Brazzaville-Kinkala, le trafic automobile a repris, grâce à une ceinture militaire de sécurité

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les taxis et autres véhicules de transport de passagers et de marchandises ont repris, quoique timidement, à circuler de nouveau entre Brazzaville et Kinkala, sur la route nationale n°1. Les taxis, parfois bourrés de passagers et de marchandises, sont de plus en plus fréquents. Cela se remarque à la gare routière de Kinkala qui reprend peu à peu son ambiance d’antan. Il faut dire qu’on revient de loin. L’insécurité créée, à partir d’octobre 2016, par les hommes de Ntumi, qui sont allés jusqu’à mitrailler des bus remplis de passagers et même une ambulance, a laissé des traces profondes dans les esprits. La force publique (l’armée, la police, la gendarmerie) a dû faire face à une situation où il a fallu déplacer les populations, pour rétablir la sécurité. Des piquets de militaires et de policiers sont placés à certains endroits le long de la route. Quelques points de contrôle comme à Koubola, pour vérifier les cartes d’identité et l’on poursuit tranquillement sa route. Les villages situés entre Makana, proche de Brazzaville et Moulouangou, proche de Kinkala, sont vides et les maisons fermées. A Soumouna, village où Ntumi avait établi son quartier général aujourd’hui détruit, on aperçoit encore les traces des combats, avec des maisons incendiées. En tout cas, grâce à la sécurité rétablie, la vie reprend peu à peu son cours normal. Reste à souhaiter qu’aucun évènement malheureux ne vienne encore bouleverser cet élan.

Informations supplémentaires