Coup d'oeil en biais

Une niveleuse, pour soulager un tant soit peu les usagers de l’Avenue Ngamaba à Mfilou

Note utilisateur:  / 0

Les autorités de la mairie de Mfilou ont, enfin, décidé de mettre en service une niveleuse, pour l’entretien provisoire d’une partie de l’Avenue Ngamaba, au niveau du rond-point Mouhoumi, dont la moitié de la chaussée, décapée et abandonnée il y a plusieurs mois, se transforme en zone boueuse, au moment des pluies. Des véhicules s’y enlisent, régulièrement. L’entretien de la chaussée, à ce niveau aide, un tant soit peu, à rendre la circulation automobile fluide. Après ces travaux d’entretien, un bus de la S.t.p.u (Société de transport public urbain) a desservi, pour la première fois depuis environ quatre mois, les quartiers de l’arrondissement 7 Mfilou, mercredi 25 janvier 2017. A propos de l’Avenue Ngamaba, si la mairie d’arrondissement de Mfilou a installé des panneaux de stationnement, l’on s’interroge toujours, d’ailleurs, sur sa réhabilitation et celle du rond-point Mouhoumi.

Dramatique accident de circulation sur la route nationale n°2: 11 morts!

Note utilisateur:  / 1

Onze morts et une trentaine de blessés, dont beaucoup dans un état grave! C’est le lourd bilan d’un dramatique accident de circulation qui s’est produit, lundi 23 janvier 2017, à Itaba, une localité située à environ 100 km au Nord de Brazzaville, sur la Route nationale n°2. Un bus de transport public, de marque Toyota Coaster, à bord duquel se trouvaient de nombreux passagers en partance pour Oyo, dans le Département de la Cuvette, a percuté, de plein fouet, un minibus de type Hiace, chargé de pains. D’après certains témoignages, le chauffeur du minibus faisait une manœuvre en pleine route, quand il a été violemment percuté par le bus Coaster. L’excès de vitesse et la non-observation du code de la route seraient donc les causes directes de cet accident dramatique. Les personnes décédées et blessées ont été transportées au C.h.u (Centre hospitalier et universitaire) de Brazzaville. Une fois de plus, l’inconscience des chauffards a fait des victimes innocentes. Question: pourquoi les gendarmes ne surveillent-il pas, avec fermeté, la circulation routière sur ces routes goudronnées qui continuent de dévorer ainsi des vies humaines?

Les véhicules immatriculés dans d’autres départements interdits de circulation à Brazzaville?

Note utilisateur:  / 0

Dernièrement, un enseignant d’université a marqué son étonnement, quand des agents de contrôles routiers l’ont interpellé et placé son véhicule en fourrière. Et pour cause: il porte une immatriculation d’un département autre que celui de Brazzaville. Et les agents en question lui auraient rappelé, clairement, qu’ils ont agi en application d’un vieux décret et ils lui ont demandé d’obtenir une nouvelle carte grise. Il a suffi de l’intervention d’un officier supérieur et l’infortuné a pu récupérer sa voiture.

Locataire, la mairie d’arrondissement de Djiri, menacée d’expulsion

Note utilisateur:  / 0

La mairie de l’arrondissement 9 Djiri est logée dans une maison qu’elle loue. Actuellement, elle est menacée d’expulsion de son local par son logeur, selon Radio-Congo. Et pour cause: non-paiement de loyer par l’administration de tutelle. Un préavis de deux jours a été adressé à la mairie de Djiri, pour s’acquitter de ses arriérés de loyer. Toujours selon nos confrères de la chaîne nationale de radio, «une touffe d’herbes capable d’héberger une partie de chasse» a poussé en face du lieu où sont installés les services municipaux. Une sorte de petite forêt pouvant servir, également, de refuge aux «Bébés noirs», ces jeunes bandits qui créent l’insécurité dans les quartiers de cet arrondissement. Il y a quelques semaines, une découverte macabre y avait, également, été faite: le corps sans vie d’une personne, selon le témoignage recueilli par la radio nationale. Pour l’administrateur-maire, les choses sont claires: le ramassage des ordures dans la ville de Brazzaville relève d’une société privée, appelée Averda. C’est donc un appel clair à cette société de pouvoir bien faire son travail.

Des obstacles qui causent la mort sur le tronçon de route Pointe-Noire-Dolisie

Note utilisateur:  / 1

La route nationale n°1, dans son tronçon Pointe-Noire Dolisie, long de 163 kilomètres, présente de nos jours un danger de mort pour les usagers. En effet, les épaves des voitures accidentées et les containeurs et grumes abandonnés le long de la voie, constituent un véritable danger de mort pour les véhicules qui y roulent, surtout la nuit et en cette période pluvieuse. Tenez ! Le 3 décembre 2016, un camion porte-containeur a percuté de plein fouet l’épave d’une voiture abandonnée et a été projeté dans le ravin vers Pounga, dans le district de Mvouti. Un autre accident similaire s’est produit, le 6 janvier 2017, vers Les Saras, causant ainsi deux morts et des dégâts matériel importants.

Informations supplémentaires