Repeints à la va-vite la veille du sommet sur le climat

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

A l’orée du Sommet des Chefs d’Etat de la commission Climat et du Fonds bleu pour le bassin du Congo, on a mis les bouchées doubles dans les travaux d’assainissement de la ville. On a travaillé d’arrache-pied pour donner aux illustres hôtes qui venaient au sommet l’impression d’une ville propre. On a repeint à la va-vite, par exemple, les murs des ministères de l’Economie forestière et des Mines, sur le boulevard Denis Sassou Nguesso, parce que les délégations officielles devaient emprunter cette voie pour aller de l’aéroport international Maya-Maya aux hôtels où elles étaient logées. On a fait également le toilettage de l’avenue des Trois Martyrs avec une couche de peinture aux abords, et le récurage des caniveaux. Les avenues goudronnées des quartiers populaires ont été par contre oubliées, puisque les illustres invités n’allaient pas les emprunter. Comme quoi, il suffit qu’on annonce la visite d’un président étranger ou l’organisation d’un grand événement pour que, de nuit comme de jour, on s’affaire de nouveau à rendre la capitale congolaise propre, particulièrement le centre-ville, alors que la salubrité de la ville doit être permanente. Curieuse gouvernance!

Informations supplémentaires