Coup d'oeil en biais

Discours sur l’état de la Nation: le scepticisme du politologue Constant Ebara Péa

Note utilisateur:  / 1

«Moi, je ne vois pas comment est-ce que le président de la République qui a construit un système d’allégeance dans lequel les gens doivent s’enrichir pour lui assurer une certaine éternité au pouvoir, il démanteler un réseau de ce genre qu’il a eu à mettre en place lui-même? Je vais prendre un élément: on nous présente ici l’arsenal juridique qu’il a mis en place. Laisser moi rire! Pourquoi?  Parce que les institutions ne valent que ce valent les personnes qui les animent». Constant Ebara Péa intervenait dans une ‘’Tribune spéciale’’ organisée par la télévision privée Vox TV, sur le discours du président de la République sur l’état de la Nation devant le Parlement.


Mort au fond d’un puits d’eau à Nganga-Lingolo

Note utilisateur:  / 0

Un jeune homme de 32 ans a été trouvé mort dans un puits, jeudi 27 décembre dernier à Nganga-Lingolo, banlieue sud située à 12 km de Brazzaville, sur la Route nationale n°1. Il y est mort asphyxié. La mobilisation spontanée des habitants du quartier a permis d’alerter les sapeurs-pompiers qui ont repêché le corps. Il pourrait s’agir d’un suicide.

Cinquante familles sans abris au quartier La Base à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Des zones du quartier La Base, à Mfilou, offrent un spectacle désolant et triste. La pluie qui est tombée dimanche 31 décembre n’a pas fait de c adeaux: environ cinquante familles ont passé la nuit à la belle étoile à cause des habitations engorgées, des toitures de maisons emportées, des murs de clôture effondrés. On a trouvé des matelas, des assiettes et divers objets flottants, des occupants bloqués à l’intérieur des maisons. Au CEG de la Réconciliation, deux bâtiments ont perdu une bonne partie de leur toiture. Le tronçon de route reliant le rond-point Mouhoumi et le rond-point Mazala, à Moukondo (Arrondissement 4 Moungali),  ensablé, est complètement coupé à hauteur des arrêts de bus Croisement l’Ombre et Ravin. Même la station-service Afric est inaccessible.

Des rues transformées en ravins à Nkombo-Casis

Note utilisateur:  / 0

L’érosion continue son travail de destruction chaque fois que la pluie tombe sur le quartier Nkombo-Casis, dans l’arrondissement 9 Djiri, à Brazzaville. La pluie du mardi 1er janvier 2019 a nettement aggravé la situation dans les rues Nguelo Okassa, Alphonse Mayama et bien d’autres, qui sont devenues des fosses de 4 à 5 mètres de profondeur. Dans ce bloc, la pluie a déjà englouti des maisons et emporté des biens. Il en est ainsi depuis des années, se désolent les victimes. A chaque pluie, des rues entières se transforment en ravin et des maisons disparaissent,  aux yeux des riverains impuissants. Toutes leurs tentatives pour endiguer l’érosion et les eaux de ruissellement en disposant des sacs de sable, par exemple, se sont soldées par des échecs. Nombreux savent que leurs maisons sont condamnées. Ce qui se passe à Nkombo-Casis est un spectacle cyclique auquel on assiste aussi dans plusieurs autres quartiers de Brazzaville et même de Pointe-Noire.

Impossible de passer un IRM au CHU!

Note utilisateur:  / 0

Le Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B) était en pleine transformation en 2014 avec l’ouverture de nouvelles unités de traitement. C’est ainsi qu’il dispose d’un nouveau service d’Imagerie à résonnance magnétique (IRM) de pointe. Un outil indispensable pour permettre aux médecins de poser les bons diagnostics. Malheureusement, il est tombé en panne depuis deux ans. Les patients sont obligés de se rabattre sur la clinique privée COGEMO. Mais là-bas aussi, l’appareil d’IRM ne fonctionne plus depuis environ un mois. Tout comme à Pointe-Noire. Ceux qui en ont les moyens vont à Oyo, à environ 400km de Brazzaville, sur la route nationale n°2, à l’hôpital Edith Lucie Bongo Ondimba où l’équipement utilisé pour ce type d’examen est fonctionnel...  

Informations supplémentaires