Coup d'oeil en biais

Au quartier Maman Mbouale: les délestages ont repris et les populations se plaignent

Note utilisateur:  / 0

Les populations du quartier Maman Mbouale, à Talangaï, le sixième arrondissement de Brazzaville, croyaient avoir fini avec le phénomène de délestages du courant électrique, suite à la connexion de leur zone sur la ligne du barrage électrique d’Imboulou. Mais, c’était sans compter avec les caprices de la S.n.e (Société nationale d’électricité).  En effet, depuis quelques jours, les populations de Maman Mbouale ont repris à vivre au rythme du rationnement du courant électrique. «J’habite le quartier Maman Mbouale Talangaï, non loin du Lycée A. A. Neto où le courant électrique du fameux grand et puissant barrage d’Imboulou est déjà connecté, il y a plusieurs mois, comme au quartier Nkombo où la fourniture d’électricité est stable et fiable. Je ne comprends pas pourquoi le chef de zone du secteur Maman Mbouale a repris de programmer, depuis le début du mois de novembre 2011, le délestage, alors qu’il y a deux mois, la fourniture de l’électricité dudit secteur était bien stable et fiable. Le président de la République tient à sa promesse de faire du Congo un boulevard énergétique et donc le peuple congolais doit s’en réjouir et non se décourager par la mauvaise gestion de certains responsables qui sont là pour saboter les efforts du président de la République et de son gouvernement. Que le chef de zone arrête ses mauvaises pratiques et que le directeur de la S.n.e soit vigilant», se plaint un habitant de ce quartier, dans un courriel qu’il nous a fait parvenir.

A Cuba, la bourse de misère poussait les étudiantes à se prostituer

Note utilisateur:  / 0

Les étudiantes congolaises de Cuba ne sont pas à l’abri des effets pervers liés à la modicité de la bourse qu’on leur verse. La semaine dernière, le ministre Ange Antoine Abéna a fait un aveu, lors de la journée «Portes-ouvertes» sur le Ministère de l’enseignement supérieur, organisée par la commission Education, science et technologie de l’Assemblée nationale. Il a révélé que la situation des étudiants congolais à Cuba était insupportable, surtout pour les filles qui sont obligées de se livrer à la prostitution. Comme leur bourse était de 30.000 francs Cfa, le même taux que leurs collègues restés au pays, le ministre l’a doublée, au début de cette année. Elle est donc passée à 60.000 francs Cfa, désormais. Pour les étudiants résidant au pays, l’augmentation de leur bourse est à l’étude, a déclaré le ministre Abéna.

Ouenzé: l’avenue Reine Ngalifourou, un bourbier tristement célèbre

Note utilisateur:  / 0

L’avenue Reine Ngalifourou, notamment le tronçon allant de la mairie de Ouenzé à la rue Lénine, dans  l’arrondissement 5 Ouenzé, à Brazzaville, est un bourbier célèbre, en saison des pluies. Les pluies de ces derniers jours sont venues encore le rappeler aux riverains de cette avenue, qui ne sont toujours pas au bout de leurs peines, alors qu’à leur grande joie, des engins lourds l’avaient raclée et y avait déversé la terre rouge, au début de la saison sèche. Leur joie n’a été, finalement, que de courte durée. Puisque la saison sèche est passée, ils ont, maintenant, les pieds dans l’eau, à la suite des pluies. Les habitations sont inondées et l’avenue est impraticable, même pour les piétons. La semaine écoulée, les habitants du quartier ont repris à se plaindre, appelant l’administrateur-maire de Ouenzé à trouver une  solution à leurs difficultés. En réponse, ce dernier leur a promis de bitumer l’avenue, tout en leur demandant d’être patients.

Le maire de Brazzaville indexé sur l’échec de l’opération de lutte contre les courts itinéraires

Note utilisateur:  / 0

On s’interrogeait, dans notre coup d’œil en biais, la semaine dernière, si la mairie allait réussir l’opération de lutte contre les demi-terrains dans le transport public? Hélas! Cette opération, lancée tambour battant, est en train de finir dans les oubliettes, comme les précédentes. Les équipages des minibus de transport public y sont insensibles. A qui la faute? Basile Obongui, directeur départemental de la concurrence et de la répression des fraudes commerciales, invité du journal dominical de 7h sur Radio-Congo, a désigné le coupable. Pour lui, «la responsabilité incombe au maire de la ville, qui n’arrive pas à déterminer les lignes. Sa mairie ne s’occupe que de la taxe de roulage. Et là, ils sont forts pour mobiliser la police», a-t-il déclaré. En tout cas, le transport public, à Brazzaville, est un véritable casse-tête.

Un incendie a dévoré le night club Le Privat, au Plateau des 15 ans

Note utilisateur:  / 0

L’électricité est toujours un casse-tête, pour beaucoup de foyers et de gérants de commerce, au Congo. Non seulement il vient souvent à en manquer, mais lorsqu’elle est rétablie, elle cause, parfois, des dégâts. C’est ce qui est arrivé au propriétaire du night club «Le Privat», situé rue Bangou, au croisement avec l’avenue Loutassi, au Plateau des 15 ans, un quartier de Moungali, le quatrième arrondissement de Brazzaville. Le night club a été réduit en cendres, à la suite d’un court-circuit électrique, qui a provoqué un incendie, lundi 21 novembre 2011, dans l’après-midi. Tout est parti en fumée, malgré l’intervention des sapeurs-pompiers. Le propriétaire n’a donc rien récupéré.

Informations supplémentaires