Coup d'oeil en biais

Des soldats s’offrent en spectacle dans les buvettes à Mayanga

Note utilisateur:  / 0

Lorsque des civils s’empiffrent d’alcool dans une buvette, cela passe. Mais, lorsque, dans la même buvette, des militaires en mission, Kalachnikovs en bandoulière, vident des bouteilles de boisson alcoolisée, cela ne manque pas de susciter la curiosité des passants et l’inquiétude des populations. La discipline militaire interdit aux soldats de rentrer dans les bars en tenue et armés. Malheureusement, c’est à ce spectacle auquel se livrent certains militaires envoyés en mission pour traquer Ntumi et ses ninjas-nsiloulous, depuis les événements du 4 avril 2016, à Mayanga, un quartier de Madibou, le huitième arrondissement de Brazzaville. Même si on n’a pas encore enregistré d’incident, voir les militaires se livrer à l’alcool à longueur de journée n’est pas rassurant.

Voleur battu et blessé au C.e.g de Mfilou

Note utilisateur:  / 0

Un beau gaillard, bien tabassé et blessé, était remis, mercredi 18 janvier 2017, aux premières heures de la journée, au commissariat de police situé en face de la mairie de Mfilou-Ngamaba, dans le septième arrondissement de Brazzaville. Il fait partie d’un groupe de bandits ayant agressé, à 4h du matin, un jeune homme, ravi son téléphone portable et le peu d’argent qu’il avait, vers le C.e.g de Mfilou. Celui-ci a lancé un cri de détresse et certains habitants, réveillés, ont pris en chasse ses agresseurs. Le moins chanceux a pris une direction qui l’a mis en face d’un obstacle. Ses poursuivants l’ont rattrapé. On peut imaginer la suite. Jusqu’à 6h00, le malheureux était encore là, s’offrant en spectacle aux passants, ensanglanté, puis il a été conduit au commissariat de police où il était dans l’agonie. On ignore son état de santé.

Les voiries urbaines de Dolisie en piteux état

Note utilisateur:  / 0

Rouler en voiture ou à moto, ces derniers temps, à Dolisie, la troisième ville du Congo, devient un casse-tête chinois. Hormis les rares avenues bitumées, les rues des quartiers présentent un état de délabrement très avancé. Cela est dû au manque de canalisation. Conséquences: les eaux des pluies diluviennes qui s’abattent sur la capitale de l’or vert creusent des tranchées béantes tout au long des voies, empêchant ainsi la circulation normale des usagers de la route. Cette situation fait que les chauffeurs de taxis refusent, parfois, de s’aventurer dans les quartiers où l’état des routes s’est fortement dégradé. Dolisie ressemble, aujourd’hui, à une ville qui n’a pas connu la municipalisation accélérée. Il est souhaitable que la mairie soit dotée d’équipements et de budget nécessaires, pour assurer l’entretien de la voirie urbaine à Dolisie.

La S.n.p.c mènerait grand train, malgré la crise pétrolière

Note utilisateur:  / 0

Le pays traverse une crise économique qui se traduit, déjà, par des retards de salaires dans certaines structures publiques, alors que dans le secteur privé, des entreprises ferment, compressent leurs personnels ou réduisent leurs activités. Tout le monde le dit, vérité oblige. Le gouvernement a décidé de la réduction du train de vie dans tous les secteurs de l’Etat. Il n’en serait pas le cas, pour la S.n.p.c (Société nationale des pétroles du Congo), si l’on en croit le journal en ligne afrique.latribune.fr. Ce journal apprend à ses lecteurs ou internautes que la société qui gère la production de l’or noir du Congo aurait dépensé la bagatelle d’au moins 578000 euros, soit 378.590.000 de francs Cfa, à la faveur de trois déplacements à l’étranger de ses cadres et d’une mission à l’intérieur du pays. Il tient cette révélation des documents bancaires de l’entreprise. Jusque-là, on n’a pas encore enregistré de réaction du côté du directoire de la S.n.p.c par rapport à cette information.

L’Adhuc déplore l’extradition de deux Congolais de la RD Congo au Congo-Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Dans un communiqué de presse diffusé à Brazzaville, le 16 janvier 2017 et signé par son président, Loamba Moké, l’Adhuc (Association pour les droits de l’homme et l’univers carcéral) «exprime sa vive réprobation et dénonce vigoureusement l’arrestation, l’extradition et détention arbitraire de deux anciens membres du bureau politique du Mouvement congolais pour le développement et la démocratie intégrale (M.c.d.d.i) de Kinshasa à Brazzaville». Il s’agit de «Youlou-Nzonzi Auguste et Mahoumi Pierre, qui avaient quitté le pays, suite au climat tendu, caractérisé par de nombreuses violences, lors du référendum du 25 octobre 2015, par peur des représailles, pour se mettre à l’abri en République Démocratique du Congo (RDC), précisément à Mbanza-Ngungu». «Le 24 avril 2016, Messieurs Youlou-Nzonzi Auguste et Mahoumi Pierre ont été interpellés par l’Agence nationale des renseignements (A.n.r) du bureau de Mbanza-Ngungu et le 28 avril 2016, transférés, détenus arbitrairement dans les locaux de ladite agence, à Kinshasa». L’Adhuc, qui condamne cette extradition, car elle s’est faite, selon elle, en violation du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, demande au gouvernement de «prendre toute les mesures nécessaires, pour assurer la sécurité physique et morale des deux anciens membres du bureau politique du M.c.d.d.i».

Informations supplémentaires