Coup d'oeil en biais

Des retraités de la C.r.f à Pointe-Noire et dans le Kouilou attendent deux mois d’arriérés de pension

Note utilisateur:  / 0

Environ 500 fonctionnaires retraités de la C.r.f (Caisse de retraite des fonctionnaires), à Pointe-Noire et dans le Kouilou, attendent, toujours, de toucher leurs pensions des mois de novembre et décembre 2005. Ils rencontrent des difficultés dans la perception de ces deux arriérés de pension, même après la saisine le parquet de Pointe-Noire, qui a, pourtant, rendu un arrêt en leur faveur. Ils en sont toujours à attendre que l’arrêt soit exécutoire. La semaine dernière, ils sont sortis de leur mutisme, en lançant, à travers les médias, des appels au gouvernement pour aider au versement de leurs pensions. Aucune réaction, jusqu’à présent, mais ils gardent espoir que le gouvernement finira par entendre leur cri du cœur.

Odeur de grève dans les branches de la Fétrasseic…

Note utilisateur:  / 0

On craint que la Fétrasseic (Fédération des travailleurs de la science, des sports, de l’enseignement, de l’information et de la culture) ne déclenche une grève, après sa déclaration du 11 février dernier, dans laquelle elle accorde un mois au gouvernement, pour donner suite à ses revendications, notamment l’intégration, dans la fonction publique, des enseignants prestataires, bénévoles et finalistes sortis des écoles de formation, ainsi que des pigistes de la communication, des décisionnaires de la culture et de la recherche scientifique. Par ailleurs, elle exige la publication des textes des différents statuts particuliers, ainsi que les arrêtés attribuant des primes et indemnités aux personnels de l’enseignement. Dans sa déclaration, la Fetrasseic indique qu’après le délai qu’elle a fixé, si rien n’est fait, elle déclinera sa responsabilité devant toute situation qui pourrait advenir d’ici au 15 mars. Encore du travail pour…

Au lycée Pierre Savorgnan De Brazza, les élèves se plaignent du manque de toilettes

Note utilisateur:  / 0

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les élèves du lycée Savorgnan De Brazza, le plus grand lycée de la capitale congolaise, situé à Bacongo, dans le deuxième arrondissement, ne sont toujours pas au bout de leurs peines. Ils appellent de tous leurs vœux la réfection des toilettes dans leur établissement, car celles-ci sont bouchées depuis des lustres, ou la construction de nouvelles. Celles qui existent sont affectées au personnel enseignant et administratif. Lorsque les élèves s’y rendent, on leur ferme les portes. Alors, ils sont obligés de se rabattre à la faculté de droit de l’Université Marien Ngouabi, située tout à côté. Mais, là-bas, l’accès aux toilettes est assujetti au paiement de 100 francs Cfa. Lorsque les poches sont vides, on court dans les herbes environnantes. Des latrines pour les élèves, s’il vous plaît!

Il doit être jugé, pour les actes dont il est seul responsable!

Note utilisateur:  / 0

La communauté libanaise de Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, ne mâche pas ses mots. Après l’acte ignoble commis par un de ses membres, en l’occurrence Alassane Hojeij, coupable de coups et blessures ayant entraîné la paralysie des membres inférieurs d’une jeune femme de nationalité congolaise, Flore Baross, les membres de cette communauté, interrogés par D.r.t.v Pointe-Noire, ont réprouvé son acte et demandé à ce qu’il soit, effectivement, traduit devant les tribunaux et qu’il en paye seul le prix. Pour eux, rien ne justifie le comportement de leur compatriote, car ils considèrent le Congo comme leur deuxième patrie, ont-ils dit, en substance. Et pour traduire le patriotisme dans leur pays d’adoption, ils ont, spontanément, ouvert leur cœur et leur porte-monnaie à l’égard de la victime. Ils ont pris en charge son évacuation sanitaire, au Maroc, et tous les frais liés aux soins. C’est par un vol de la Royal Air Maroc, mercredi 16 février 2011, aux environs de 4h, que la jeune femme s’est envolée au royaume chérifien.

Grave accident de circulation à Mbouambé-Léfini : quatre morts!

Note utilisateur:  / 0

Un grave accident de la circulation s’est produit, vendredi 18 février 2011, aux environs de midi, sur la route nationale n°2. Une délégation des membres d’une église de réveil, partie de Brazzaville pour Gamboma, dans le département des Plateaux, a trouvé malheur en chemin. Le véhicule qui les transportait, une Toyota 4x4 GX Prado, s’est renversé à hauteur de Mbouambé-Léfini, à cause de l’excès de vitesse. Elle a fait plusieurs tonneaux. Quatre personnes (trois hommes et une femme) y ont trouvé la mort. Leurs corps ont été déposés à la morgue municipale de Brazzaville. On déplore, également, d’importants dégâts matériels. Il faut dire aussi que la route nationale n°2 est parsemée de nids de poule. Elle n’est plus entretenue depuis belle lurette, en dépit du péage. A plusieurs reprises, des médias ont diffusé des reportages pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur l’état piteux de certains tronçons de cette route. Et pourtant, il n’y a toujours pas de réaction. Voilà que maintenant, cette route dévore d’innocentes vies humaines!

Informations supplémentaires