Coup d'oeil en biais

Surprise un matin sur un rocher au milieu du Djoué

Note utilisateur:  / 0

Une femme d’un âge avancé a été aperçue sur un rocher au milieu des eaux, à l’embouchure du Djoué sur le fleuve Congo, vers le pont du Djoué à Brazzaville. C’était au matin du samedi 29 décembre 2018. Passants et riverains ne s’expliquent pas les circonstances dans lesquelles elle  a traversé la rivière et atteint le rocher, car visiblement elle n’avait pas la force de nager. La pauvre femme a fini par être extirpée par les sapeurs-pompiers, mais ils ont dû la supplier de monter dans une nacelle car elle opposait une résistance. Cela a suffi pour que les mauvaises langues racontent que cette femme disposait de pouvoirs surnaturels.


Moussosso: un ravin menaçant

Note utilisateur:  / 0

Depuis quelques semaines, un ravin s’est ouvert au bord de l’unique route goudronnée menant à Agri-Congo, dans le huitième arrondissement Madibou, à Brazzaville. L’érosion arrivant au galop, ce ravin menace de couper la route en deux et de provoquer l’interruption de la circulation.

Pointe-Noire: le quartier Tchimbatchi-Koweit, îlot des voleurs à main armée?

Note utilisateur:  / 0

Braquages et autres vols se multiplient au quartier Tchimbatchi-Koweit, au sud-ouest de l’arrondissement 4 Loandjili, à Pointe-Noire. Ces actes sont perpétrés souvent tardivement dans la nuit. Et avec la régularité des coupures d’électricité, s’installe l’insécurité dans ce quartier où voleurs et autres bandes de jeunes malfrats peuvent opérer tranquillement. Les plaintes des riverains s’accumulent sur les bureaux des autorités débordés.  


Un spectacle apocalyptique, la route Brazzaville-Linzolo!

Note utilisateur:  / 0

On la savait finie, cette route Brazzaville-Linzolo longue de 30 km, où à plusieurs endroits le goudron a disparu depuis longtemps! Les pluies de ces dernières semaines l’ont davantage transformée en circuit de rallye. La route goudronnée a fait place à des trous béants que les pluies transforment en des lacs permanents, redoutés aussi bien par les chauffeurs que par les passagers qu’ils transportent. Des passagers obligés de descendre à certains endroits avec leurs bagages ou marchandises pour permettre aux véhicules de franchir les obstacles qui la jonchent. Même les véhicules les plus robustes s’enlisent sur ce tronçon. Il faut mille et une prouesses et deux, voire trois heures, aux chauffeurs pour atteindre désormais Linzolo, qui n’était jadis qu’à alors 30 minutes de la ville!    

Sopeco: direction et travailleurs ne parlent plus le même langage

Note utilisateur:  / 0

Le climat social s’est dégradé à la SOPECO (Société des postes et de l’épargne au Congo), société née en 2001 de la privatisation de l’ex-ONPT (Office national des postes et des télécommunications), hier appelé «Nzété ya mbongo». Les travailleurs accusent 12 mois d’arriérés de salaire.  La direction propose de leur payer 1 mois de salaire, les travailleurs exigent plutôt 2 mois cash. Ces derniers ont barricadé les bureaux sans autre forme de procès et débrayent. La direction dénonce une illégalité irresponsable.   

Informations supplémentaires