Calixte Ganongo a fait un aveu d’impasse financière

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

En intervenant au Conseil des ministres du 20 juillet dernier, le ministre des Finances et du budget, Calixte Nganongo, avait fait un aveu: ses services ne tiendront pas le pari de réussir comme il s’y était engagé à réaliser les recettes budgétaires prévue dans la loi de finance 2018. Au lieu de 1600 milliards de Francs CFA, il n’en sera collecté que 1.160 milliards. Conséquences, les dépenses ont donc été revues à la baisse, tombant de 1 380 à 1 070 milliards. Malgré cette réduction, l’excédent budgétaire prévu devrait être divisé par deux, se contractant de 217 à 92 milliards de FCFA. Il manquerait donc 550 milliards à la trésorerie et ce trou laisse craindre une nouvelle augmentation de l’impressionnante dette publique qui friserait déjà, selon les spécialistes, les 130 % du produit intérieur brut (PIB). Pour Jeune Afrique, la dégradation des comptes publics du Congo «est un très mauvais signal envoyé au Fonds monétaire international (FMI) qui traînait déjà les pieds pour signer avec Brazzaville un programme de «facilité élargie de crédit» et qui attendait de son budget 2018 «la preuve d’une plus grande discipline du gouvernement congolais.»

Informations supplémentaires