Coup d'oeil en biais

Un couple meurt foudroyé à Nkombo-Matari

Note utilisateur:  / 0

Un couple a été trouvé mort, alors qu’il se trouvait à la maison. Selon Radio-Congo, une foudre s’est abattue sur les conjoints. Ce drame a eu lieu dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 avril 2016, à Nkombo-Matari, un quartier situé dans le périmètre du C.n.r.t.v (Centre national de radio et de télévision). Il faut signaler qu’une pluie diluvienne accompagnée de coups de tonnerre était tombée sur la ville-capitale, ayant provoqué des inondations dans certains quartiers et fait d’importants dégâts. C’est à la suite de ces coups de tonnerre que la foudre a tué le pauvre couple, selon des témoignages. Il faut dire que dans la construction de leurs habitations, les Congolais ont négligé le paratonnerre, un dispositif destiné à «écouler à la terre, le fluide électrique contenu dans le nuage orageux, empêchant ainsi la foudre de tomber».

 

Malaise à la Société des pavés du Congo : les travailleurs demandent le départ du D.g

Note utilisateur:  / 0

Rien ne va plus à la S.p.c (Société des pavés du Congo), entreprise publique créée en 2016. Depuis quelques mois, le climat est tendu entre la direction et les employés qui traînent des arriérés de salaires de dix mois. A bout de patience, les travailleurs ont simplement choisi de passer à l’offensive. La semaine dernière, ils se sont mis finalement à exiger au ministre des finances, du budget et du portefeuille public, le limogeage du directeur général, Louis Oniangué, en raison de sa gestion qu’ils jugent «calamiteuse» et la suspension de la directrice administrative et financière. «La S.p.c est gérée comme un plat de saka-saka où chacun peut se servir selon la grandeur de la paume de sa main. La mauvaise gestion du directeur et son incompétence face à tous les maux gravissimes que subit notre société, nous poussent à demander son départ immédiat et sans condition, faute de quoi nous allons organiser un sit-in», écrit leur collectif. Mais, pour la direction de la S.p.c, les problèmes auxquels l’entreprise est confrontée sont dus à l’absence de subvention de l’Etat, depuis la création de l’entreprise il y a un an environ. Le Ministère des finances va-t-il voler au secours du directeur général? Par ces temps de crise, rien n’est moins sûr.

Règlement de comptes sanglant à Etoumbi

Note utilisateur:  / 1

La population d’Etoumbi a vécu des moments de stupeur, le 13 avril 2017, comme cela peut se produire, de temps à autre. A la suite d’une altercation banale avec un garçon de son âge, un jeune homme de 35 ans, nommé Pédrich, a blessé à l’aide d’un fusil de chasse plusieurs personnes dont une fille de 13 ans touchée au cou et à la tête, qu’on a finalement évacuée à Oyo. Pour se venger, le père de la fille dont les jours sont incertains, a fait irruption au domicile de l’agresseur où, ne l’ayant pas trouvé, il a tiré à bout portant sur la mère de ce dernier, qui a finalement trouvé la mort sur le coup. Ce père s’est livré, ensuite, à la police. Pédrich, qui s’est enfui après son forfait a été repéré par la Force publique, le lendemain, au quartier Yongolo, précisément au domicile de sa belle-famille. Sommé de se rendre, il n’a pas hésité à tirer sur les éléments de la Force publique, blessant grièvement le chef de brigade de la gendarmerie d’Etoumbi qu’on a évacué, à son tour, à Oyo. Ses collègues ont alors ouvert le feu sur Pédrich, le blessant grièvement et la foule l’a achevé sur la place publique avec des projectiles divers, l’expédiant dans l’autre monde sans avoir eu droit à un procès.

P.c.t: rudes batailles pour les candidatures aux législatives

Note utilisateur:  / 0

Pierre Ngolo, secrétaire général du parti, a défini le canevas à suivre dans le choix des candidats du P.c.t, qui sera fait par le comité national d’investiture, sur la base des critères objectifs, en associant la base du parti «Rien n’est fait sans associer la base du parti», a-t-il dit. Mais, cette clarification ne semble pas rassurer tout le monde. Il y a de l’agitation dans les rangs du parti. Dans la Cuvette-Ouest, par exemple, les députés suppléants de la mandature finissante sont en dissidence ouverte avec les députés titulaires et refusent de repartir avec eux aux élections. Une forte tendance se dégage de voir les suppléants vouloir se porter candidats titulaires. Entre le P.c.t et ses alliés, il y a, également, des désaccords dans la répartition des sièges électifs. Parce que le parti qu’il dirige est accusé de se comporter en bourreau face à ses alliés, Pierre Ngolo est sorti de sa réserve. «Nous prenons soins pour ce qui est des postes électifs de décider avec les alliés et faisons la répartition des postes, en tenant compte du poids de chacun. Malheureusement, certains alliés veulent se tailler la part du lion sans se référer à leur poids électoral réel», a-t-il dit, lors de sa conférence de presse dans le salon V.i.p du complexe hôtelier Maya-Maya.

Un faussaire arrêté par la police à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Vendredi 21 avril 2017, la Police a mis la main sur un faussaire, le nommé Jean-Médard Nkodia (57 ans), se faisant passer pour un agent de la mairie et qui, à longueur de journée et pendant longtemps, entrait dans les boutiques des commerçants et autres contribuables, avec en main des fiches de la recette municipale des exercices antérieurs dont il actualisait l’année, pour faire le recouvrement. Mais, c’est un recouvrement parallèle, puisqu’il n’attribuait aucune quittance ou pièce comptable. Il opérait souvent à Moungali, le quatrième arrondissement de Brazzaville et aurait causé un gap important qui mérite d’être évalué. La justice devrait faire la lumière sur son mode opératoire et ses éventuels complices tapis dans l’ombre. Pour le secrétaire général de la mairie de Brazzaville, c’est le début de l’opération «Débusquage des faussaires des taxes municipales», car plusieurs autres escrocs courent encore les rues de la ville, et ils seront arrêtés. En tout cas, il faut mettre de l’ordre dans le domaine de la perception des taxes, notamment, où personne ne sait exactement qui fait quoi sur ordre de qui parmi les individus qui se passent pour des agents de la mairie ou des services des impôts et, finalement, arnaquent les commerçants ignorants.

Informations supplémentaires