Coup d'oeil en biais

Des réfugiés centrafricains font le siège du HCR à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Plusieurs réfugiés centrafricains vivant à Brazzaville ont fait le siège du Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR). Ils veulent attirer l’attention des responsables de cette agence du système des Nations-Unies sur la précarité de leurs conditions de vie souhaitant vouloir rentrer d’urgence dans leur pays d’origine.  Ils se disent incapables de faire face aux frais des loyers. Certains ont été  chassés de leurs maisons. Hommes, femmes et enfants passent désormais les jours et les nuits à la belle étoile avec leurs baluchons, à la devanture du HCR. Le HCR quant à lui déplore un budget réduit qui ne lui permet pas de faire face à leurs problèmes. Plus de 1000 réfugiés centrafricains demandent leur rapatriement volontaire sur un total de 33000 vivant au Congo, dont 65% dans le département de la Likouala.

Les transporteurs ne veulent pas payer la taxe de roulage

Note utilisateur:  / 0

La Fédération syndicale des transporteurs du Congo (FESYTRAC) boude l’opération de recouvrement forcé de la taxe de roulage que mènent les services de la mairie de Brazzaville. Elle entend refuser de la payer. Raison invoquée: l’état de dégradation avancée de certaines avenues des grandes villes du pays qui sont à l’origine de la dégradation rapide des véhicules, selon les adhérents du syndicat des transporteurs qui ont déposé  des plaintes contre la mairie de Brazzaville. Qui a enregistré 242 requêtes. Ils ont menacé de déposer leurs «véhicules endommagés dans l’enceinte de l’Hôtel de Ville de Brazzaville pour réparation» si les autorités municipales persistent dans leur opération de recouvrement de la taxe de roulage alors que la plupart des routes jonchées d’ornières, de nids de poule, etc., ne sont pas réhabilitées. Certaines présentent le triste spectacle de véritables rivières ou de lacs en pleine saison sèche.


Immatriculation obligatoire des véhicules de police

Note utilisateur:  / 0

Les véhicules non immatriculés de la police créent la confusion dans la capitale congolaise. Il est difficile de donner les références de ces véhicules aux services de sécurité en cas de réclamation. Face à ce phénomène la direction départementale de la police a instruit tous les commissaires centraux de police afin qu’ils procèdent à l’immatriculation de leurs véhicules pour éviter ce désordre. Dorénavant la population est tenue de saisir les autorités compétentes face à ce phénomène des véhicules non immatriculés.

Le marché Soukissa de Ouenzé presqu’en ruine

Note utilisateur:  / 0

Le marché Soukissa, l’un des symboles qui font la fierté du cinquième arrondissement de Brazzaville, Ouenzé, est aujourd’hui presque détruit et les usagers exposés au danger. Son toit s’affaisse progressivement; une partie s’est même totalement effondrée. Certains commerçants vendent à ciel ouvert, d’autres contraints de se courber pour bien circuler d’un couloir à un autre. Il en est de même pour les clients. On enregistre parfois des cas de blessures de gens qui s’en prennent aux pauvres vendeurs. A cause de son état actuel, le marché est de moins en moins fréquenté.  Aucune mesure urgente n’est prise pour le réhabiliter. La municipalité de Brazzaville continue de prélever allègrement les taxes, se plaignent les vendeurs.

Grève des agents du ministère des Hydrocarbures

Note utilisateur:  / 0

Encore une grève! Elle secoue le ministère des Hydrocarbures et a été lancée jeudi 19 juillet 2018 sur toute l’étendue du territoire. Les travailleurs en ont décidé ainsi à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire tenue dans la salle de conférence du siège de leur ministère situé Rond-point de la République (ex-CCF). C’est le seul moyen qu’ils disent avoir trouvé pour se faire entendre. Ils reprochent à la tutelle la non-prise en compte de leurs revendications.


Informations supplémentaires