Coup d'oeil en biais

Un drapeau national qui donne une mauvaise image de la CNSS Kinkala

Note utilisateur:  / 0

Il suffit de se rendre à Kinkala, chef-lieu du département du Pool, pour constater le spectacle désolant qu’offre à ses visiteurs la direction départementale de la CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale). Devant le bâtiment de cette administration situé sur la Route nationale N°1, se trouvent deux drapeaux dressés l’un à côté de l’autre, dont celui du Congo notre pays, tricolore: vert, jaune, rouge. C’est un drapeau en lambeaux, tout sale, qui papillonne à longueur de journée. Il donne une mauvaise image de la CNSS Kinkala, qui est un cas parmi tant d’autres. La ministre de la Jeunesse et de l’éducation civique qui, avec zèle, a réussi à restaurer la levée des couleurs dans les établissements scolaires devrait se pencher sur le respect des symboles de la République!

Piétons, connaît pas!

Note utilisateur:  / 0

Cela se passe souvent à Brazzaville et Pointe-Noire au niveau des passages marqués de bandes blanches réservés aux piétons où l’on enregistre des coups de gueule entre protagonistes. Les automobilistes et les piétons veulent tous traverser la route goudronnée. Samedi 16 septembre 2017, à l’arrêt Boulevard situé à côté de l’ex-Immeuble des Italiens, à Brazzaville, un chauffeur de taxi a appuyé sur le champignon alors que des gens s’étaient engagés à traverser la route au niveau du passage clouté. Il a failli les renverser, n’eût été leur rapidité à se sauver. Il faut relever aussi que certains chauffeurs de véhicule roulent à vive allure même devant les écoles ou des hôpitaux, klaxonnant à tue-tête. Ils oublient que les piétons ont aussi des droits sur la voie publique conformément au code de la route. Les policiers de la circulation routière devraient le leur rappeler de temps en temps.

Brazzaville : des produits alimentaires avariés détruits à Djiri

Note utilisateur:  / 0

Une cargaison de près de 8 tonnes de produits de consommation courante avariés mais prêts à être vendus a été saisie la semaine dernière par la Direction de la répression de la fraude, à la suite d’une mission de contrôle de la qualité des produits de consommation courante effectuée dans certains établissements commerciaux et entrepôts, à Brazzaville. Ces aliments: produits laitiers, boîtes de conserve, volaille, etc., dont la date de péremption est largement dépassée, sont devenus toxiques pour l’homme et nuiraient à sa santé. Ils ont été détruits, vendredi 15 septembre, dans la banlieue Nord de Brazzaville. Un procès-verbal d’amende a été notifié aux importateurs pour leur infraction. Comme quoi, on ne badine plus avec la santé publique.


Dialogue ou pas dialogue avec Ntumi : «faux problème politique»?

Note utilisateur:  / 0

Débarqué du Gouvernement Mouamba II, l’ancien ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, Digne Elvis Tsalissan Okombi, leader de l’UMP (Union pour un mouvement populaire) et membre de la majorité présidentielle, a fait sa rentrée politique en organisant, samedi 16 septembre 2017, un point de presse dont le thème était: «L’autorité de l’Etat». Le leader politique qui se dit «centriste» a fait savoir clairement sa position à propos de l’initiative de dialogue annoncée par le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba. Pour Tsalissan Okombi, il est hors de question que l’option du dialogue avec Ntumi soit mise sur la table. Mais d’autres Congolais pensent que dans le contexte actuel marqué par les difficultés financières du pays, on est rentré dans une période où on devrait plus parler de politique économique. Il s’agit en effet d’aider le Gouvernement à sortir le pays de l’impasse financière. Ils estiment ainsi, qu’on doit «cesser de distraire» les Congolais avec «des faux problèmes politiques», pour ne parler que de l’économie nationale au quotidien.

Khalifa Haftar à Brazzaville : comme une victoire pour la diplomatie congolaise!

Note utilisateur:  / 0

L’annonce de l’arrivée le week-end dernier à Brazzaville du maréchal Khalifa Haftar, l’un des protagonistes de la crise libyenne, a fait l’effet d’une surprise. Absent lors du dialogue inter-libyen organisé le samedi 9 septembre 2017 par le comité de haut niveau de l’UA (Union africaine) présidé par Denis Sassou-Nguesso, il a finalement fait le déplacement de la capitale congolaise une semaine après. Il a débarqué à Maya-Maya vendredi 15 septembre 2017 et a été reçu, samedi 16 septembre,  par le président Sassou-Nguesso. Cela a été perçu et présenté  comme une arrivée providentielle, d’abord, une victoire de la diplomatie africaine, puis congolaise, ensuite. On devine aisément pourquoi de larges extraits des propos dans lesquels Haftar affirme que «l’UA  est mieux placée pour régler le conflit libyen, car les Occidentaux n’y interviennent que pour satisfaire leurs propres intérêts» ont été diffusés trois jours durant dans les médias d’Etat et privés.   

Informations supplémentaires