tous les soins nécessaires lui ont été prodigués. Il se porte bien. Quant à la mère, elle est introuvable, jusqu’à présent. Drôle de maman!

Informations supplémentaires