Des tractations pour la mise sur pied de la Haute autorité de lutte contre la corruption?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Après la dissolution de la Commission nationale de lutte contre la fraude, la corruption et la concussion que dirigeait Lamyr Nguelé, l’intérêt stratégique qu’on accorde à la structure qui la remplacera, la Haute autorité de lutte contre la corruption (HAC), commence déjà à délier des langues. Qui en sera le futur président? Dans une interview qu’il a accordée au journal Le Troubadour, le ministre Alphonse Claude Nsilou estime, par exemple, que «les changements qui ont été rendus nécessaires pour une meilleure gouvernance dans le cadre des engagements pris avec les partenaires au développement ne doivent pas jeter du discrédit sur les animateurs de la structure dissoute». Il a pris  carrément position en ajoutant: «Je pense que le principal animateur de cette structure dissoute dirigera la nouvelle structure, ceci, aussi, pour éviter la disparition des dossiers». Du reste, conclut-il, «M. Nguélé n’a pas démérité. Faire autrement, c’est lancer un mauvais message».

Informations supplémentaires