Coup d'oeil en biais

Où sont les opérateurs économiques congolais?

Note utilisateur:  / 1

L’exposition sino-africaine aura lieu dans quelques jours en Chine. Plusieurs pays du continent ont confirmé leur participation. Ils seront totalement pris en charge par le pays hôte. Parmi ces pays, il y a le Congo. Mais le chef du pavillon Congo, le directeur général du Commerce extérieur, a fait part de son inquiétude. «Nous allons quitter le pays mardi, mais rien n’est fait pour aller représenter dignement notre pays en Chine. Nous ne sommes pas organisés. On n’a rien à y exposer. On aura un stand vide! On va aller et être debout dans le stand sans rien présenter», a-t-il révélé. La chambre de commerce n’a pu enregistrer que la participation de deux opérateurs économiques, ce qui est bien maigre pour le stand de 100m2 affecté au Congo.

Basile Obongui, le terrible, contre les laudateurs!

Note utilisateur:  / 1

Le DG Basile Obongui, du Centre congolais du commerce extérieur, est réputé pour son franc-parler et, parfois, son manque de retenue sur le plan politique. Invité du journal dominical de Radio-Congo, le 22 juin dernier, il a donné l’impression d’être agacé par les shows médiatisés des collaborateurs du Président de la République qui, dans un ton louangeur, font toujours référence au programme de société du président de la République qu’ils citent chaque fois dans leurs discours. «C’est devenu une chanson», a-t-il confié, affirmant qu’il est sceptique quant à ce qu’ils font réellement sur le terrain dans leurs domaines. «Ils veulent tout simplement faire plaisir au Président Denis Sassou Nguesso», commente l’homme de la rue.

Le CEG de l’Amitié de Bacongo a perdu sa mémoire

Note utilisateur:  / 0

Un incendie a dévoré le bâtiment abritant la direction des études  du CEG de l’Amitié situé dans les environs du marché Total, à Bacongo, le deuxième arrondissement de Brazzaville. Le sinistre s’est produit la nuit du jeudi 13 juin 2019. Tout ce qui s’y trouvait est parti en fumée: documents administratifs, chaises, bureautiques, bulletins de notes des élèves, copies corrigées des évaluations du dernier trimestre, etc. On ne connaît toujours pas l’origine de ce sinistre. Certains pensent que c’est une mise en scène des mauvais élèves. D’ores et déjà une association, Dynamique Vumbuka (Réveille-toi), s’est proposée de réhabiliter le bâtiment ravagé, avant la rentrée scolaire 2019-2020.

Avec ou sans le ministre

Note utilisateur:  / 0

C’est étonnant de voir des manifestations à caractère commercial organisées sans associer l’administration habilitée. C’est ce que déplore un cadre de ce pays. Pourtant il y a un ministère du Commerce. Mais, parfois il n’est pas tenu informé de certaines activités commerciales qui relèvent, bien naturellement, de son champ d’action. Comme les kermesses ouvertes ici et là dans certains arrondissements de Brazzaville. Le Centre congolais du commerce extérieur affirme n’avoir autorisé aucune kermesse. Pour son directeur général, si ces fêtes populaires en plein air ne sont pas fermées, c’est parce que les organisateurs sont «des enfants du pays ou des sociétés intouchables, couvertes, protégées, soutenues, appuyées…». Ces kermesses sont organisées en période scolaire, ce qui est interdit. N’est-ce pas là marcher sur les plates-bandes de l’autre?

Le pouvoir serait-il coincé?

Note utilisateur:  / 0

On apprend dans certains milieux politiques congolais que le Gouvernement serait embêté par la fermeté du Fonds monétaire international (FMI) dans les négociations en vue de la conclusion d’un programme d’aide financière, notamment pour l’obtention de la Facilité élargie de crédit (FEC). Les intentions c’est bon, mais le FMI insisterait toujours sur l’application des réformes annoncées dans le Programme national de développement (PND) en matière de gouvernance et de transparence. Ne serait-ce que pour redonner confiance à certains créanciers réfractaires. On susurre que le Gouvernement craindrait d’appliquer certaines conditionnalités dans le contexte social actuel, d’où la recherche permanente supposée d’alternatives auprès de certains pays considérés comme  alliés, le cas de la Russie où le Chef de l’Etat s’est rendu en mai, ou même auprès des réseaux français favorables au pouvoir de Brazzaville. Des spécialistes pronostiquent alors un éventuel échec du Congo à l’examen de son dossier par le prochain conseil d’administration du FMI, le 5 juillet.  


Informations supplémentaires