Coup d'oeil en biais

Alain Mabanckou arrive!

Note utilisateur:  / 0

Prenant le ministre Aimé Ange Wilfrid Bininga au mot, le très prolixe écrivain congolais Alain Mabanckou a annoncé son retour dans un proche avenir à Brazzaville. Il croyait être sous le coup d’un mandat d’arrêt, ce que le ministre de la Justice a démenti dans la presse. L’auteur du livre ‘’Les cigogne sont immortelles’’ (son dernier roman qui retrace, entre autres, les mécaniques du coup d’Etat de 1977 ayant renversé et tué le président Marien Ngouabi)  a réagi sur les ondes de France Télévision en répondant aux questions de Patrick Simonin dans l’émission ‘’L’Invité’’: «Je voudrais - puisque je l’ai lu dans la presse -, je voudrais remercier - puisqu‘il faut quand même être dans les remerciements - ce ministre de la Justice du Congo qui semble-t-il a dit que je n’avais aucun mandat d’arrêt, je n’avais aucune interdiction de retour au pays, que mes livres n’étaient pas interdits. Ça tombe bien, ça va me permettre de rentrer bientôt au Congo Brazzaville (…) Nul n’a le monopole de dire que le pays lui appartient. Le pays nous appartient tous. Qu’on le veuille ou non, nous devons composer ensemble pour aller de l’avant»

Le poids écrasant des écoles privées à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Il y a trop d’écoles privées à Brazzaville, déplore le ministre Anatole Collinet Makosso qui a manifesté son incompréhension qu’avec une superficie de 263,9 kilomètres carré et 96 quartiers, la capitale congolaise puisse compter 918 établissements, soit une moyenne de 10 écoles privées par quartier et 4 écoles privées au kilomètre carré. Par contre l’école publique ne compte que 148 établissements. Le hic, c’est que l’écrasante majorité des établissements privés n’ont pas reçu d’agrément, d’autres n’ont qu’un agrément provisoire.

A Brazzaville, les élèves retrouveront deux belles écoles!

Note utilisateur:  / 0

Les bâtiments de l’école Nkeoua Joseph (ex-Ecole officielle laïque), à Bacongo, et du lycée de la Réconciliation, à Mfilou-Ngamaba, ont été entièrement rénovés par le Groupe des associations Bana Congo (GABC), grâce à un financement de son   président d’honneur, Denis Christel Sassou Nguesso. Combien d’enfants encore à Brazzaville et dans plusieurs villages, du Nord au Sud, étudient dans bâtiments vétustes, assis parfois à même le sol? Pour quelques millions de francs CFA on peut réhabiliter plusieurs établissements scolaires comme les deux établissements de Brazzaville réhabilités.


La visite consolatrice des opposants à Paulin Makaya

Note utilisateur:  / 0

La semaine passée, plusieurs dirigeants de la Fédération de l’Opposition congolaise et le Conseil fédéral FROCAD-IDC-CJ3M ont effectué une visite à Madibou, dans le huitième arrondissement de Brazzaville, au domicile de leur collègue Paulin Makaya, président du parti Unis pour le Congo (UPC), pour lui témoigner leur affection et gratitude après sa mise en liberté définitive par la troisième Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Brazzaville. Condamné en première instance à deux ans d’emprisonnement ferme pour «incitation aux troubles à l’ordre public», ensuite à un an d’emprisonnement pour «complicité d’évasion» liée à une fusillade à la maison d’arrêt ayant causé la mort de trois personnes en 2016, il aura passé, au total, trois ans en détention à la Maison d’arrêt centrale.

Le bâtiment de l’école publique de Kibouendé soufflé!

Note utilisateur:  / 0

Les premières pluies de septembre ont été catastrophiques pour la localité de Kibouéndé, sur le CFCO, dans le département du Pool. Le bâtiment de la troisième école publique de ce village s’est écroulé comme un château de cartes.  Autorités locales et parents d’élèves, désemparés, scrutent l’horizon. Les élèves risquent de se tourner les pouces pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, si aucun palliatif n’est envisagé. D’où leur viendra le secours, au sortir d’une guerre atroce dont ils n’ont pas encore fini de digérer les conséquences?


Informations supplémentaires