Coup d'oeil en biais

On a frôlé la catastrophe à Sibiti

Note utilisateur:  / 0

La pluie est toujours dangereuse. La tornade qui s’est abattue sur la ville de Sibiti la nuit du 24 au 25 mars a laissé des impacts qui témoignent de sa violence et de sa furie ces mois de mars-avril, période de grande saison des pluies. La résidence du Secrétaire général du département a vu un gros arbre limba s’abattre sur une partie de la toiture et soufflé un pare-brise du véhicule de fonction. Une partie de la toiture du bâtiment des services de l’église catholique, sa voisine, a été arrachée par la chute d’un sapin déraciné, alors que des pèlerins de la schola y étaient en retraite spirituelle. Dieu est grand! Il a épargné la vie de ses fidèles et celle de leurs voisins, couverts par la bénédiction de ce lieu de culte. On a dit amen.

Climat des affaires: le Congo encore rétrogradé!

Note utilisateur:  / 0

Décidément le Congo a du mal à faciliter le développement des affaires sur son territoire. C’est du moins ce que vient encore de soutenir le groupe de la Banque mondiale dans son rapport Doing business 2019. Il faut descendre jusqu’au 180e rang pour trouver le nom du Congo, sur 190 pays! Déjà mal classé en 2016 (176e), il perd une place encore par rapport au classement 2018 (179e). Le secteur privé souffre d’entraves diverses Le Congo est donc un pays qui ne rassure pas les investisseurs!

Dette commerciale: les résultats de l’audit toujours attendus

Note utilisateur:  / 0

L’année dernière, les cabinets Ernest § Young et CACOGES ont  été choisis sur appel d’offres pour auditer la dette contractée auprès des opérateurs économiques, aux fournisseurs et aux sociétés prestataires des services. Les experts de ces deux cabinets auraient dévoilé en novembre dernier que la moitié des créanciers n’étaient pas venus réclamer leurs fonds. Ce qui pousse à penser que des créances fictives ont été décelées. Cinq mois après, les résultats définitifs de l’audit ne sont toujours pas publiés, alors que les vrais opérateurs économiques attendent que l’Etat apure leur dette.   


Un camion de livraison des boissons se renverse sur l’avenue de l’OUA

Note utilisateur:  / 0

Ni poisson d’avril, ni diversion! Le lundi 1er avril dernier, en matinée, un camion avec remorque des établissements Jackson chargé de casiers de boissons, en provenance du quartier Matour, un quartier de Makélékélé, est tombé dans un grand trou en voulant s’engager sur l’avenue de l’OUA au niveau de l’ex-Camp des pionniers devenu garage de la Société de transport public urbain (STPU). A environ cent mètres du poste du commissariat de police du Pont du Djoué. Mais, avant que le chauffeur en état de choc n’informe ses responsables, en un rien de temps, le camion a été vidé d’une partie de sa cargaison par les témoins de la scène, hommes en arme compris! Ils n’ont pas hésité à s’emparer des bouteilles en prenant le risque de marcher sur les tessons éparpillés sur la chaussée.


Des nids de poule colmatés à coup de plaques de ciment Les problèmes de voirie urbaine se posent toujours avec acuité dans la capitale congolaise. Une société est en train de colmater les énormes trous de certaines artères bitumées qui sont transforment

Note utilisateur:  / 0

Les problèmes de voirie urbaine se posent toujours avec acuité dans la capitale congolaise. Une société est en train de colmater les énormes trous de certaines artères bitumées qui sont transforment en lacs quand il pleut avec des gravats, du fer et du ciment. Ces matériaux seraient en train de se substituer au traditionnel bitume. Pour de nombreux Brazzavillois, ce «bricolage» n’est, au fond, que cautère sur une jambe de bois. La succession des pluies restituera à ces artères leurs lacs, prédisent-ils. Pour le moment, on y roule bien. Tant mieux pour les usagers.


Informations supplémentaires