Coup d'oeil en biais

Un curieux contrôle d’identité en plein jour à Poto-Poto!

Note utilisateur:  / 0

La circulation de jour est-elle maintenant de tous les risques pour les piétons, à Poto-Poto, le troisième arrondissement de Brazzaville? On peut le penser car samedi 21 juillet dernier, en fin de matinée, la rue Mfoa, vers le parc d’attraction Luna Park, était en alerte. Et pour cause: elle a été investie par des policiers qui exigeaient des pièces d’identité aux passants! Un homme, âgé de la quarantaine et qui, ce jour-là, a emprunté cette route, a eu la malchance d’être accosté par un flic en civil, rejoint quelques temps après par deux autres en uniforme de police. «Monsieur, contrôle d’identité! Pouvez-vous présenter votre pièce d’identité?», lui a lancé le policier en civil. «C’est quoi encore cette histoire? Ça se passe maintenant comme ça, même en plein jour, on demande des pièces d’identité aux gens?», s’est questionnée la personne interpellée. «Si vous avez des doutes, vous pouvez aller vous renseigner au commissariat de la Coupole», lui a rétorqué l’un des agents de l’ordre. Qu’est-il advenu à tous ceux qui, ce jour-là, n’avaient pas leur carte nationale d’identité? Ils ont, probablement, dû retrousser leurs poches.

Qu’on mette de l’ordre dans les finances publiques

Note utilisateur:  / 0

A l’émission ‘’Grand débat’’ animé par notre confrère Maxent Foukou sur la chaîne de télévision VOX TV, Clovis Assen, membre de la société civile, a révélé qu’il n’est pas rare de voir sortir des gens avec des sacs d’argent du Trésor public à minuit. Il a demandé que des mesures soient prises pour mettre un terme à cette pratique qui fait le lit de la corruption et du détournement des fonds publics. Il faut interdire tout déplacement d’argent liquide entre la trésorerie paierie générale et les administrations, a-t-il dit en substance. Clovis Assen propose, en outre, que toute opération de transfert de fonds passe par les réseaux des banques. On se souvient qu’en 2003, l’ancien ministre des finances et du budget Rigobert Andely avait pris une note circulaire allant dans ce sens pour remettre de l’ordre dans les finances publiques, mais après son départ on a l’impression qu’on s’est assis dessus.

Le président Sassou-Nguesso dédaigne-t-il les exigences du FMI?

Note utilisateur:  / 0

Dans sa récente édition du 18 juillet 2018, le journal confidentiel ‘’La Lettre du Continent’’ juge que le Chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso fait fi de la cure d’austérité exigée par le Fonds monétaire international. Dans un article intitulé «Le vilain pied de nez de Sassou-Nguesso au FMI», le journal écrit en effet: «Fin 2017, l’institution monétaire a conditionné son aide à une cure d’austérité drastique ainsi qu’à une réduction du train de vie de ce pays en quasi-faillite. Toutefois, depuis cette date, le chef de l’Etat n’a pris aucune mesure en ce sens. Il n’a pas davantage appliqué les préconisations de l’Inspection générale d’Etat (IGE), pourtant mandaté par lui-même à plancher sur une réorganisation en profondeur des services de la présidence. L’IGE qui a recensé l’an dernier l’ensemble des agents du Palais présidentiel a notamment pointé quatre départements techniques truffés, selon elle, ‘’d’emplois fictifs ou de complaisance’’. Premier département: la direction du domaine présidentiel (DDP) est gérée par le colonel Edgar Nguesso. Ce neveu de Sassou-Nguesso a transformé ce service en un véritable ministère  qui ne dit pas son nom. Il est entouré de nombreux collaborateurs, dont un chef de cabinet ainsi que plusieurs conseillers à Brazzaville et des représentants dans les chefs-lieux de région. Autres départements censé réviser ses effectifs à la baisse : la communication et les médias (…). Denis Sassou-Nguesso a également renvoyé aux calendes grecques le réaménagement de la Garde républicaine, corps pléthorique commandé depuis janvier par le colonel Gervais Akouangué»

SNE : mettez-nous au courant !

Note utilisateur:  / 0

Que se passe-t-il au quartier Kahounga de Mfilou. Dimanche 22 juillet, le courant y est ‘’revenu’’ comme espéré, au grand soulagement des congélateurs en souffrance depuis vendredi.  Mais la joie a été de courte durée: le courant est revenu, oui, mais en faisant le yoyo! Tantôt il faisait s’allumer les ampoules avec une grande brillance, tantôt les lumières intérieures des maisons étaient pires que la lumière de la pire des bougies. Et ce manège a perduré jusqu’à lundi matin. De longues files de mécontents se sont formées chez les quincaillers, avec à la main les fusibles grillés par ce jeu. La SNE remboursera un jour si elle se rappelle qu’elle est un service.


Des réfugiés centrafricains font le siège du HCR à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Plusieurs réfugiés centrafricains vivant à Brazzaville ont fait le siège du Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR). Ils veulent attirer l’attention des responsables de cette agence du système des Nations-Unies sur la précarité de leurs conditions de vie souhaitant vouloir rentrer d’urgence dans leur pays d’origine.  Ils se disent incapables de faire face aux frais des loyers. Certains ont été  chassés de leurs maisons. Hommes, femmes et enfants passent désormais les jours et les nuits à la belle étoile avec leurs baluchons, à la devanture du HCR. Le HCR quant à lui déplore un budget réduit qui ne lui permet pas de faire face à leurs problèmes. Plus de 1000 réfugiés centrafricains demandent leur rapatriement volontaire sur un total de 33000 vivant au Congo, dont 65% dans le département de la Likouala.

Informations supplémentaires