Coup d'oeil en biais

Le président Sassou-Nguesso à Paris à bord d’un «luxueux avion de ligne privé»

Note utilisateur:  / 0

Selon le journal français Le Figaro daté du 3 septembre 2019, le président de la République du Congo Denis Sassou-Nguesso a effectué le voyage de Paris à bord d’un « luxueux Boeing 787 Dreamliner privé » de 40 places. Ce journal l’a appris de sources concordantes citées par l’Agence française de presse (AFP). «Cet appareil, mis en service en 2016, est l’un des plus luxueux disponible sur le marché», poursuit le journal. «Son heure de vol serait facturée environ 70.000 dollars (63.800 euros. (…) Cela placerait le coût d’un aller-simple Brazzaville-Paris à quelque 500.000 dollars, soit 456.000 euros)», écrit l’auteur de l’article. Mais ces chiffres couramment évoqués par la presse n’ont pu être confirmés de source indépendante par l’AFP, avoue le journal. Sollicitées par l’AFP, les autorités congolaises n’auraient pas souhaité réagir à ces affirmations.

Agriculture : inquiétude sur l’usage des pesticides dangereux

Note utilisateur:  / 0

L’usage des pesticides dangereux par certains producteurs agricoles est une menace sur la santé, disent de nombreux consommateurs. L’étude réalisée par le Gouvernement avec le soutien de l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) il y a plus d’une année, a révélé que les producteurs locaux n’hésitent plus à recourir de façon excessive aux pesticides dans le but de protéger leurs récoltes des prédateurs. Cette nouvelle pratique inquiète. Pourtant en juillet 2018, les autorités et la FAO avaient convenu de lancer un projet de développement agricole pour la période 2018-2019. Ce projet comprend, entre autres, l’identification des pesticides extrêmement dangereux à éviter, ainsi que la promotion des solutions alternatives.

La concession de l’abbé Fulbert Youlou en déliquescence

Note utilisateur:  / 0

Certaines parties du mur de clôture de la concession du premier Président de la République du Congo, Abbé Fulbert Youlou et servant de mausolée s’écroulent déjà par manque d’entretien. L’enceinte est envahi d’herbes. Le corps de l’abbé Fulbert Youlou repose en paix dans sa concession en décrépitude à Madibou, dans le 8e arrondissement de Brazzaville. De nombreux observateurs déplorent les conditions d’abandon dans lesquelles se trouve le domicile du Président des trois premières années de l’indépendance.

 

Une étude réalisée par la représentation du PAM au Congo pour répondre aux besoins de la population

Note utilisateur:  / 0

L’analyse du PAM sur l’économie des ménages pour garantir la sécurité alimentaire au Congo donne une orientation aux actions à mener dans la mise en œuvre de la politique nationale d’action sociale pour contribuer à la réduction de la pauvreté et des inégalités sociales. Un atelier a été organisé à Brazzaville, du 26 au 30 août 2019, réunissant une vingtaine de techniciens.  Pour le directeur adjoint du PAM au Congo, Aliou Ouattara, seulement 14 % d’enfants au Congo atteignent les exigences alimentaires minimales. Plusieurs rapports indiquent que les enfants ne mangent rien avant de quitter leurs maisons pour l’école. Cette analyse de l’économie des ménages a été menée de concert avec le Gouvernement, notamment avec le ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire.
 

La Fédération de l’opposition congolaise rejette la tenue prochaine du dialogue national

Note utilisateur:  / 0

Cette frange de l’opposition estime que les conditions de ces retrouvailles ne sont pas encore réunies. Claudine Munari, présidente de cette fédération, l’a dit au cours d’une rencontre avec les journalistes à Brazzaville, le samedi 31 août dernier. Elle a exprimé clairement le refus de participer à ce dialogue souhaité. La présidente a dénoncé le manque de crédibilité du Conseil national du dialogue, organe consultatif mis en place il y a peu de temps, parce que la représentativité de l’opposition y est quasiment nulle. Sur 250 membres que compte le Conseil national du dialogue, l’opposition n’a que soixante places. Mme Munari a aussi souligné qu’elle ne prendra pas part à ce dialogue tant que leurs collègues, Jean Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa incarcérés à l’issue des procès pour atteinte à a sécurité intérieure de l’Etat, resteront en prison.

Informations supplémentaires