Ils s’adressent au Président de la République

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

D’anciennes recrues de la Direction générale de la sécurité présidentielle (DGSP), remises à la disposition de leurs parents pour divers motifs, sont montées au créneau. Ils ont pris d’assaut la rédaction de La Semaine Africaine lundi 15 octobre 2018 dans l’espoir de se faire entendre par le président de la République. Ils affirment avoir été enrôlés et  subi de 2015 à 2017 une formation de 2 ans assurée par des experts israéliens au Centre d’instruction d’Ignié. Mais au fil des mois, des 1500 jeunes de leur promotion, 186 ont été mis à la porte «arbitrairement», selon eux. Ils vivent désormais dans la précarité. «Nous ne sommes ni des braqueurs, ni des déserteurs comme on le laisse croire. Nous sommes des pères de famille. Certains d’entre nous ont vu leurs foyers se disloquer. Les temps sont durs. Manger, dormir, se déplacer constituent autant d’exercices difficiles à accomplir. Nous réclamons une indemnisation correspondant aux deux années de formation passées au Centre d’instruction d’Ignié», ont-ils déclaré.  

Informations supplémentaires