Les péages placés sur la route nationale n°1 provoquent maintenant des effets

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’augmentation des prix des produits de première nécessité est constatée sur le marché. Pour exemple, le sac de ciment qui coûtait entre-temps 3000 francs Cfa est passé actuellement à 4000 francs Cfa. La petite bouteille de jus des brasseries du Congo vendue à 250 francs Cfa, il y a peu de temps, le prix a augmenté de 300 franc Cfa.  Les montants pratiqués par les points de péage sont tellement exorbitants que cela entraîne automatiquement des répercussions sur le transport et du coup le consommateur final des différents produits est pénalisé.  Ces péages sont trop rapprochés. Ils devraient être placés à une distance de 100 kilomètres normalement. Pour le cas de la route lourde, il y a un point de péage à Lifoula et un autre à Yié dans la sous-préfecture d’Ignié, département du Pool. Les deux péages sont trop proches. Ils sont séparés de moins de 100 kilomètres. Même dans les pays de vielle tradition de péage, des autoroutes sont payés à des distances convenables avec des montants exigés qui tiennent compte du niveau économique du pays.

Informations supplémentaires