Coup d'oeil en biais

La livraison du pain dans des moyens non adéquats persiste

Note utilisateur:  / 0

«J’avais appris qu’il était interdit de livrer le pain à moto, mais je n’ai plus appris que cette interdiction avait été levée. Voyez dans mon Ngoyo, pendant que ceux qui sont appelés à faire appliquer cette interdiction font la grasse matinée, ces mêmes motos font leur besogne.», écrit un lecteur  de Pointe-Noire.

Les piques de Djibril Abdoulaye Bopaka

Note utilisateur:  / 0

Président de l’Union des opérateurs économiques du Congo (UNOC), Djibril Abdoulaye Bopaka s’illustre souvent par son franc-parler dans les médias. Dimanche dernier, invité du journal dominical de 7h de Radio-Congo, il n’a pas démenti cette réputation. Par exemple, il estime que le Gouvernement congolais est pléthorique, qu’il n’y aurait que des fretins accusés de détournements des deniers publics, etc.  Nombreux sont surpris que Djibril Bopaka s’exprime ainsi librement, alors qu’il passe pour être proche fu pouvoir: ceci expliquerait-il cela?


Des billets de banque qui se démonétisent

Note utilisateur:  / 0

Les billets de banque scotchés et mutilés sont toujours refusés. Et, de plus en plus, leurs détenteurs ont maille à partir avec les vendeurs et les receveurs de bus. Mercredi 13 mars 2019, vers 9h, à l’arrêt La Frontière, une discussion a éclaté entre une femme adulte ayant tendu un billet de ce genre au receveur. Ce dernier, vociférant, ne l’a pas accepté. En cas de billet vieilli ou dégradé, s’adresser à la banque!

Ces fausses alertes qui peinent les soldats du feu

Note utilisateur:  / 0

Les fausses alertes en direction des sapeurs-pompiers sont assez courantes à Brazzaville, se plaint la direction générale de la sécurité civile. Des sapeurs-pompiers sont souvent alertés pour une histoire d’accident ou d’incendie, alors qu’il n’y a rien. Le problème est qu’il est difficile de mettre la main sur ces mauvais plaisantins.

Arrêtés pour s’être faussement présentés comme journalistes

Note utilisateur:  / 0

Deux jeunes hommes ont fait irruption, mardi 12 mars 2019, à l’immeuble AOGC situé non loin du passage à niveau de la rue Mbochi, à Poto-Poto, où on enregistre des derniers temps de nombreux cas de vol. Ils se sont présentés indûment comme des journalistes de La Semaine Africaine accrédités pour participer à un séminaire qui s’y déroulait. Comme les agents de sécurité leur ont exigé de justifier leur appartenance à leur organe de presse, ils se sont mis à balbutier, incapables de le prouver. L’un a pris la poudre d’escampette, mais l’autre a été arrêté et livré à la police.


Informations supplémentaires