Coup d'oeil en biais

Caniveaux à ciel ouvert, pièges à piétons!

Note utilisateur:  / 0

Il y a trop de caniveaux ouverts dans Brazzaville. Ils constituent un danger permanent pour les citadins, de jour comme de nuit. Un adulte handicapé par une vue déficiente l’a appris à ses dépens l’autre jour. Il est tombé dans le caniveau qui jouxte l’avenue Ngangouélé, à Mfilou en tentant de l’enjamber. Il s’en est relevé avec de nombreuses écorchures. En principe, la politique de construction de route doit prendre en compte les piétons et les personnes à mobilité réduite! 

Après sa chute, un cyclomotoriste a été dépouillé

Note utilisateur:  / 0

Un jeune homme roulant sur une moto Djakarta a fait une chute, sur une route goudronnée non encore ouverte à la circulation à Bacongo, le deuxième arrondissement de la capitale congolaise, lundi 9 juin, vers 20h. Il avait été surpris par retrouver un ralentisseur sur cette route sans éclairage public, alors qu’il roulait à vive allure. Ayant perdu l’équilibre, le pauvre s’est retrouvé au sol. Pendant que certains s’activaient à le secourir, d’autres, curieusement, étaient occupé à autre chose, le dépouillant du peu d’argent dans ses poches. Notre société a perdu ses repères.  


Chauffeur de taxi ou voleur?

Note utilisateur:  / 0

Certains chauffeurs de taxi sont suspectés d’être de vils escrocs. Dimanche dernier, sur la route de La Base qui ceinture le mur de l’aéroport international Maya-Maya, un homme a emprunté un taxi. Peu avant le rond-point GPC, il a demandé au chauffeur de garer un instant, le temps pour lui de vider sa vessie non loin d’une touffe d’herbes. Il est sorti précipitamment abandonnant sur son siège un sac de voyage et un téléphone mobile. Malheureusement, quand il a tourné le dos au chauffeur, ce dernier a appuyé sur le champignon et a disparu!


Deux hommes se déchirent les habits pour une femme

Note utilisateur:  / 0

La scène s’est passée samedi 9 juin dernier à Kombé, un quartier de Madibou, le huitième arrondissement de Brazzaville. Un homme qui rendait visite à la mère de son enfant, a surpris cette dernière avec qui ils sont en séparation entre les bras d’un amant, à l’angle d’une rue située non loin du domicile de ses parents, la nuit. Le concubin a détalé, mais il n’est pas allé loin, car il a été rattrapé par des jeunes priés de le prendre en chasse. Bilan : des habits déchirés et des blessures légères seulement.

Entre PK Mfilou et Mazala-Moukondo, une nuée de taxis hors norme

Note utilisateur:  / 0

Les taxis «Cent-cent» sont économiques, comme sur l’itinéraire PK Mfilou-Rond-point Mazala, à Brazzaville. Seulement, de nombreux chauffeurs y exercent sans permis de conduire, tandis que leurs véhicules n’ont pas souvent des papiers de bord. Cerise sur le gâteau: ces taxis ne manquent pas de rouler à tombeau ouvert et font parfois des dépassements dangereux. Leur état technique laisse aussi à désirer. Ces moyens de transport public exposent la vie des citoyens à un vrai danger. La surcharge est devenue une coutume: quatre passagers à l’arrière et deux à côté du chauffeur. Ce phénomène est aussi visible sur d’autres itinéraires à Brazzaville, comme Marché Bourreau-Marché Total, etc. Il y a de l’ordre à remettre de ce côté-là.


Informations supplémentaires