Coup d'oeil en biais

Abus ou ordre?

Note utilisateur:  / 0

Sur la voie publique, certains automobilistes garent parfois n’importe comment. On le constate, par exemple, au marché Total, sur l’avenue de l’OUA, à côté de la station-service SNPC. Les policiers tentent de remettre de l’ordre, mais cela ne va pas sans quelques abus. Ainsi parfois ce sont des policiers inconnus de la Compagnie de circulation routière qui interviennent, ravissent les pièces de bord du chauffeur et demandent à ce dernier de les suivre. Pour récupérer les pièces, il faut débourser de l’argent sinon vous subissez des menaces. 

Ces banlieusards enclavés à Brazzaville!

Note utilisateur:  / 0

Aller en ville quand on est banlieusard, voilà qui donne du souci chaque jour à des milliers de Brazzavillois. Il est difficile, en effet, le matin d’avoir un bus dans les quartiers des banlieues Nord et Sud de la capitale congolaise. Au Nord, s’ajoute le très mauvais état de la route nationale n°2 et la route dite «Deuxième sortie Nord de Brazzaville» par ces temps de saison des pluies. Avoir un bus est devenu un véritable casse-tête, surtout que la chaussée est considérablement dégradée et a fait place à des trous béants notamment en traversant le quartier Massengo. Des trous que les pluies transforment en lacs permanents. Ils rebutent les chauffeurs du transport public.
Comment sortir les habitants de ces banlieues de cette situation qui les marginalise?

Brazzaville : le quartier Indzouli dans les eaux et le sable!

Note utilisateur:  / 0

Des quartiers entiers de Brazzaville ont été encore inondés et ensablés, la semaine dernière, à la suite de la grande pluie tombée le samedi 9 décembre 2017, entre 3h et 9h du matin. A Indzouli, un quartier de Mfilou, le septième arrondissement, l’eau et le sable n’étaient pas loin d’atteindre le niveau du chaînage des maisons à certains endroits, selon un témoin. Un véritable désastre pour les habitants concernés. On signale une scène incroyable: se trouvant dans l’impossibilité d’ouvrir la porte de sa maison bloquée par une montagne de sable, un homme a été obligé de casser une partie du mur, ouvrant ainsi un trou qui a permis à toute sa famille de s’extirper. En tout cas, à Indzouli l’eau  et le sable ont envahi des habitations. Un spectacle cyclique auquel on assiste depuis plus d’une décennie en dépit des promesses des pouvoirs publics d’y remédier. Et si l’entêtement de certains citoyens à construire dans des zones interdites en était la principale cause?

Un camion se renverse en face d’un hôtel à Dolisie

Note utilisateur:  / 0

Samedi après-midi, un camion transportant du sable s’est renversé avec son contenu lors du déchargement dans un chantier situé avenue Félix Eboué, en face de l’hôtel La Dolisienne. Dieu merci, aucune perte humaine n’a été signalée. Mais un poteau de raccordement de câbles électriques de la Société nationale d’électricité(SNE) s’est écroulé. Les services de police sont arrivés sur les lieux pour le constat d’usage. A vrai dire, le camion accidenté est à classer dans la série générationnelle post seconde guerre mondiale. C’est ni plus ni moins un cercueil volant. Heureusement, le poteau endommagé a été remis en service par l’équipe technique qui a fait preuve  de réactivité. Cet accident pose la problématique relative au contrôle technique des véhicules de transport de matériels de carrière à travers le périmètre urbain de Dolisie.

Terribles rumeurs: Norbert Dabira aurait-il été interpellé?

Note utilisateur:  / 0

Si l’on se fie aux informations partagées sur les réseaux sociaux, surtout par des gens hostiles au pouvoir de Brazzaville, les services de sécurité auraient interpellé deux officiers supérieurs des Forces armées congolaises (FAC), dont le général Norbert Dabira. Certains se le chuchotent entre amis, comme pour s’assurer que les longues oreilles des services de renseignements ne sont pas aux alentours pour faire les fameuses fiches. On se perd en conjectures sur la véracité ou non de cette rumeur. Et personne n’ose éclairer la lanterne de l’opinion. Les pouvoirs publics qui devraient le faire ont opté, du moins jusqu’à maintenant, pour le silence. Et malheureusement, la rumeur est en train de faire le reste, gonflant les faits à souhait.

Informations supplémentaires