Coup d'oeil en biais

Hôpitaux publics : on tente de mettre de l’ordre

Note utilisateur:  / 0

Invité du journal dominical de Radio-Congo, l’inspecteur général de la santé, le professeur Roger Richard Bilecko, a annoncé une mesure destinée à remettre un tant soit peu de l’ordre dans les finances des hôpitaux généraux. Ainsi, il est interdit aux agents comptables, aux receveurs et délégués des hôpitaux généraux de programmer les dépenses et de les exécuter sans en avoir reçu mandat de l’ordonnateur habilité. Cette mesure a été prise au lendemain de la présentation de l’audit fait par le Cacoges (Cabinet d’audit du Conseil et de gestion d’entreprise)  sur le C.h.u (Centre hospitalier et universitaire) de Brazzaville, commandé par le ministre de la santé et de la population. Cet audit met  à nu de gros dysfonctionnements financiers dans le plus grand centre sanitaire du pays où, malheureusement, tout l’appareillage de pointe est actuellement en panne. Il faille donc prendre de bonnes décisions pour assurer le fonctionnement normal de ce centre hospitalier en état de déliquescence. L’interdiction d’agir en solitaire faite aux agents visés par la mesure annoncée  serait une bonne décision. 

B.e.p.c : Collinet Makosso poursuit sa campagne contre les fraudeurs

Note utilisateur:  / 0

La fraude et la corruption sont devenues des phénomènes de société qui ne sont pas faciles à enrayer. Malgré tout, il faut s’y employer. A quelques jours du B.e.p.c (Brevet d’études du premier cycle), le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, est remonté au créneau, samedi 17 juillet, pour mettre en garde tous ceux qui se feront prendre. «Les dispositions prises lors du bac restent valables pour le B.e.p.c. Les auteurs et complices des actes inciviques seront déférés au parquet. Il n’y a aucun intérêt à laisser perdurer et généraliser les comportements inciviques qui n’arrangent pas nos élèves et notre système éducatif», a-t-il déclaré. S’agissant du Pool, suite à l’insécurité qui y règne, cinq centres ont été supprimés sur les vingt-huit retenus au départ. Ainsi, les centres des localités comme Missafou, Vindza, Kimba ont été délocalisés. Le centre de Misssafou a été ramené à Mindouli, Goma Tsé-Tsé et Mayongongo à Nganga-Lingolo, Mayama à Ignié. «Le B.e.p.c se déroulera dans de bonnes conditions, on l’espère, dans tout le pays et notamment dans le Pool», a assuré le ministre Makosso. Les épreuves du B.e.p.c débutent le mardi 20 juin 2017.


Un conclave des ressortissants du Pool en vue à Kinkala?

Note utilisateur:  / 0

Selon le portail 242Info, Guy-Brice Parfait Kolélas,  président de l’U.d.h-Yuki (Union des démocrates humanistes), aurait demandé, récemment, par la voix de son vice-président, Pascal Ngouanou, «que le Président Denis Sassou-Nguesso donne son autorisation pour un conclave des ressortissants du Département du Pool à Kinkala, en présence du pasteur Ntumi, afin qu’une solution à la rébellion «nsiloulou»  soit trouvée». Anciens et nouveaux ministres, députés et sénateurs, dignitaires et élus, et même responsables des confessions religieuses du Pool prendraient part au fameux conclave.

Tumulte à la Faculté des lettres et des sciences humaines à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

La Faculté des lettres de l’Université Marien Ngouabi était subitement en relief, lundi 19 juin 2017, secouée par une manifestation des étudiants que la Force publique a dispersée, rapidement, à coup de gaz lacrymogène. Les intéressés ont pris les jambes à leurs cous, chacun tentant, à qui mieux-mieux, d’échapper à la police. Mais, trois étudiants ont été appréhendés et embarqués dans un véhicule. Dans la débandade, aussi, un étudiant a failli être renversé par un minibus de transport public, en voulant traverser l’Avenue Lyautey, au niveau de l’arrêt Ambassade de Chine. Dieu merci, le chauffeur a réussi à éviter le pire. Il semble que les étudiants ont déclenché une grève. Ils s’opposeraient à l’augmentation des frais académiques et réclament le versement de deux mois de bourse impayés.

La possible dévaluation du Franc CFA sur la table d’Emmanuel Macron

Note utilisateur:  / 0

Le journal en ligne Eburnie news rapporte que le Trésor français a proposé au Président Macron d’envisager la dévaluation du franc Cfa de la Cemac au taux de 1 euro = 1300 francs Cfa, soit de 50% la valeur actuelle et de réévaluer le franc Cfa de l’Uemoa au taux de 1 euro= 500 francs Cfa. En effet, l’institution financière française a récemment communiqué au Président français un rapport sur la situation du Franc Cfa en relation avec le compte des opérations d’où il résulte qu’il faut conforter la division géographique de la zone Cfa Afrique centrale et Afrique de l’Ouest. Ce qui laissent à penser que le Franc Cfa sera dévalué, mais elle ne pourrait concerner que l’Afrique centrale. Selon les conclusions des économistes du Trésor français, «l’Afrique de l’Ouest a mieux géré ses réserves monétaires dans le compte des opérations françaises que l’Afrique centrale». On se rappelle que la directrice du F.m.i (Fonds monétaire international), Christine Lagarde, s’était rendue au Cameroun en compagnie du ministre français de l’économie et des finances, Michel Sapin, pour entretenir les Chefs d’Etat de la Cemac (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale) sur l’éventuelle dévaluation du Franc Cfa.

Informations supplémentaires