Coup d'oeil en biais

Les candidats aux différents concours d’entrée sans reçus

Note utilisateur:  / 0

Les candidats passent des jours entiers à la Scolarité centrale, à l’Ecole normale supérieure (ENS) de l’université Marien Ngouabi. Le reçu est une condition pour concourir. Malheureusement, tout est concentré à la scolarité centrale. Au regard du grand volume de travail pour traiter ces dossiers, il y a urgence   à abattre plus de travail !


L’amphithéâtre Antoine Ndinga Oba en piteux état

Note utilisateur:  / 0

Inauguré par le Président de la République en 2015, quatre ans plus tard, l’amphithéâtre a perdu son éclat. On y voit des graffitis sur les murs, à l’intérieur comme à l’extérieur, les sièges sont arrachés et à certains endroits du plafond, on observe des vides, avec pour conséquences pendant la saison des pluies, l’eau qui suinte et abîme le bâtiment, dérangeant les étudiants. L’amphithéâtre Antoine Ndinga Oba, ce sont

Passer un examen oui, mais où garder son sac ?

Note utilisateur:  / 0

Les gardiennages de fortune des sacs pour candidats aux différents concours d’entrée dans les écoles et instituts de l’Université Marien Ngouabi. L’opération a démarré depuis le début du déroulement des différents concours commencés le 24 septembre dernier, à Brazzaville. Chaque postulant veut sécuriser son sac moyennant 100 francs CFA.  Il existe plusieurs gardiennages gérés par des étudiants habitant le campus.  Les responsables de ces services remettent des tickets aux propriétaires des sacs et objets gardés. Le paiement s’effectue au retrait de l’objet, à la fin des épreuves. Jusqu’à présent, aucune plainte n’a été enregistrée par les candidats.

A Yaba, l’école est malade

Note utilisateur:  / 0

A Yaba, un village du district d’Ollombo, dans le département des ¨Plateaux, l’école ne fonctionne pas normalement depuis plusieurs années. Non seulement l’unique bâtiment du cycle primaire est en lambeaux et les élèves n’y apprennent pas dans les meilleures conditions possibles, mais le cycle n’est pas complet, puisque les classes du Cours moyen (CM I et CM II) n’existent pas. C’est une école infirme qui oblige les admis aux deux dernières classes du cycle primaire de traverser chaque jour l’Alima pour poursuivre leurs études à Ntokou. Et malheureusement aussi, les classes sont tenues par des bénévoles qui disparaissent dans la nature en pleine période scolaire. La situation de Yaba est similaire à celle de plusieurs autres localités du pays. A l’orée de la rentrée scolaire 2019-2020, une source affirme qu’il n’y a eu ni rentrée administrative, ni rentrée pédagogique.

Du riz avarié saisi et détruit à Pointe-Noire

Note utilisateur:  / 0

A la suite de la décision des services de répression de la fraude et de contrôle de la qualité des produits, 16000 sacs de riz (l’équivalent d’un conteneur de 20 pieds) devenu toxique pour l’homme ont été détruits à Pointe-Noire la semaine passée. Ce riz en provenance du Liban était importé par un commerçant véreux, au mépris des lois et règlement en vigueur, ont souligné les autorités. Le conteneur a été intercepté au Port autonome de Pointe-Noire il y a plus d’un mois. Des prélèvements sur un échantillon analysé à Pointe-Noire et en France ont confirmé que le produit était de mauvaise qualité et donc impropre à la consommation, donnant ainsi raison à ceux qui avaient interpellé les Congolais par le truchement des  réseaux sociaux, en les mettant en garde à cause de la dangerosité du riz en question. Si les 16000 sacs ont été incinérés,  quel sort est réservé à l’importateur véreux et ses complices? En principe, ils devraient être sous les verrous, car les Congolais sont passés à côté d’un empoisonnement collectif aux conséquences incalculables.


Informations supplémentaires